samedi 26 mai 2018

Un Pape peut-il changer la vérité morale ?



Par: Patrick J. Buchanan

Patrick Joseph « Pat » Buchanan est un journaliste et homme politique américain, commentateur politique sur la chaîne MSNBC, cofondateur du magazine The American Conservative et cofondateur de la fondation paléo-conservatrice The American Cause.

SOURCE : One Peter Five
Le 25 mai 2018

Cette réplique blagueuse que nous avons entendue en tant qu'enfants, « Le Pape est-il Catholique ? », commence à ressembler à une question sérieuse.

Interrogé il y a cinq ans sur un « lobby gay » au Vatican, le Pape François a répondu : « Si une personne est gay, qu’elle cherche Dieu et a de la bonne volonté, qui suis-je pour juger ? »

Alors qu’on pensait que le jugement faisait partie de la description de tâches papale, les Catholiques Traditionnels étaient surpris de ce que le nouveau Pape avait avancé.

Maintenant, le Saint-Père a apparemment précisé ce qu'il voulait dire.

Selon une victime d'un prêtre pédophile pendant son enfance au Chili, Juan Carlos Cruz, un homosexuel à qui le Pape s'est excusé, François lui a dit : « Dieu t'a fait comme ça et t'aime comme ça et je m'en fous. Le Pape t'aime comme ça. Vous devez être heureux de ce que vous êtes ».

Le Vatican n'a pas nié ce que raconte Cruz.

Ce qui rend cela remarquable, c'est que le Catéchisme de l'Église Catholique, fondé sur l'Ancien et le Nouveau Testament et la Tradition, a toujours enseigné que l'homosexualité est un désordre moral, une propension à des relations sexuelles non naturelles et immorales.

L'idée que Dieu est responsable des orientations homosexuelles, que le Pape et l'Église Catholique sont d’accord avec les hommes qui sont attirés l'un à l'autre, et que ceux qui sont ainsi orientés devraient être heureux, semble être, à première vue, une hérésie.

Cela implique que ce que les Catholiques considéraient comme des vérités morales pendant des siècles était faux ou bien que la vérité morale a évolué et devrait se conformer à la modernité. C'est le relativisme moral : la vérité change avec le temps.

Et si ce que rapporte Cruz est exact, la position du Pape est proche de celle d'Hillary Clinton.

En 2016, lors d'une collecte de fonds à New York, Mme Clinton a récité sa tristement célèbre litanie de péchés communs adressée au « panier des déplorables » soutenant Donald Trump.

Selon Hillary, ils sont « racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes ».

Une phobie est « une peur extrême ou irrationnelle ou une aversion pour quelque chose ». Clinton disait ainsi que ceux qui ont une aversion pour l'homosexualité sont moralement ou mentalement malades.

Pourtant, jusqu'en décembre 1973, l'homosexualité elle-même était considérée comme un trouble mental par l'American Psychiatric Association.

La nouvelle morale que nous entendons du Pape et d'Hillary reflète un changement historique dans la pensée morale de l'Occident. Car la croyance que l'homosexualité est normale et naturelle, et non seulement acceptable, mais même louable, a triomphé.

Les législatures et les tribunaux ont inscrit cette « vérité » dans la loi. Il a été découvert que la Cour Suprême cachait cette Constitution dans laquelle ses auteurs considéraient et traitaient l'homosexualité comme un crime grave.

Et pourtant, à partir de ce changement historique, des questions se posent naturellement :

Sur la question de l'homosexualité, avons-nous atteint un plateau moral plus élevé ? Ou bien est-ce que l'Amérique a abandonné les vérités que nous croyions et les a remplacées par les principes d'une idéologie qui peut être politiquement et culturellement ascendante, mais qui ne prend racine que dans des assertions et des mensonges sans fondement ?

Considérez le point de vue du Cardinal Gerhard Muller, récemment démis de ses fonctions de Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, sur ce qui se cache derrière la tendance à considérer l'homophobie comme un trouble mental.

« L'homophobie (est) une invention et un instrument de domination totalitaire sur les pensées des autres. L'homo-mouvement manque d'arguments scientifiques, c'est pourquoi il a créé une idéologie qui veut dominer en créant sa propre réalité ».

Bref, les Marxistes culturels et leurs alliés Progressistes ont adopté une affirmation idéologique — l'homosexualité est normale, naturelle et morale — sans aucune base historique, biologique ou scientifique, ils l'ont affirmée comme une vérité, ils l'ont établie comme une loi et a exigé que nous acceptions et agissions selon cette vérité, ou autrement faire face à la colère du régime.

Muller ajoute :

« C'est le modèle Marxiste selon lequel la réalité ne crée pas la pensée, mais la pensée crée sa propre réalité. Celui qui n'accepte pas cette réalité ainsi créée doit être considéré comme malade ».

« C'est comme si l'on pouvait influencer une maladie avec l'aide de la police ou avec l'aide des tribunaux. En Union soviétique, des Chrétiens ont été placés dans des cliniques psychiatriques. Ce sont les méthodes des régimes totalitaires, du National-Socialisme et du Communisme ».

Comme l'a écrit Russell Kirk, l'idéologie est une religion politique. Et les dogmes de la religion politique par lesquels nous sommes de plus en plus dirigés ont déplacé les enseignements du Christianisme et de la Tradition.

Depuis l'émeute de Stonewall en 1969, les relations homosexuelles sont passées d'être considérées comme indécentes et immorales à être tolérées, à être acceptées, à être sur le même plan que le mariage traditionnel, à être un droit constitutionnel.

Et si vous n'acceptez pas la nouvelle morale, vous êtes un fanatique déplorable. Et si vous agissez conformément à votre incrédulité envers l'égalité de l'homosexualité, vous serez ostracisé et puni.

Les vérités qui ont été larguées ont construit la plus grande civilisation connue de l'homme. Les vérités inventées de notre nouvel égalitarisme survivront-elles à l'arrivée des nouveaux barbares ? Ça n’augure pas très bien présentement.