dimanche 6 mai 2018

J'ai peur du martyre


Sainte Perpétue a dû diriger l'épée du bourreau nerveux à sa gorge



Écrit par Hilary White
ex-correspondante à Rome
Le 14 avril 2018
SOURCE : The Remnant



J'écris ceci à la Fête des Martyrs Chartreux Anglais, Saint John Houghton et ses compagnons.

J'ai peur du martyre. En fait, j'ai peur de vivre quoi que ce soit de mauvais — même des choses aussi stupides que des tweets méchants — à cause des choses que je crois. Et je crains même les désagréments mineurs du jeûne et de l'abstinence. Je gémis et je me plains des maux normaux et des douleurs d’avoir 52 ans. Je crains plus le cancer ; j'ai peur de l'infirmité croissante de l'âge ; je suis inquiète comme une petite vieille de ma santé.

Et en même temps, je n'ai pas seulement peur du martyre, de l'opprobre du monde et de l'inconfort des pénitences même douces et modernes, j'ai peur du jugement de Dieu. Vraiment effrayée. Je sais ce que je suis. ( Je ne me connais pas aussi bien que Lui, mais même le peu que je sais est horrifiant ). Donc, je sais ce que je mérite.

Et cette crainte du jugement, cette juste punition et aversion pour la pénitence — parfaitement naturelle et je parie plus ou moins expérimentée universellement — est exactement pourquoi nous commémorons et vénérons les martyrs.

Qu'est-ce qu'ils nous « témoignent » ?

Que les idées du monde, les présupposés et les priorités de cette vie sont fausses et nos peurs — de la pénitence et de ce que les Bénédictins appellent la conversion de la vie — ne sont pas fondées.

C'est aujourd'hui le début de la période où, de 1535 à 1537, les Chartreux de Londres furent assassinés, martyrisés, par l'État Anglais Protestant. Le 4 mai est la fête des Chartreux Anglais, de St. John Houghton et de ses compagnons.

Et voici une petite histoire d'un jeune homme entrant dans un monastère chartreux maintenant :

« Dieu est Miséricorde et Amour, Il nous aime au point d'éveiller dans nos coeurs le fort désir de le suivre dans la radicalité d'une vie silencieuse et recueillie. Cela s'est passé à San Bruno il y a plusieurs siècles, mais aujourd'hui encore, les hommes et les femmes suivent cet exemple, cet idéal de vie. Et cela m'est arrivé. Dieu a vu ma condition de pécheur et a voulu me donner l'opportunité de suivre ce chemin qui vise à me conduire à la sainteté et à l'union avec Lui, qui est toute notre Vérité et notre Salut. Je suis un aspirant à la vie difficile, non pas pour la mienne, mais pour la bonté et la miséricorde de Dieu. Dès mon plus jeune âge, j’ai ressenti l'appel à consacrer ma vie à Dieu, mais j’ai laissé le temps passer parce que je pensais que ce style de vie n'était pas pour moi. Mais quand Dieu appelle, la fébrilité demeure en nous et nous ne nous calmons que lorsque nous répondons avec amour à cet appel de l'Amour. J'ai toujours pensé à une vie radicale, et quand j'ai rencontré la Chartreuse, je suis tombé amoureux du mode de vie de ces hommes et de ces femmes.

J'ai trouvé beaucoup de difficultés en cours de route et je les trouve encore, mais avec la grâce de Dieu, tout va bien et ces difficultés ne font que me rendre plus fort. En novembre 2017, le Bon Dieu, par l'intermédiaire d'un bienfaiteur, m'a donné le don de pouvoir faire mon expérience dans la Chartreuse de Notre Dame de Medianeira, ici à Rio Grande do Sul. Si je devais décrire mon expérience, j’aurais ce titre : J'AI VÉCU 30 JOURS AU CIEL ! Le titre ne pouvait être autre chose, j'étais vraiment au paradis, entouré de bons anges, charitables, aimants, disponibles, patients et pleins de foi et d'amour pour Dieu et son Église ».

« Je peux dire que j'ai rencontré plusieurs saints à la Chartreuse, mais le Père Prieur émanait l'air d'un ange, une gentillesse et une humilité qui m'ont ému. Je me suis assis près de lui seulement quelques jours, puis je suis allé dans le chœur à côté du Père Maître. Au début, j'étais perdu dans les pages de ce gros et lourd livre, et le Prieur, percevant ma difficulté, laissa sa place dans le chœur et vint m'aider, ou quelquefois même de son siège me montrait quelle était la page du livre. . Quand je regardais ses yeux, je ne voyais que du bien. Quel saint homme ! ! ! Dieu soit béni ».

« Les jours passaient et l'expérience me laissait de plus en plus enchanté par ces hommes qui, laissant tout derrière eux, vivaient pour le plus grand Bien avec une grande joie. Ce sont des hommes charitables et très gentils. J'ai pu approfondir ce charisme parce que je vivais tout ce qu'un moine vit, je me promenais, je participais aux récréations, je participais à deux chapitres et la grâce de Dieu m'impliquait de plus en plus. Mais je tiens à souligner deux choses dans la Chartreuse qui m'ont laissé enchanté, passionné ... la Sainte Messe et les Vigiles ... tout est spécial là-bas, mais ces deux choses m'ont laissé sans voix ... »

Aujourd'hui, j'ai demandé à un ami, un bon prêtre, la question suivante : « Est-il vrai que le fait d'aller au paradis a très peu à voir avec le fait que vous soyez une bonne personne ? En d'autres termes, au sens naturel, être « gentil » n'a pratiquement rien à voir avec la sainteté. Je soupçonne que la vraie sainteté est très différente des idées du monde à ce sujet.

Mon ami a répondu utilement que le monde allait dans la mauvaise direction ... « avec le temps, de moins en moins bien ».

« Bien sûr, comme l'a observé Paul VI « la loi naturelle, dont l'observance est aussi nécessaire pour le salut », est partiellement, très partiellement reconnue ( pas en elle-même ) comme étant bonne. Mais une grande partie de ce que le monde appelle le bien est en réalité mauvais : « Malheur à ceux qui appellent le mal, bien, et le bien, mal » ; autre façon de dire : « Elle était une bonne femme. Elle a passé ses vacances à travailler pour les droits reproductifs des femmes en Afrique ».

« D'un autre côté, si un mondain contemporain rencontrait François de Sales, le mondain dirait sûrement : « Wow, est-ce toujours une personne si aimable et si attentionnée ! »

J'ajouterais seulement : « Il dirait cela à propos de Saint François de Sales à la première impression. Mais la chanson changerait brusquement dès qu'il découvrirait ce que le Saint de la douceur pensait des « droits reproductifs des femmes ». « Les choses que nous appelons bien sont très différentes de ce que le monde appelle le bien. Et elles deviennent de plus en plus différentes chaque jour.

Mais même ainsi, le monde est certainement en quête d'héroïsme, pas moins des Catholiques que tous les autres qui affluent pour voir le film « Avengers Infinity War » [ Avengers : La guerre de l'infini au Québec ] cette semaine. En fait, peut-être les Catholiques plus que quiconque. Nous sommes appelés à la sainteté qui n'est rien moins que de l'héroïsme, n'est-ce pas, et ce malgré ce que le Cardinal Kasper voudrait nous faire croire.

Récemment dans une conversation avec un Père Directeur Oblat, nous avons parlé de l'exhortation du Seigneur à « être parfait comme Mon Père céleste est parfait ». J'ai dit que lorsque j'ai commencé ma conversion ( il y a 35 ans ! ), Je me souviens avoir trouvé ce passage comme étant un obstacle énorme. C'était impossible, voyez-vous. Je savais très bien que la perfection Chrétienne — la sainteté — était en réalité complètement impossible pour moi. À l'époque, je pensais que c’était injuste, ou du moins que ce n’était pas honnête du Seigneur, le Fils de Dieu, d'exiger la perfection comme prix d'entrée au Ciel. Et j'avais complètement raison. C'était impossible.

Bien sûr, depuis, j'ai appris la réponse à cette énigme apparemment insoluble. C'est impossible pour nous. Ce n'est pas impossible pour Lui. Il est celui qui vous rend parfait. Tout ce que vous devez faire est de coopérer.

À quoi ressemblaient Félicité et Perpétue et ces premiers martyrs Romains alors qu'ils étaient martyrisés dans les arènes de Carthage et de Rome ? À quoi cela ressemblait d’être dans les gradins ? Pas beaucoup, je pense. Deux femmes faibles, chassées par des animaux dans du sable maculé de sang avec pour résultat une conclusion prévue d'avance. C'était l'Afrique du Nord, c'était probablement une journée chaude. Elles pouvaient n'être rien de plus que le spectacle de mi-temps, une sorte de courte scène entre les événements principaux des jeux. C'était peut-être le moment de sortir et de prendre une autre bière froide.


Durée : 7 min 21 sec

Je suppose que c'était moche et brutal. Pas du tout la substance des peintures romantiques Victoriennes tardives.

( Et, bien sûr, nous sommes dans une époque où la plus terrible des questions revient dans l'esprit des Chrétiens du monde entier : « Que ferais-je, devrais-je céder, est-ce que j’aurais une once de peur ? »

Mais à quoi cela ressemblait-il du point de vue du Ciel ?

À chacun, Dieu a accordé la forme du martyre qu'Il désirait donner. Saturus avait espéré être exposé à plusieurs sortes de bêtes et que ses souffrances pourraient être intensifiées. Lui et Revocatus ont été d'abord attaqués tièdement par un léopard. Saturus fut ensuite exposé à un sanglier qui se retourna contre son gardien. Il a ensuite été attaché sur le pont devant un ours, mais l'animal a refusé de sortir de sa tanière, et Saturus a été réservé pour une autre rencontre. Le retard lui a donné l'occasion de se tourner et de parler au geôlier converti Pudens : « Vous voyez que ce que j'ai désiré et annoncé est arrivé. Pas une bête ne m'a touché ! Alors, croyez fermement au Christ. Et maintenant, je vais là-bas et par une morsure d'un léopard tout sera fini ». Comme il l'avait prédit, un léopard est alors sorti, a bondi sur lui et, en un instant, il fut mortellement blessé. Voyant le flot de sang, la foule cruelle cria : « Il est bien baptisé maintenant ! » En mourant, Saturus dit à Pudens : « Adieu ; souviens-toi de ma foi et de moi, et ne laisse pas ces choses te décourager, mais qu’elles te fortifient ». Il demanda alors la bague au doigt de Pudens et, la trempant dans son propre sang, la lui rendit comme un souvenir. Puis il a expiré ...

Perpétue et Félicité ont été exposées à une génisse folle. Perpétue fut d'abord ballottée et tomba sur le dos, mais elle se redressa et entoura modestement sa tunique déchirée autour d'elle ; puis, après avoir attaché ses cheveux, de peur qu'elle ne paraisse en deuil, elle se leva et alla aider Félicité, qui avait été gravement blessée par l'animal. Elles se tenaient côte à côte, s'attendant à un nouvel assaut, mais l'assistance repue criait que c'était suffisant. Elles ont donc été conduites à la porte Sanevivaria, où des victimes qui n'avaient pas été tuées dans l'arène ont été envoyées par des gladiateurs. Ici Perpétue semblait sortir d'une extase et ne pouvait croire qu'elle avait déjà été exposée à une génisse folle jusqu'à ce qu'elle voie les marques de ses blessures. Elle a ensuite interpellé son frère et le catéchumène : « Tenez-vous fermes dans la foi et aimez-vous les uns les autres, ne laissez pas nos souffrances vous faire obstacle. À ce moment-là, la populace inconstante demandait aux femmes de revenir sur la grande place. C'est ce qu'elles firent volontiers, et après s'être donné le baiser de paix, elles furent tués par les gladiateurs. Perpétue a dû diriger l'épée du bourreau nerveux à sa gorge.

Voici le point qui m'a toujours fait réfléchir au milieu de mes peurs et de mes faiblesses : ils demandaient à Dieu plus de souffrance ! Et elles ont même à peine remarqué être martyrisées. Elles étaient en extase. Comment ça peut même fonctionner tout ça ?

Ce fut le point qui me fit commencer à penser qu'il était possible de perdre mes craintes et finalement ma rancune stupide envers le Commandement du Seigneur s'estompa, submergée d'admiration devant l'idée que c’étaient de vraies personnes et que ces choses se sont vraiment passées. Il y avait évidemment quelque chose de bien plus important que de simples souffrances.

Nous avons des opportunités chaque jour. Pas du martyre par des bêtes sauvages, du moins pas la plupart d'entre nous dans le 1er monde, mais par les mille occasions quotidiennes de petits martyres cachés qui accompagnent la vie ordinaire. On nous donne cet échec, cette faiblesse, cette erreur, ce moment de décision ici et maintenant, pour nous tourner vers le Christ, dans notre désespoir quotidien. Nous le prions pour la Grâce de la conversion maintenant, et nous Lui offrons avec tristesse, nos regrets et nos frustrations lors de nos moments d'échec. La question pour la plupart d'entre nous n'est pas : « Est-ce que je résisterais au martyre ? » Mais « Comment puis-je répondre à cette difficulté — aussi petite ou énorme soit-elle — ici et maintenant ? Comment supporter la connaissance de mon échec et de ma faiblesse ? Où est-ce que je me tourne pour un remède ? »

J'ai un ami qui fait plus ou moins ce que je fais. Il écrit et écrit des blogs et des podcasts sur l'Église, la Papauté de François et tout ça. Et il a tendance à en avoir marre, il est parfois même découragé. Il connaît ses défauts et ses lacunes en tant que Catholique et en est frustré par ceux-ci. Et comme nous tous, il a tendance à oublier que ce sont ses croix, ce sont les choses que Dieu lui a données spécialement, aujourd'hui, pour souffrir et offrir.

Quoi que vous ayez en cours en ce moment, ce sont les opportunités qui nous ont été données. Cela n'a pas l'air très héroïque dans le monde, mais c'est ce que nous avons aujourd'hui, en ce moment. Ma frustration face à ma faiblesse physique, mes souvenirs souvent douloureux de mes péchés passés, mes échecs dans la vie, mon égoïsme stupide, ma lâcheté, mes erreurs ; c'est la matière première que j'ai. Ce n'est pas joli, mais c'est la substance de notre repentance, tout ce que nous avons à offrir à Christ sur la Croix.

Comment allons-nous arriver au « lieu », à la maturité spirituelle, à l'indifférence à cette vie d’une Sainte Félicité ? Ou d’un Saint John Houghton ? Ou d’un Moïse le Noir, d’une Marie d'Égypte, ou de l'un des grands noms dont nous nous souvenons ? Par ce petit chemin, qui nous semble rien pour nous, mais dans la Réalité — i.e. le point de vue du Ciel, qui est le seul qui compte — c’est la route royale. Et selon les Saints, nous allons regarder en arrière sur cette route et voir quelque chose de miraculeux. Nous verrons qu'il n'est pas pavé d'épines et de pierres comme nous l'avions pensé, mais jonché de roses.