vendredi 4 mai 2018

Suite à la rencontre sur l'intercommunion à Rome le 3 mai

Comme avec Amoris Laetitia,
le Pape refuse également
de répondre aux dubia de l’intercommunion





Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five
Le 4 mai 2018


Hier, 3 mai, a eu lieu à Rome la rencontre tant attendue entre six Évêques Allemands ( et leur Secrétaire ) et quatre représentants du Vatican afin de discuter de la décision Allemande du 20 février d'admettre, dans des cas individuels, les conjoints Protestants de Catholiques à la Sainte Communion. La rencontre a duré trois heures et demie et a eu lieu dans le bâtiment de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ( CDF ), avec son préfet, l'Archevêque Luis Ladaria ainsi que le Cardinal Kurt Koch ( à côté de deux autres prêtres ). Le résultat, cependant — comme il semble — n'a abouti à rien.

Parmi les participants Allemands figuraient, d'une part, le Cardinal Reinhard Marx ( de Munich ), le Président de la Conférence Épiscopale Allemande et, d'autre part, le Cardinal Rainer Woelki ( de Cologne ), l'un des sept Évêques Allemands à avoir écrit au Vatican une lettre avec quatre dubia en ce qui concerne les nouvelles directives pastorales Allemandes récemment approuvées par une majorité des deux tiers des Évêques Allemands.

Voici ces quatre nouveaux dubia cruciaux qui ont été présentés en mars à la fois à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ainsi qu'au Cardinal Koch ( chef du Conseil Pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens ) et au Conseil Pontifical pour les Textes Législatifs :

  1. Le document ici présenté est-il un « manuel pastoral » – comme l’affirment certains Évêques Allemands – et donc simplement de nature pastorale ou bien sont-ce la foi et l’unité de l’Église qui sont fondamentalement remises en cause plutôt que les dispositions [ pratiques ] faites ici ?

  2. L’article 58 du document ne relativise-t-il pas la foi de l’Église selon laquelle l’Église de Jésus-Christ subsiste dans l’Église Catholique et qu’il est donc nécessaire qu’un Chrétien Évangélique qui partage la foi Catholique sur l’Eucharistie devienne dans ce cas devenir Catholique ?

  3. Selon les points 283 à 293, ce n’est pas en premier lieu le désir de la grâce Eucharistique qui devient le critère de souffrance [ spirituelle grave ] mais plutôt le désir de la réception commune de la communion de la part de conjoints appartenant à des confessions différentes. A notre avis, ce malaise n’est pas différent de celui qui concerne l’œcuménisme dans son ensemble, c’est-à-dire tous les Chrétiens qui s’engagent sérieusement en faveur de l’unité. À notre avis il ne s’agit donc pas d’un critère exceptionnel.

  4. Est-il possible pour une seule Conférence Épiscopale nationale, dans une région linguistique donnée, de prendre une décision isolée concernant une question comme celle qui concerne la foi et la pratique de toute l’Église en en référer ni s’intégrer à l’Église universelle ?

Comme on peut le voir, ces quatre dubia posent des questions fondamentales qui touchent à des questions doctrinales profondes — telles que l'ecclésiologie et l'ordre sacramentel de l'Église — et qui ont encore besoin d'une réponse doctrinale claire pour préserver la foi Catholique et sa discipline.

Comme nous l'avions nous-mêmes relevé, l'admission des époux Protestants à la Sainte Communion sans leur conversion remet également en question l'enseignement de l'Église sur la nécessité d'être dans la grâce sanctifiante pour recevoir la Sainte Communion qui, perdue, peut être regagnée en allant sincèrement au Sacrement de Pénitence.

Qu'a fait le Pape François à propos de ce conflit Allemand ? Il a dit, essentiellement, mais pas textuellement : « Voyez par vous-même ». « Je ne répondrai pas d'une manière doctrinale et décisive à ces dubia ». Ainsi il traite cette question de la même manière qu'il a fait avec Amoris Laetitia et les cinq dubia des Quatre Cardinaux Walter Brandmüller, Joachim Meisner, Carlo Caffarra et Raymond Burke.

Deux communiqués du 3 mai à la fois de la Conférence Épiscopale Allemande et du Vatican lui-même ( ils sont identiques ) dit à propos de la réunion d'hier à Rome ( courtoisie de la traduction par Giuseppe Pellegrino ) :

« Dans la conversation qui s'est tenue en Allemand, l'Archevêque Ladaria Ferrer a expliqué que le Pape François a affirmé l'engagement œcuménique des Évêques Allemands et leur a demandé de trouver un accord possiblement unanime dans l'esprit de la communion ecclésiale. Différents aspects de la discussion ont été abordés : la relation entre la question de la foi et de la pastorale, sa pertinence dans le monde ecclésiastique et sa dimension juridique. L'Archevêque Ladaria Ferrer informera le Saint-Père du contenu de la conversation. La rencontre s'est déroulée de manière chaleureuse et fraternelle ». [ Notre soulignement ]

Quand est-ce que ces faux-fuyants papaux et ces échappatoires s'arrêteront-ils ?