samedi 26 mai 2018

La Chaire de Pierre n’est pas vacante
Mais son Occupant est en vacance de son devoir



Par: L'Équipe éditoriale
The Wanderer

SOURCE : The Wanderer
Le 24 mai 2018

Comme il arrive avec la certitude du lever du soleil, notre Pape s'est de nouveau exprimé d'une manière apparemment contraire à la croyance Catholique. À tout le moins, ses remarques soulèvent plus de questions que de réponses. Sans surprise, le sujet est l'homosexualité.

Grâce à un réseau mondial de média plus que disposés à propager tout ce qui soutient une culture sans Dieu, ce commentaire promet autant, sinon plus, de couverture que l'ancienne citation de « Qui suis-je pour juger ? ».

Juan Carlos Cruz, un survivant Chilien d'abus sexuels cléricaux, a eu une audience privée au Vatican avec le Pape, et a rapporté plus tard que le Pape lui a dit :

« Juan Carlos, ça n'a pas d'importance que tu sois gay. Dieu t'a fait comme ça et c'est ainsi qu'Il veut que tu sois, et cela ne me dérange pas. Le Pape vous veut de même ainsi et vous devez être heureux de ce que vous êtes ».

Notamment, il s'agit d'informations de seconde main, mais comme Patrick J. Buchanan le souligne dans sa chronique d'ailleurs dans ce numéro : « Le Vatican n'a pas nié ce que Cruz raconte ».

C’est l’élément de base de ce Pontificat : ces remarques spontanées laissent aux laïcs le soin de deviner ce que le Pape voulait dire exactement. Dit-il que c’est acceptable d'avoir des tendances homosexuelles ou est-ce qu'il dit qu'il est acceptable d'agir selon ces tendances ? Dans la lignée de ses cinq années d'expérience, il ne nous reste plus qu'à deviner, tout comme les Cardinaux des dubia et le reste des fidèles qui sont laissés dans le sillage de l'ambiguïté et de l'incertitude.

Pendant 2000 ans, la majorité des Papes ont fidèlement reflété le Magistère en expliquant et en clarifiant ce que l'Église enseigne et pourquoi l'Église l'enseigne. Mais cette Papauté a été une autre histoire. La clarté a manqué dans l'action dès le début, causant une confusion de masse non seulement parmi les fidèles Catholiques mais aussi parmi les non-Catholiques. Voyez les interprètes de François à partir du Père Jésuite James Martin jusqu’aux favoris du Vatican comme Reinhard Cardinal Marx ainsi qu’aux médias laïques qui traduisent chaque citation de François pour les adapter à chaque histoire progressiste du jour. Ce sont toutes ces interprétations qui font les manchettes. Ce sont des grands titres totalement ignorés ou non contestés publiquement par le Pape.

Plusieurs disent que François tente astucieusement de réécrire la Doctrine ; certains disent qu'il n'est pas interprété correctement. D'autres disent qu'il adopte une approche plus modérée concernant l'enseignement Catholique. Quelles que soient les intentions du Saint-Père, il a l'obligation et le devoir de clarifier la position de l'Église sur de telles questions, surtout lorsqu'il a lui-même créé la confusion.

Compte tenu d'une autre déclaration ambiguë du Vicaire du Christ, les fidèles laïcs Catholiques réclament des éclaircissements sur une question que seul le Pape lui-même peut expliquer. Comme dans les cas précédents, on nous répond avec un silence assourdissant les murs du Vatican ou au mieux avec un maître de la rhétorique du Vatican.

En l'absence de clarification de cette dernière rupture avec la Doctrine Catholique, nous ne pouvons que réitérer ce que le Magistère a enseigné sur la question de l'homosexualité depuis 2000 ans, comme cela est expliqué dans le Catéchisme de l'Église Catholique ( n ° 2357-2359 ) :

« . . . S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves, la Tradition a toujours déclaré que « les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés ». Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas ».

« Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières. Cette propension, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie, et si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer du fait de leur condition ».

« Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise, éducatrices de la liberté intérieure, quelquefois par le soutien d’une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent se rapprocher, graduellement et résolument, de la perfection Chrétienne ».

Étant donné la fréquence de ces déclarations troublantes de notre Saint Père, de nombreuses questions surgissent du monde entier — pas seulement des Catholiques. Enseignez-vous la Doctrine de l'Église ? Essayez-vous de changer la Doctrine de l'Église ? Vous êtes le Berger. Votre troupeau est confus. Votre troupeau a besoin de savoir. Ces questions légitimes ne sont-elles pas adressées à celui à qui a été donné les clefs au Ciel par le Christ Lui-Même ? N'est-ce pas clair dans l'enseignement de l'une des principales descriptions de tâches de l’office de la papauté ?

Le manque de clarté et la déconnexion perçue de l'enseignement Catholique traditionnel provenant de la Chaire de Pierre semble être tout simplement un manquement au devoir. Cela semble être la seule clarté venant du Vatican aujourd'hui.

Finalement, Pat Buchanan a commencé sa chronique en rappelant avec humour la vieille boutade : « Le Pape est-il Catholique ? »

Sur cette question, le Père John Hunwicke du Royaume-Uni, sur son blog Mutual Enrichment, a commenté comme suit le 19 mai en réponse à un correspondant qui menaçait de quitter l'Église :

« Il est vrai que PF [Pape François] traite l'Église Militante ( heureusement, il ne peut pas mettre la main sur l'Église Expectante et ce n'est pas dans ses pouvoirs miséricordieusement limités de « faire le bordel » dans l'Église Triomphante ) comme s'il s'agissait d'une sorte de terrain de jeu privé dans lequel il peut se livrer à des jeux qu'il trouve personnellement satisfaisants et accumuler une certaine quantité de ses « bordels » dont il se vante. Mais l'Église est le Corps du Christ. Pas l'aire de jeux de PF ; pas le mien ; pas le vôtre ».

« Il y a eu des Papes épouvantables dans le passé et, selon le temps écoulé jusqu'à l'Eschaton [ fin du monde ], il y en aura probablement plus dans le futur. Rien de tout cela fait un pli sur la différence au fait que l'Église Catholique est l'Arche du Salut ; l'unique et essentielle Arche du Salut ».

« Et ce n'est pas une « organisation à appartenance » humaine et mondaine dont on peut sortir en faisant la gueule. Vous et moi y avons été incorporés par notre Baptême. C’est enraciné dans l'éternité ; splendide comme une armée avec des bannières ; une terreur pour les esprits déchus ; une merveille pour les anges ».

Nous prions pour que le présent Pontificat reflète davantage cette merveille et cette splendeur.

Les éditeurs