lundi 14 mai 2018

Tribune libre : réflexion d’un Mgr

Sur le « Met Gala » blasphématoire
À quel point nous en sommes venus...


Rédigé par : par Monseigneur X
Le 13 mai 2018
SOURCE : Rorate Caeli

Beaucoup de lecteurs ont connu le film d'Otto Preminger de 1963 : « Le Cardinal ». Le film s’approprie une certaine licence avec le roman éponyme de Henry Morton Robinson, mais en plus d'être un excellent film, il recrée exactement beaucoup de beauté de la liturgie de l'Église Catholique à la veille même de son, disons, « renouveau ». L'une des cérémonies les plus anciennes et les plus belles de la liturgie traditionnelle est celle de la Consécration d’un Évêque, et certaines de ses parties sont magnifiquement recréées dans le film de Preminger.


Sans surprise, cette belle liturgie a été piratée par les réformes post-conciliaires. Le Pape Paul VI, ne laissant rien intact, comme à son habitude, commença tout le changement par les cérémonies de Consécration Épiscopale avant même la promulgation de sa Nouvelle Messe en 1969. Voyez à la 28ème seconde dans le clip d'accompagnement du film plus bas, on peut voir et entendre cette partie de la cérémonie traditionnelle dans laquelle la mitre est placée sur la tête de l'Évêque nouvellement consacré. Voyez aussi à la suite la prière en latin et en français qui est dite à ce moment-là. Elle est remplie de références bibliques de l'Ancien Testament et d’allusions à l'Office de l'Évêque trouvées dans le Nouveau Testament :

Imponimus, Domine, capiti hujus Antistitis et agonistae tui galeam munitionis et salutis, quatenus, decorata facie et armato capite, cornibus utriusque Testamenti terribilis appareat adversariis Veritatis ; et, te ei largiente gratiam impugnator eorum robustus exsistat, qui Moysi famuli tui faciam ex tui sermonis consortio decoratam, lucidissimis tuae claritatis ac veritatis cornibus insignisti, et capiti Aaron pontificis tui thiaram imponi jussisti.

Nous mettons, Seigneur, sur la tête de cet Évêque qui doit combattre pour vous, un casque de défense et de salut afin que, par cet ornement de son visage et cette armure de sa tête, qui représente la double force qu’il doit tirer de l’un et l’autre Testament, il paraisse redoutable aux ennemis de la Vérité et qu’il les surmonte par la grâce que vous lui accorderez ; vous qui avez figuré toutes ces choses, par les rayons de la lumière dont vous ornâtes le visage de Moïse votre serviteur ; dans l’entretien que vous eûtes avec lui sur la sainte montagne, et par la tiare que vous lui ordonnâtes qu’on mît sur la tête de votre pontife Aaron.

En voyant la récente parodie au Metropolitan Museum de New York, la mitre et sa parodie occupaient une place prépondérante, tout comme le commentaire de celui qui a le droit de la porter. Tout cela nous rappelait que la cérémonie de Consécration Épiscopale a été été « dépouillée » de la prière ci-dessus, et de tant d'autres prières significatives ... et nous sommes maintenant laissés « nus vers nos ennemis ».