dimanche 20 mai 2018

La Russie, Fatima et l'avenir du Christianisme




Écrit par Dr Boyd D. Cathey Le 11 mai 2018
SOURCE : The Remnant



Cette année et l’année dernière, on célébrait le trois centième anniversaire marquant notre époque moderne : le 11 Novembre 1918 marquera la fin de la Première Guerre Mondiale. Mais les deux autres dates sont, à bien des égards, beaucoup plus importantes en signification et en sens pour nous aujourd'hui. Pendant la période du 13 mai au 13 octobre 1917, Notre-Dame est apparue aux enfants de Fatima, au Portugal. Plus tard en cette même année, le 7 novembre 1917, un événement beaucoup plus inquiétant se produisit : la Révolution Bolchévique lorsque les Communistes Soviétiques prirent possession de l'État Russe et commencèrent leurs véritables efforts de conquête mondiale.

Peut-être trop a déjà été écrit sur la Révolution Russe dans l'histoire de ce 20ème siècle sanglant. L'étude la plus complète du Communisme et de ses effets criminellement tragiques est sans doute l'incroyable volume, Le livre noir du Communisme : Crimes, Terreur, Répression ( 1997, édité par Stéphane Courtois, avec un groupe d'universitaires internationaux ). Environ 100 millions de décès sont documentés et attribués au bacille Communiste mondial. Et il existe d'autres études solides et impressionnantes, y compris des œuvres de Stefan Possony ( Lénine : Le Révolutionnaire Compulsif ), Robert Conquest ( La Grande Terreur ), Simon Montefiore ( Staline : La Cour du Tsar Rouge ), sans parler des descriptions plus personnelles des expériences avec et sous le Communisme, y compris Darkness At Noon d' Arthur Koestler , la collection Le Dieu qui a échoué ( par plusieurs ex-Communistes éminents ), Hommage à la Catalogne de George Orwell , et certainement plus fascinantes et accablantes les différentes œuvres d'Alexandre Soljenitsyne.

Et aux États-Unis, le témoignage personnel le plus époustouflant et le plus critique demeure le livre éloquent Witness [ Le témoin ] de Whittaker Chamber , un volume qui continue d'irriter complètement la Gauche Américaine qui reste totalement enveloppée dans l'étreinte obstinée d'un philosophie Communiste historique. Il suffit de rappeler la propagande Soviétique du New York Times, Walter Duranty, lauréat du Prix Pulitzer pour son journalisme en 1932 concernant sa glorification de l'État Stalinien, modèle qui perdure même après l'occupation brutale de l'Europe de l'Est, le blocus de Berlin 1948-1949 et la suppression des mouvements populaires en Allemagne de l'Est et en Hongrie ( 1956 ). Les voix en Occident et en Amérique qui ont soulevé le spectre de l'infiltration Communiste non seulement dans notre politique, mais dans notre religion et notre culture, notre divertissement et notre établissement éducatif, ont été décriées comme étant « extrémistes de droite » qui ne respectaient pas la liberté de parole ». Et qui « a cherché des coco [ communistes ] sous chaque lit », ou, plus récemment, comme « racistes » et « fascistes ».

Le regretté sénateur Joseph McCarthy, un Catholique du Wisconsin, a été cloué au pilori et sa personnalité a été assassinée en tant qu'« extrémiste de droite ivre et voyou » qui « a inventé des faits » et qui a utilisé sa position de Sénateur pour harceler et battre les victimes innocentes par sa « rage anti-communiste ». Pourtant, comme nous le savons maintenant, les Transcriptions de Venona révélatrices ( documentant l'espionnage Communiste aux États-Unis ) et l'ouverture des anciennes archives Soviétiques, sans parler d'études aussi prestigieuses de Joseph McCarthy du professeur Arthur Herman : Re-réexaminer la vie et l'héritage du sénateur le plus détesté de l'Amérique , et de M. Stanton Evans « Sur la liste noire par l'histoire , McCarthy était essentiellement correct dans sa compréhension de l'infiltration et de la subversion continues et à long terme des institutions Américaines. Et ce fut encore pire qu'il ne l'imaginait ...

Ce qu'il n'a pas et ne pouvait pas prévoir, ce sont les vicissitudes idéologiques du Marxisme post-Communiste et son triomphe ironique en Occident, au moment même où il mourait d'une mort ignominieuse en Russie et dans les anciens États satellites Soviétiques de l'Est. Tout comme l’étiquette Stalinienne et ses commissaires septuagénaires basés à Moscou, après avoir passé en revue fièrement la puissance militaire rouge du Kremlin, ont disparu dans la poubelle de l'histoire après l'échec du dernier coup d'état désespéré du KGB en août 1991, les descendants jadis exilés et persécutés de Léon Trotsky organisèrent une renaissance apparemment miraculeuse — mais c'était une renaissance en Occident, une renaissance qui avait été lentement et sûrement cultivée et solidifiée dans l'esprit de milliers d'éducateurs et d'artistes pendant des décennies [ voir l'excellente étude du Dr. Paul Gottfried, The Strange Death of Marxism ].

À bien des égards, superficiellement, ça ne ressemblait pas à l'image indigeste de l'État Soviétique grincheux et bureaucratique. Cette renaissance a rejeté le « conservatisme » inné du Communisme Soviétique et la « moralité » remarquablement démodée de Moscou ( par exemple, la persécution des homosexuels, l'insistance sur le mariage traditionnel, etc. ). Elle était d’un zèle internationaliste ; elle comprenait les idées des théoriciens Marxistes antérieurs comme Antonio Gramsci et Georg Lukacs qui affirmaient que l'Occident ne pouvait pas être vaincu par la confrontation militaire, mais qu'il le devait par une « longue marche » culturelle à travers ses institutions, ses églises, ses écoles et ses universités, à travers son industrie du divertissement et ses médias, et surtout, par la métamorphose de son langage même et de son mode accepté de communication. Pour atteindre ces objectifs, il en revenait, en effet, à gagner la lutte vieille de soixante-dix ans, victoire que le Communisme Soviétique n'avait pu atteindre.

On peut soutenir que l'une des victoires les plus significatives de ce processus subversif fut la tenue du Concile Vatican II au début des années 1960 au cours duquel feu l'Archevêque Marcel Lefebvre identifia plusieurs « bombes à retardement » enterrées dans une partie du langage équivoque et de la praxis résultante qui ont suivi le Concile ( et qui ont circulé pendant des années auparavant juste en dessous de la surface dans des pays comme la France et l'Allemagne [ cf. Ralph Wiltgen, Le Rhin coule dans le Tibre ). L'Église depuis le 19ème siècle avait été l'opposante la plus dévouée et la plus zélée du Marxisme et l'une des principaux obstacles à son succès éventuel. Émousser la voix de l’Église était essentiel pour le succès Marxiste.

Politiquement, dans un fascinant tournant historique, les deux antipodes supposés intellectuels majeurs de la société Américaine — la Gauche Marxiste ouvertement culturelle, avec ses laquais médiatiques et politiques, et les Néoconservateurs de droite, avec leurs médias et leurs laquais politiques, malgré leurs disputes et leurs chamailleries sur l'Obamacare, les impôts, le commerce et les droits civils — tous deux doivent leurs origines profondes à cet homme matraqué à mort sur les ordres de Staline à Mexico en 1940, Léon Trotsky, plutôt qu'à Joe Staline ou à Thomas Jefferson.

Ces deux parties se sont jointes dans ce qui, au premier abord, était une « alliance » incongrue dans la manifestation d'une haine virulente de la Russie post-Soviétique post-Communiste, et en particulier de son Président Vladimir Poutine.

Mais est-ce vraiment incongru ?

Une grande partie de la haine actuelle pour la Russie et son Président, vingt-sept ans après l'effondrement du Communisme, peut être attribuée à ce que la Russie est devenue après 1991. Certainement, ce n'est pas un modèle ou une copie des États-Unis ou des États de l'Europe Occidentale — et cela constitue une partie importante du problème : le refus manifeste de la Russie de se soumettre à la tutelle politique et économique de Bruxelles et de Wall Street ainsi qu’aux gestionnaires le long du Potomac.

Une question beaucoup plus vaste — et un problème pleinement réalisé par la Gauche Américaine et les pseudo-Néoconservateurs de droite — est la direction culturelle et religieuse vers lesquelles se dirigent la Russie de Poutine et d'autres pays d'Europe de l'Est comme la Pologne et la Hongrie. Franklin ( Graham ) et d'autres Chrétiens conservateurs ont rapporté que la Russie post-Communiste a connu une renaissance du Christianisme traditionnel et a ouvert 28 000 nouvelles églises depuis 1991 ( en plus de restaurer des centaines fermées par les Rouges ) ; ce n'est pas seulement le fait que la Russie ait criminalisé le prosélytisme homosexuel parmi la jeunesse Russe et a promulgué des lois favorisant la famille nucléaire ( rendant le mariage homosexuel illégal ) ; ce n'est pas seulement le fait que la Douma Russe ait adopté l'une des lois anti-avortement les plus fortes de tous les États Européens ; ce n'est pas seulement le fait que le Ministère Russe de la Culture ait parrainé des douzaines de films Chrétiens anti-Communistes et pro-traditionnels ; ce n'est pas seulement le fait que la Russie ait chassé les organisations subversives de George Soros hors du pays.


Un nouveau sondage réalisé par le Levada Research Center
révèle que le nombre de Russes s'identifiant comme athées
a chuté de 50% en trois ans seulement ; la religion prédominante étant l'Orthodoxie
.

Non, c’est non seulement l'une de ces actions ou de nombreuses autres qui ont soulevé l'ire de John McCain, Graham Lindsay et Max Boot, en alliance tacite avec Hillary Clinton, Chuck Schumer et CNN ; c'est tous celles-là.

Et le refrain dans les médias Américains est que « la Russie viole les Droits de l'Homme », « que Poutine est un voyou et un dictateur » ( malgré les récentes élections nationales que plus de 1000 observateurs indépendants ont jugées justes ), que « la Russie veut « établir l'Empire Soviétique » ( une citation complètement inexacte de quelque chose que Poutine a dit il y a plusieurs années quand il a commenté que l'éclatement soudain de l'ancien État Soviétique avait été une tragédie économique, ethnique et sociale — avec des millions de Russes arbitrairement confinés dans de nouveaux pays et avec un mépris total pour les réalités économiques — il ne déplorait pas la chute de l'État Communiste ).

Alors que nous examinons l'anniversaire de la mise en place d'un des régimes les plus sanglants de l'histoire humaine et ce qui est arrivé depuis sa disparition ainsi que la juxtaposition curieuse des forces politiques Américaines dans un « front uni » contre son successeur, les paroles remarquables de Pa Buchanan peuvent sembler pertinentes : « Dans la nouvelle Guerre Froide idéologique, de quel côté est Dieu maintenant ? »

Au cours de l'année écoulée, le Président Russe Vladimir Poutine a participé à plusieurs commémorations officielles des victimes du Communisme, consacrant des « Murs de chagrin » à la mémoire de millions de vies qui ont péri sous cette infamie et dénonçant le Marxisme et ses crimes ( c’est-à-dire à Butovo, Sretenskii ). Il a été accompagné à chaque fois par les dirigeants de l'Église Orthodoxe Russe qui, à bien des égards, devint l'Église clandestine et « martyre » sous sept décennies de barbarie Communiste.

L'une de ces visites récentes de Poutine était le Monastère Sretenskii récemment reconstruit à Moscou, bâti à côté de ce qui était autrefois le siège de la police secrète Soviétique du KGB et du NKVD, Lubyanka. Le Monastère est consacré aux Nouveaux Martyrs — ces milliers de Chrétiens assassinés par les Bolcheviks après la révolution de 1917. La décoration de la nouvelle église reflète cela. Autour de la coupole, il y a des illustrations des principaux saints de l'Église Orthodoxe Russe, parmi lesquels le Tsar Nicolas II et sa famille, symboles de la souffrance du Bolchevisme.

Comme le professeur Paul Robinson le décrit :

« Derrière et au-dessus de l'autel, on peut voir une représentation de la Crucifixion du Christ. Mais autour de la Croix, il n’y a pas seulement la Vierge Marie et Marie-Madeleine, mais aussi quelques Nouveaux Martyrs. À l'extrême droite, un homme et ses deux fils qui ont d'abord soutenu la Révolution et rejoint les Gardes Rouges, mais ont ensuite refusé de renoncer à leur Foi Chrétienne et ont été fusillés. À gauche, entre autres, la Grande Duchesse Elizabeth, devenue nonne après l'assassinat de son mari, le Grand Duc Sergei, assassiné par les Bolcheviks en 1918. A l'extrême gauche se trouve une femme qui, au cours de la Grande Terreur, apportait nourriture et vêtements à ceux détenus par le NKVD, jusqu'à ce qu'elle soit à son tour arrêtée et fusillée ... En mai de cette année, Poutine a assisté au service au cours duquel l'église a été consacrée. Notre guide a parlé de Poutine comme l'ancien chef du FSB, l'organisation qui a succédé aux services secrets Soviétiques qui ont exécuté les Nouveaux Martyrs. Notre guide a déclaré qu'en se présentant au service et en s'inclinant et en priant devant son autel, Poutine s'est effectivement repenti au nom de ces services secrets et a demandé pardon. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que Poutine comprenait parfaitement ce que sa présence symbolisait et quel message il envoyait dans toute la Russie ».

Il n'y a pas de contraste ni de symbolisme plus marqués qui caractérisent les énormes changements survenus en Russie depuis 1991 — mais ce sont précisément ces changements qui menacent tant les élites laïques Occidentales, les Mondialistes et les Internationalistes Marxistes comme George Soros. La Russie est devenue la cible spéciale — mais pourquoi ?

Il y a quelques années, l'écrivaine Solange Hertz racontait dans les pages du REMNANT ( 2 avril 2014 ) l'intérêt croissant pour les Apparitions de Fatima et les Messages de Notre-Dame concernant la Russie. Notre-Dame a commandé par l'intermédiaire de Sœur Lucie que « le Saint-Père ... fasse, et qu’il ordonne cela en union avec lui et en même temps, tous les Évêques du monde, la Consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé » promettant de la convertir à cause de cette journée de prière et des réparations mondiales ». La vive discussion sur Fatima ne touche pas seulement à la dé-Christianisation de l'Occident, mais à la renaissance croissante et vibrante de la Foi en Russie et au rôle qu'elle pourrait jouer dans le futur. Notre Mère Bénie, malgré sept décennies de persécution Communiste, est maintenant plus centrale que jamais dans la Foi du Peuple Russe.

Comme Hertz demande :

« Quand Notre Dame a demandé au Pape de consacrer la Russie en union avec « tous les Évêques du monde », n'y a-t-il pas lieu de soupçonner qu'elle incluait les Évêques schismatiques de l'Orthodoxie, qui, malgré leur illégitimité, sont néanmoins des Évêques valides ? Leur participation volontaire à une telle Consécration, en conjonction avec le Pape de Rome, ne constituerait-elle pas en elle-même une guérison du schisme [ millénaire ] ? Malgré sa désobéissance de longue date, la Russie a toujours un cœur auquel il peut être fait appel et, essentiellement, ce coeur est le Cœur Immaculé de Marie, la Dame qui est apparue si spectaculairement au nom de cette nation à Fatima .

À plusieurs reprises, le Président Vladimir Poutine a indiqué qu'il reconnaissait la position particulière que sa nation pourrait éventuellement occuper dans ce qui pourrait bien être un miracle éventuel de la Foi. Bien sûr, il y a des obstacles considérables, très difficiles à surmonter, à la fois historiques et théologiques, y compris l'hostilité séculaire entre l'Église Orthodoxe Russe et l'Église Catholique.

Comme le rapporte le REMNANT ( 15 mars 2014 ), M. Poutine a pris la parole au Forum International de Valdai ( septembre 2013 ), et bien que ses paroles aient été largement ignorées par les médias traditionnels, des observateurs plus avisés se sont demandés ce qu’elles signifieraient pour l'avenir :

« Nous pouvons voir combien de pays Euro-Atlantiques rejettent leurs racines, les valeurs Chrétiennes qui sont à la base de la civilisation Occidentale, ils renient les principes moraux et leur identité traditionnelle : nationale, culturelle, religieuse et même sexuelle. Ils instaurent à la place des politiques qui mettent sur un pied d'égalité les familles traditionnelles avec les familles LGBT, la Foi en Dieu est égale à la foi en Satan. Cet excès de rectitude politique a conduit les gens à parler sérieusement d’enregistrer des partis politiques dont le but est de promouvoir la pédophilie».

« Dans de nombreux pays Européens, les gens sont gênés de parler de leur religion. Les fêtes Chrétiennes sont abolies ou appelées quelque chose de différent ; leur essence est cachée ainsi que leur fondement moral. Et les gens essaient agressivement d'exporter ce modèle dans le monde entier ».

« Je suis convaincu que cela ouvre une voie directe à la dégradation et au primitivisme, entraînant une crise démographique et morale profonde. Quelle meilleure preuve de cette crise morale que la perte de la capacité de reproduction ? Aujourd'hui, presque toutes les nations développées ne sont plus capables de se reproduire, même avec l'aide de l'immigration ».

« Sans les valeurs du Christianisme et des autres religions du monde, sans des normes morales qui se sont formées au cours de milliers d'années, les gens perdront inévitablement leur dignité humaine. Nous considérons naturel et juste de défendre ces valeurs. Nous devons respecter le droit de chaque minorité à être différente, mais les droits de la majorité ne devraient pas être remis en question. Dans le même temps, nous voyons des tentatives pour lancer les principes d'un gouvernement mondial et brouiller les institutions du Droit International ainsi que le modèle de la souveraineté nationale. Un tel monde, un gouvernement standardisé n'a pas besoin d'États souverains, il a besoin de vassaux. Historiquement, cela représente un rejet de notre propre identité et de la diversité universelle donnée par Dieu ».

À quand remonte la dernière fois que nous avons entendu quel que leader Occidental que ce soit évoquer ces sujets de cette manière ? Clairement, même si les remarques de Poutine sont politiquement colorées, elles indiquent que quelque chose d'important peut se passer.

Les érudits de Fatima tels que le Père Nicholas Gruner et le journal de la Société de Saint Pie X, L'Angélus, ont exploré ces questions ( le numéro de mars-avril 2018 de L'Angélus est largement dédié à la Russie et à la Foi, en particulier l'essai par Andrew J. Clarendon, « Une étoile de l'Est : Dostoïevski et Fatima » ).

Pouvons-nous maintenant paraphraser Pat Buchanan : Qui est maintenant le véritable ennemi des Traditions et des croyances historiques de l'Occident Chrétien ? La « Lumière de l'Est ? » Peut-être ....

Notre-Dame de Fatima, priez pour nous !