mercredi 22 février 2017

« Martin Luther n'est pas un témoin de l'Évangile »
Mgr Schneider concernant le document du Vatican



Par John Vennari
Le 17 février 2017

SOURCE : Catholic Family News









Préambule de Catholic Family News

Le 16 février, les sites Rorate Caeli et Adelante la Fe ont publié une interview vidéo complète avec le célèbre Évêque conservateur Athanasius Schneider du Kazakhstan qui dure environ 48 minutes. L'interview a couvert une myriade de sujets, mais Catholic Family News met ici en lumière la magnifique réponse de Mgr Schneider à propos d'un récent document du Vatican qui nomme l'hérésiarque Martin Luther comme un témoin de l'Évangile. Nous savons que vous apprécierez le franc commentaire de l'Évêque Schneider (Jonh Vennari).

Question : Un document controversé du Conseil Pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens met sur le même pied Saint Ignace de Loyola et Saint François de Borgia avec Martin Luther, en le qualifiant ce dernier de témoin de l'Évangile. En tant que Catholiques, nous sommes conscients des graves dommages que Luther a causés à l'Église, quelle devrait être notre position si nos autorités ecclésiastiques nous invitent à considérer Luther comme un témoin de l'Évangile ?

Mgr Schneider : Eh bien, ce document est publié par le Conseil Pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens, ce Conseil n'a pas d'autorité doctrinale. Nous n'avons pas besoin de prendre au sérieux ce document qui est objectivement erroné. C'est contre l’évidence. Nous ne pouvons pas mettre sur le même plan Luther et Saint Ignace. C'est une contradiction. Luther ne peut pas être un témoin de l'Évangile, et l'Église ne nous demandera pas d'accepter cela parce que ce n'est qu'une déclaration du Conseil Pontifical, donc il ne faut pas la prendre au sérieux.

Quand nous examinons avec sincérité et honnêteté Luther et son travail, il a causé d'immenses dommages à l'ensemble du Christianisme. Il a divisé le Christianisme. Il n'est pas un témoin de l'Évangile. Il a nié presque toute la Tradition antérieure de 1 500 ans. Cela ne peut pas être un témoin de l'Évangile qui se place lui-même en autorité pour interpréter la Parole de Dieu. C'est contre la Foi que le Christ nous a donnée et que les Apôtres nous ont transmise d'une manière fondamentale — de rejeter la Sainte Tradition comme véritable source de Révélation et toute la pensée de l'Église que le Saint-Esprit a guidée dans les questions dogmatiques et doctrinales, et c'est le cas ici. Luther ne rejette pas seulement la Tradition disciplinaire, la Tradition pastorale, mais il rejette la Tradition Doctrinale fondamentale de l'Église. Et la Tradition Doctrinale de l'Église est l'Évangile. C'est l’Évangile. Et quand je rejette la substance de toute la Tradition apostolique et immuable constante de l'Église (dans le cas de Luther, c’est 1 500 ans) je rejette l'Évangile.

Par exemple, au Kazakstan où je vis, il y avait un saint prêtre martyr qui a été béatifié, le bienheureux Oleksa Zarytsky que mes parents ont connu personnellement, il m'a béni quand j'étais enfant. Ce prêtre était du Rite byzantin, mais Catholique. Et les Communistes leur ont demandé de ne pas nier le Christ, de ne pas nier les Sacrements, mais seulement de nier un point de l'Évangile : la primauté de Pierre, la papauté (qui est dans l'Évangile). Le bienheureux Oleksa a dit au tribunal : « Si je nie ce point sur la primauté de Pierre, je nierai tout l'Évangile. Je serai l'anti-témoin de tout l'Évangile ». C'est à notre époque, il est mort en 1963.

Ainsi, dans le cas de Luther, il a rejeté le cœur de l'Église, qui est l'Eucharistie. Il a rejeté l'essence sacrificielle et la substance de la Célébration Eucharistique, et c'est le cœur de l'Église — l'Eucharistie. Ce n'est qu'un exemple. Comment donc peut-on être témoin de l'Évangile quand il rejette le cœur de l'Église, le caractère sacrificiel de la Messe elle-même ?

Luther appela la Messe une invention du diable, un blasphème. Il a appelé la papauté une invention de satan. Comment peut-on considérer cette personne comme témoin ? Lorsque nous faisons cela, nous ne croyons pas au caractère sacrificiel de la Messe, ou nous ne croyons pas à la primauté de Pierre, ou nous ne croyons pas à la manière Catholique de la Tradition Doctrinale immuable de l'Église, nous commettons un mensonge et ne jouons qu’un jeu de rectitude politique. C'est très malhonnête. Ou nous avons une position intellectuelle de relativisme, à savoir que la vérité et la non-vérité sont les mêmes. Dans ce cas, lorsque ce document du Conseil Pontifical affirme que Luther est à peu près du même niveau que Saint Ignace, ils mettent la vérité et l'erreur au même niveau. C'est la position du relativisme philosophique et théologique. Et c'est très dangereux.

Je pense donc qu'il ne faut pas prendre ce document au sérieux parce qu'il n'a pas d'autorité doctrinale. Il est en lui-même contradictoire et complètement erroné. Ce document ne durera pas longtemps. Parce que l'Église est plus puissante, la vérité immuable est plus puissante que ce document faible et très erroné. Il passera avec le temps.