mardi 21 février 2017

La subversion morale de Mgr Barron et
les périls du cléricalisme de la célébrité

Partie I





par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Perspectives Network
Le 21 février 2017

Dans ma précédente chronique sur l'Évêque Robert Barron, le clerc de la célébrité élevé à l'épiscopat par le Pape François, j'ai discuté de la cécité totale de Barron sur la question du « mariage homosexuel ». C'était une capitulation qu'on pourrait présumer en toute charité être un artefact (*) de la situation dans laquelle se trouvait celui qui « expliquait » l'enseignement Catholique à la mode : consentir à être interviewé par un « gay conservateur » marié qu'il ne voulait pas offenser devant les caméras.

Mais le problème avec la manière supposément nouvelle et vivante de présenter l'enseignement Catholique de Barron n'est pas seulement situationnel. Il semble y avoir une veine profonde d'erreur qui court tout au long de son approche des questions de morale sexuelle, une erreur qui découle de sa tentative de défense du déjà catastrophique et problématique Amoris Laetitia (AL).


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Un exemple concret est le récent commentaire vidéo de Barron sur Amoris Laetitia, qui déforme et subvertit ainsi la vérité morale qui nous rend libres. Les citations pertinentes et mes réponses suivent. J’irai droit au but parce que, franchement, à mon avis, l'Église a trop souffert d'une « Nouvelle Évangélisation » qui sacrifie la vérité du Christ à la rhétorique savoureuse.

BARRON : « L'Église — je tiens à le dire ainsi — est extrême dans sa demande et extrême dans sa miséricorde ».

Faux. La « demande » de l'Église n'est pas « extrême » mais reflète plutôt ce que Dieu a inscrit dans notre nature même pour notre liberté et notre bonheur — la loi morale naturelle qui lie tous les hommes, possédant des âmes rationnelles et capables d'actions morales libres. Comme Notre-Seigneur lui-même a déclaré : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira .... Mon joug est facile à porter et mon fardeau est léger ».

Barron présente une caricature : l'Église qui exige quelque chose d'extrême, mais qui est extrêmement indulgente quand, bien sûr, nous ne répondons pas à sa demande « extrême ». Dieu le Père n'a pas émis de « demande extrême » quand Il a commandé : Tu ne commettras pas l'adultère. Notre Seigneur n'a pas non plus fait une demande extrême quand Il a déclaré : « Quiconque renvoie sa femme et en épouse une autre commet l'adultère ». Il n'y a rien d’« extrême » concernant les préceptes fondamentaux de la loi naturelle.

BARRON : « Ainsi, [l'Église] soutient un idéal moral très élevé ».

Faux. Le Sixième Commandement n'est pas un « idéal moral très élevé » mais un précepte moral fondamental, universellement contraignant, qui assure l'intégrité de la famille comme cellule de base de la société selon le plan divin selon lequel « les deux feront une seule chair ». Réduire l'évitement de l'adultère à un « idéal élevé » est de subvertir la Loi de Dieu et de frapper à la base même de la civilisation. Il ne s'agit même pas de mentionner le danger incalculable pour les âmes.

BARRON : « Et [l'Église] a un très grand sens de la compassion et des soins pour ceux qui luttent pour intégrer cet idéal moral élevé ».

Absurdité. L'idée que l'on doit lutter pour « intégrer » le « grand idéal moral » de s'abstenir de l'adultère réduit le Sixième Commandement à une sorte de point de repère pour le développement personnel atteint seulement par un nombre restreint et le rôle de l'Église devient celui d'un entraîneur de vie indulgent pour ceux qui sont en retard dans le grand programme d'auto-amélioration de l'Église.

C'est tout simplement ridicule — d'autant plus lorsqu'il est appliqué aux Catholiques qui ont toutes les aides de l'Église pour maintenir l'état de grâce sanctifiante et d'obéir aux Commandements. Pourtant, même les païens, agissant au niveau de la vertu purement naturelle, sont capables d'observer les préceptes plus simples de la loi naturelle, y compris le précepte contre l'adultère (assisté par des grâces telles que Dieu peut leur donner).

BARRON : « Et ce n'est pas un gain à somme nulle .... Et même un grand nombre de lecteurs de cette lettre [Amoris Laetitia] tombent dans ce piège : si vous parlez de la miséricorde très fortement, oh ça signifie que vous devez temporiser l'idéal. Ou si vous élevez l'idéal, vous feriez mieux de temporiser la miséricorde .... La logique du Catholicisme est une logique radicale « à la fois de deux » et « logique ». Nous faisons une demande extrême et nous exprimons la miséricorde extrême. C'est, je pense, la clé de la lecture de cette lettre [Amoris Laetitia] ».

Faux. Le Sixième Commandement, exprimant un précepte fondamental de la loi naturelle, n'est ni un « idéal » ni une « demande extrême ». Le caractère erroné de la loi morale de Barron — conformément au thème même du chapitre VIII d’Amoris Laetitia — élimine précisément le concept de la loi morale.

L'absurdité morale de l'argumentation de Barron est apparente sur réflexion d'un seul moment : il ne soutiendrait jamais que « Tu ne tueras pas » ou « Tu ne devras pas voler » ou « Tu ne feras pas de faux témoignage contre ton prochain » sont des « idéaux » et des « extrêmes ». Pourquoi donc l'exception furtive du Sixième Commandement, interdisant les péchés de la chair — qui, comme le prévient Notre-Dame de Fatima, sont la cause de plus d'âmes perdues que tout autre péché ?

La réponse devrait être évidente : Amoris Laetitia cherche de lui-même à créer une telle exception et Barron a l'intention de défendre Amoris Laetitia. Dans la colonne de demain, nous verrons jusqu'à quel point l'Évêque Barron est disposé à aller dans le compromis de l'intégrité de l'enseignement moral de l'Église et de sa discipline connexe afin de défendre les nouveautés indéfendables d’Amoris Laetitia.

* Artefact = Structure ou phénomène d'origine artificielle ou accidentelle qui altère une expérience ou un examen portant sur un phénomène naturel.