mardi 14 février 2017

Amoris Laetitia: L´Évangile du dimanche 12 février 2017

explique pourquoi l'église a toujours refusé
la communion aux divorcés-remariés





Source : Marco Tosatti, vaticaniste journaliste à La Stampa ...

Lu chez : Diakonos





En l'absence d'une réponse de la part du Pontife régnant aux dubia exprimés par les cardinaux, Amoris Laetitia continue à causer son lot d'interprétations et de problèmes. La semaine dernière, la presse publiait cette lettre qu'un prêtre Allemand en mission en Amérique Latine envoyait à son ami, un Évêque Autrichien. [Ndt: ce prêtre était confronté à des divorcés remariés qui exigeaient l'absolution en invoquant Amoris Laetitia. Refusant de trahir sa conscience, ce prêtre envisageait de commencer à absoudre les gens "au nom du Pape François"] [ voir : « Amoris Laetitia, tensions dans les tranchées des confessionnaux »

Aujourd'hui, dans un tout autre contexte, Mgr David Kagan, l'Évêque de Bismarck, aux États-Unis, évoque à ce que de nombreux fidèles ont pensé dimanche dernier pendant la lecture de l'Évangile du jour. C'est Jésus qui parle: "Il a été dit également : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ."

Plutôt ennuyeux, non? C'est tellement simple et définitif, et c'est Jésus qui parle et un scribe ou un pharisien. Et de fait, Mgr Kagan a posté sur Twitter: "Lisez l'Évangile d'aujourd'hui. Il ne faut pas s'étonner que l'Église ait toujours enseigné que les divorcés remariés ne peuvent pas recevoir la Sainte Communion. Sixième commandement."

Ce même évêque avait posé le 9 février sur Twitter: "Sur quoi l'enseignement définitif de l'Église sur le mariage se base-t-il? Lisez la première lecture de la Genèse. Voilà la vérité et aucune autre."

"Le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. » Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes, puis il referma la chair à sa place. Avec la côte qu’il avait prise à l’homme, il façonna une femme et il l’amena vers l’homme. L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair ! On l’appellera femme – Ishsha –, elle qui fut tirée de l’homme – Ish. » À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Tous les deux, l’homme et sa femme, étaient nus, et ils n’en éprouvaient aucune honte l’un devant l’autre."

Personnellement, je crois qu'il y a un problème, un gros problème, et qu'il ne s'agit pas d'un problème idéologique ou de gens qui en voudraient à ce Pape. Sans doute s'agit-il de personnes qui ont consacré une bonne partie de leur vie à défendre l'Église et le Pape contre vents et marées. Le fidèle ordinaire, à l'écoute de ces lectures, trouve difficile que deux plus deux fassent cinq. Même si certains jésuites ou théologiens y parviennent. Mais nous, nous ne sommes que de pauvres gens.