lundi 6 février 2017

La clique du Pape



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : The Remnant
Le 6 février 2017



Note au lecteur : pour chaque paragraphe décrivant une personne ou un groupe dans le texte plus bas, la version originale anglaise de l'auteur renvoie le lecteur à une page Internet qui appuie ses affirmations. Avis donc à ceux qui seraient intrigués par une ou plusieurs des affirmations d'aller consulter la page originale mentionnée sous le titre SOURCE plus haut.

Les Italiens ont un dicton : « Dimmi con chi vai e ti dirò chi sei », qui se traduit par « Dites-moi qui sont vos amis et je vous dirai qui vous êtes ».

À ce point du pontificat calamiteux de Jorge Mario Bergoglio, la liste de ses amis, ceux qui sont proches de son cœur, auxquels il a prodigué une attention particulière, nous dit clairement qui il est :


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

· Une dame avorteuse qui est devenue une politicienne de gauche radicale en Italie et qui s’est vantée d'avoir exécuté des milliers d'avortements illégaux avec une pompe à bicyclette ;

· Des gens qui vivent dans l'adultère et qu'il conseille de recevoir la Sainte Communion sans amendement de leur vie et sans tenir compte d'aucun conseil sacerdotal contraire ;

· Des homosexuels flagrants vivant dans des « unions »fondées sur la sodomie ;

· Un prêtre homosexuel flagrant qu'il a placé en charge de sa maison ;

· Un prêtre militant pro-homosexuel dont il a embrassé les mains ;

· Des « transgenres », dont une qui s'est mutilée pour ressembler à un homme et qui a prétendu être « engagée » à « épouser » une autre femme, puis a eu une audience personnelle avec François, accompagnée de sa « fiancée » imaginaire.

· Le prêtre défroqué et prédateur d’enfants qu'il a réintégré et dont il a levé la suspension de ses facultés décrétée sous Benoît XVI, passant par-dessus ainsi la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ;

· Un Évêque qui a protégé un prêtre de son abus d'enfant ;

· Le Cardinal Allemand notoirement moderniste dont la notion de « miséricorde » sous forme de Communion pour les adultères publics dans les « seconds mariages » dont François a fait la promotion dès le début de son pontificat,

· Un Cardinal qui participe à des messes de ballons et qui est le porte-parole officiel de François concernant la permission dans Amoris Laetitia de la Sainte Communion pour les divorcés et « remariés » ;

· Encore ici un Cardinal de l'hétérodoxie notoire, qui a protégé un prêtre de ses abus d'enfant, qui a dû démissionner en disgrâce, et qui plus tard a comploté pour l'élection de François et a ensuite été récompensé en étant nommé au Synode bidon sur la Famille ;

· Un membre de l'Ordre Souverain des Chevaliers de Malte, qui a supervisé la distribution des contraceptifs et qui a été dûment renvoyé de son poste par le Conseil des Gouverneurs de l'Ordre lorsqu'il a refusé de démissionner, mais alors — en violation flagrante de toutes les lois et normes applicables — il fut réintégré de force par François après qu'il eut forcé le dirigeant de l'Ordre à démissionner ;

· Le journaliste radicalement gauchiste et athée à qui il a fait d'innombrables remarques scandaleuses rapportées dans la presse ;

· Des clercs timbrés et Luthériens de toutes sortes, y compris des dames « Évêques » ;

· Un Rabbin libéral et un leader Musulman ;

· Divers ministres Protestants dont un avec qui il « s’est tapé les cinq » ; [ se taper mutuellement la paume de la main en signe de victoire ]

· Un prêtre marxiste qui pense que Fidel Castro a été un don du Saint-Esprit et dont la suspension par Jean-Paul II a été levée par François ;

· Des théologiens de la libération, y compris Leonardo Boff, qui a abandonné le sacerdoce et a tenté le mariage ;

· Les théologiens moraux qui s'opposent à Humanae Vitae ; incluant Bernard Häring, peut-être le plus infâme des dissidents ;

· Les dictateurs Communistes dont Fidel Castro et Raul Castro ;

· Les dictateurs Marxistes, y compris celui qui lui a donné un crucifix à l’effigie du marteau et de la faucille qu'il a personnellement ramené avec lui à Rome ;

· Les idéologues écologistes radicaux ;

· Les contrôleurs de la population athées qui favorisent la contraception, l'avortement et la stérilisation ;

· Barack Obama ;

· Les politiciens libéraux, les vedettes du rock et les acteurs timbrés de Hollywood qui méprisent l'Église mais aiment François ;

· Les promoteurs du Super Bowl et du Lady Gaga à la mi-temps ;

· Tout Catholique divorcé et « remarié » ainsi que tous ceux impliqués dans de l'activité homosexuelle, qui utilisent la contraception ou qui n'est pas autrement un « rigoriste » qui pensent que les préceptes négatifs de la Loi divine et naturelle sont sans exception ;

· Les Protestants libéraux et les Apologistes Musulmans en général.

Cette liste, quoique apparemment exhaustive, n'est aucunement complète, mais elle devrait suffire. D'autre part, il est beaucoup plus facile d'énumérer ceux qui ne sont pas amis de François :

· Les Catholiques Orthodoxes, y compris les Cardinaux et les Évêques qu'il a renvoyés, les Ordres religieux traditionnels qu'il a détruits et les nombreux jeunes qui se consacrent à la tradition liturgique de l'Église.

· Les politiciens conservateurs ou populistes — surtout Donald Trump, contre lequel il vient de lancer une attaque à peine voilée dans sa dernière vidéo papale (voir le vidéo ici).

Alors, que savons-nous de François sur la base des amis de celui-ci ? Nous savons ce qu'Antonio Socci a déclaré avec une sincérité sans pareille : qu'avec la fin du régime Obama, la chute de Hillary Clinton et la montée du populisme Occidental, François est « le seul point de référence pour la gauche internationale qui est privée d'un leader » tandis que pour les fidèles Catholiques, il est « toujours plus perçu comme un politicien et un corps étranger » dans l'Église.

Je pense que l'expression « corps étranger » dit tout.