jeudi 9 février 2017

Antonio Socci appelle à prier pour le Pape




Antonio Socci est journaliste, présentateur de télévision et l'auteur d'une vingtaine de livres sur l'Église Catholique.

Lu chez : Diakonos


Au moment de l'élection du Pape Bergoglio, il a été l'un des premiers à l'accueillir à bras ouvert non seulement parce qu'ils avaient des amis communs mais également parce qu'il appréciait cet évêque qui se déplaçait dans Buenos Aires à l'aide des transports publics, qui habitait un modeste appartement et qui côtoyait les quartiers pauvres de la capitale.

Il a également été l'un des premiers à exprimer sa désillusion et ses questionnements face à l'étrange démission de Benoît XVI et aux doutes soulevés par les canonistes sur la présence de deux papes au Vatican, c'était l'objet de son premier livre « Non è Francesco ». Par la suite, il a régulièrement pointé du doigt la politique mise en oeuvre par le Pape argentin et son entourage dont il dénoncé les dérives et les risques dans un autre livre adressé au pape, « La profezia finale » sous-titré « Lettre au pape François sur l'Église en temps de guerre ». Le pape François l'avait d'ailleurs remercié pour ce livre et les critiques constructives dans une note de écrite de sa main.

Tout en avouant son goût pour la controverse et les débats vigoureux, il constate que la situation est en train de déraper et avoue qu'il est choqué par la violence des polémiques qui ont déchiré les Catholiques ces derniers jours.

Aujourd'hui, il dénonce une guerre civile larvée entre Catholiques avec une criminalisation réciproque qui n'a plus grand-chose de chrétiens. Il constate que des invectives inacceptables circulent sur le pape dans les médias sociaux, souvent relayées par les personnes qui se sentent blessées par certaines expressions utilisées par le pape pour critiquer les Catholiques soi-disant « rigides » et amplifiées par la presse laïque.

Selon lui, l'Église est actuellement en train de vivre un moment délicat et dramatique et il appelle à éviter toute expression susceptible d'alimenter l'animosité et les rancoeurs et à chercher celles qui, au contraire, favorisent le dialogue fraternel.

Il lance enfin un appel à prier pour le pape François pour que le Seigneur l'assiste dans son ministère et l'illumine pour lui faire prendre conscience de la situation de souffrance et de confusion vécue par de nombreux chrétiens à cause de certaines de ses déclarations et de ses décisions.

Il nous invite enfin à élargir notre prière au pape Benoît pour que sa contribution à la vie de l'Église puisse être accueillie et à chacun de nous pour que nous pensions à notre propre connversion en vue d'être sauvés. .