samedi 21 juillet 2018

Le Professeur Josef Seifert

Le Pape tombera en « hérésie énorme »
s'il approuve la contraception



par : Lisa Bourne
SOURCE : Life Site News
Vendredi le 17 juillet 2018




17 juillet 2018 (Life Site News) — Si le Pape François consent à tout écart par rapport à l'enseignement de Humanae Vitae — autorisant de quelque manière que ce soit l'usage de la contraception ou niant le mal intrinsèque de cette utilisation — il endosserait « une erreur éthique totale et une énorme hérésie » a déclaré le philosophe Catholique renommé Josef Seifert.

La Doctrine exprimée dans l'Encyclique historique du Bienheureux Pape Paul VI, qui renforce l'enseignement pérenne de l'Église sur l'immoralité intrinsèque du contrôle artificiel des naissances, ne peut être changée, ont dit Seifert et d'autres théologiens.

Le Président de la nouvelle Académie Jean-Paul II pour la Vie Humaine et la Famille et ami personnel de feu Saint Jean-Paul II, Seifert était l'un des nombreux chercheurs contactés par le National Catholic Register pour considérer un récent effort afin de « réinterpréter » ou de réviser Humanae Vitae. Chacun a exclu que la Doctrine de Humanae Vitae ne puisse jamais être changée.

La Doctrine ne peut pas se nier, se contredire

« La Doctrine proclamée définitivement ne peut être changée ni en niant ni en contredisant ce qui a été enseigné, ni en affirmant ce qui est incompatible avec une telle vérité » a déclaré le Père George Woodall, professeur de théologie morale au Pontifical Regina Apostolorum Athenaeum de Rome.

« S'il devait y avoir un « développement authentique de la Doctrine » » a déclaré Woodall, « cela ne requerrait ni n'impliquerait aucune de ces possibilités, mais approfondirait un point particulier de la Doctrine antérieure tout en maintenant cette Doctrine intacte ».

Ceux qui suggèrent un tel développement doctrinal doivent alors montrer que tout ce qu'ils proposent ne viole pas ce principe et est donc également compatible avec « la Doctrine définitive constante ».

Seifert nota au National Catholic Register que le Père Maurizio Chiodi, nouveau membre de l'Académie Pontificale pour la Vie, avait échoué à cet égard.

Une rupture radicale avec l'enseignement de l'Église

Plus tôt cette année, Chiodi, professeur de théologie morale à l'Université du Nord d'Italie à Milan, a contesté l'enseignement de l'Église selon lequel l'utilisation de la contraception était intrinsèquement mauvaise et préconisait l'usage de la contraception dans certains cas. Chiodi a tiré son argument d'Amoris Laetitia.

La théorie de Chiodi était « totalement irrecevable et constituait une rupture radicale avec l'enseignement de l'Église » a déclaré Seifert.

« Si le Pape devait accepter ces changements, il accepterait une erreur éthique totale et une énorme hérésie » a-t-il dit. « Tout Catholique devrait prier pour que le Pape rejette ce « nouveau paradigme » qui n'est rien d'autre qu'une vieille erreur éthique et la destruction même de l'enseignement moral de l'Eglise ».

Seifert dit qu'un exemple de développement ou d'explication acceptable de la Doctrine serait de démontrer que la séparation du sens procréatif et unitif de l'acte matrimonial n'est pas la seule raison pour laquelle l'utilisation de la contraception est mauvaise et d'autres raisons démontrent son immoralité.

La contraception est intrinsèquement mauvaise

« Ce ne serait pas un changement de l'enseignement de Humanae Vitae et encore moins un changement de la vérité éternelle qu'il proclame » a-t-il dit, « mais une addition complémentaire et une conclusion de son argumentation pour la vérité inviolable que la contraception est intrinsèquement mauvaise ».

La question de savoir quelles nouvelles compréhensions pourraient être acceptées de Humanae Vitae a également été posée au Père Robert Gahl de l'Opus Dei, professeur agrégé d'éthique à l'Université Pontificale de la Sainte Croix à Rome.

« L'enseignement de l'Église doit toujours respecter et confirmer la vérité sur l'amour conjugal comme une sorte d'amitié intrinsèquement ouverte à une nouvelle vie » a déclaré M. Gahl. « Mais de nouvelles explications et de nouveaux programmes pastoraux peuvent développer la Doctrine, non pas en la changeant, mais en la clarifiant, et en offrant de nouvelles voies de conformité à cette même Doctrine ».

Revoir, revisiter, réviser, réinterpréter

Edward Pentin du National Catholic Register a énuméré de nombreuses raisons dans un article qui ont causé des inquiétudes que l'enseignement de Humanae Vitae est en danger.

Parmi celles-ci, le Pape nomme des dissidents de Humanae Vitae à l'Académie Pontificale pour la Vie — après avoir vidé les anciens membres de l'Académie qui soutiennent l'enseignement de l'Église sur la contraception et la vie — également une commission clandestine du Vatican établie par François pour réinterpréter Humanae Vitae à la lumière de son Exhortation controversée Amoris Laetitia, et aussi le fait que François ait loué le théologien moral Allemand Bernard Häring, l'un des dissidents les plus influents contre Humanae Vitae au moment de sa publication, pour sa recherche « d'une nouvelle manière d'aider la théologie morale à s'épanouir à nouveau ».

En plus de cela, le rédacteur en chef d'Avvenire, Luciano Moia, a publié en juin les 10 « points gênants » concernant les résultats des Synodes sur la Famille 2014-15.

Moia, un autre dissident de Humanae Vitae, avait affirmé entre autres choses dans sa liste que Paul VI lui-même ne voulait pas une déclaration d'infaillibilité pour Humanane Vitae, que l'écrasante majorité des pratiquants n'utilisaient plus les « méthodes naturelles » pour la planification familiale et que le problème de contraception est, pour la plupart des couples, en diminution de sa pertinence éthique.

Il a également déclaré que le point crucial de Humanae Vitae était la « relation indissoluble entre l'amour conjugal et la fécondité ». Les défenseurs de Humanae Vitae soutiennent que l'inséparabilité ne se rapporte pas au lien indissoluble entre l'amour conjugal et la fécondité mais plutôt entre les actes conjugaux et les couples à être ouverts à la création d'une nouvelle vie humaine.

« L'Encyclique ne parle pas de l'amour conjugal ici, mais des actes conjugaux » a déclaré Stephan Kampowski, professeur d'anthropologie philosophique à l'Institut Théologique Pontifical Jean-Paul II de Rome.

« Ceci est crucial » a déclaré Kampowski, citant Humanae Vitae # 14, qui souligne la « signification unitive et la signification procréatrice qui sont tous deux inhérents à l'acte du mariage », et que « l'homme de sa propre initiative ne peut pas rompre ».

Les prêtres laissés confus avec l'enseignement de Humanae Vitae

Alors que le 50e anniversaire de Humanae Vitae approche ce mois-ci, les théologiens ont déclaré au National Catholic Register que le document, depuis sa publication, avait reçu une dissension énorme depuis sa publication et que le changement le plus attendu et le plus acceptable concernant Humanae Vitae serait d'enseigner efficacement son contenu — à commencer par les Évêques et les prêtres .

« Beaucoup d'Évêques, comme beaucoup de prêtres et d'autres à l'époque de Humanae Vitae et depuis, n'ont peut-être jamais lu le texte de l'Encyclique complètement ou attentivement ou souvent ne le comprennent pas » a déclaré Woodall.

« Trop d'Évêques et de prêtres » ont été « confus » et n'ont jamais reçu d'explication sympathique » de l'enseignement de l'Encyclique, a-t-il ajouté, « ou ils se laissaient emporter par la pression médiatique et l'opinion publique ».

Kampowski a déclaré : « Le plus grand besoin de développement en ce qui concerne le message de Humanae Vitae réside dans son enseignement répété et avec confiance ».

Woodall a déclaré que certains éléments pourraient être mieux enseignés, par exemple le fait que Humanae Vitae ne condamne pas seulement la contraception « artificielle », mais aussi tout acte qui « peut empêcher la procréation ». Le mot « artificiel » a été mal traduit du Latin, a-t-il dit, et le mot « délibérément » serait une version plus correcte.

Seifert a déclaré qu'il serait « acceptable et bon » d'expliquer davantage ce que Humanae Vitae entend par « l'ouverture généreuse à une vie nouvelle » et qu'une « attitude parentale normale » devrait signifier « laisser entièrement à Dieu combien d'enfants Il veut nous donner ».