samedi 21 juillet 2018

Pourquoi les Européens de l'Est
sont-ils hostiles à l'Islam ?
Regardez l'histoire




par : Raymond Ibrahim

Raymond Ibrahim, auteur d'Al-Qaïda Reader, « Crucified Again », et plus récemment « Sword and Scimitar : Quatorze siècles de guerre entre l'Islam et l'Occident », est un membre de Judith Rosen Friedman au Forum du Moyen-Orient et un chercheur de l'Institut Gatestone.



SOURCE : Life Site News
Le 18 juillet 2018


Remarque

Une partie de cet article a été extraite du nouveau livre de l'auteur, « Sword and Scimitar : Quatorze siècles de guerre entre l'Islam et l'Occident » ( préface de Victor Davis Hanson ). Toutes les citations proviennent de là.



18 juillet 2018 ( American Thinker ) — Pourquoi plusieurs nations d'Europe de l'Est se sont-elles montrées si intransigeantes contre les migrants Musulmans ? Plus récemment, lorsque le député Polonais Dominik Tarczyński a été interrogé au début de ce mois sur le nombre de « réfugiés » que la Pologne a accueillis, il a répondu catégoriquement : «Zéro».

Quand l'interviewer Britannique, dont la nation a accueilli des millions de migrants Musulmans, s'est moqué de : « Et vous en êtes fier ? », il a dit : « Nous ne recevrons même pas un Musulman, car c'est ce que nous avons promis [ aux électeurs ] ... c'est pourquoi notre gouvernement a été élu ; c'est pourquoi la Pologne est si sécuritaire, c'est pourquoi nous n'avons même pas eu une seule attaque terroriste ».

Considérant que « des milliers de Catholiques ont formé une chaîne humaine aux frontières de la Pologne » à la fin de l'année dernière « pour prier pour la paix et « contre l'Islamisation de l'Europe », » il est clair que le gouvernement Polonais agit au nom du peuple.

Qu'est-ce qui explique cette réponse résolument anti-Islamique ? La réponse repose dans l'histoire. Contrairement à la plupart des pays d'Europe de l'Ouest qui, par leur proximité géographique, ont été pendant des siècles hors de portée de l'Islam — et ont donc tout oublié —, les Européens de l'Est connaissent l'Islam intimement.

En effet, un événement qui s'est produit cette semaine dans l'histoire jette beaucoup de lumière sur la situation actuelle. Le 14 juillet 1683, la plus grande armée Islamique qui n’ait jamais envahi le territoire Européen — ce qui est important vu les milliers d'invasions qui l'ont précédée depuis le VIIIe siècle — est venue entourer Vienne, le cœur du Saint Empire Romain et l’ennemi juré de Islam.

Quelque 200 000 combattants Musulmans, sous la direction des Ottomans — le seul État en presque quatorze siècles d'histoire Islamique qui s’est le plus consacré et fondé sur les principes du djihad — ont envahi sous le même raisonnement que les groupes dits « radicaux » tel que l’État Islamique qui le mentionne pour justifier leur jihad sur les « infidèles ». Ou, pour citer le chef de l'expédition Musulmane, le Grand Vizir Kara Mustafa, parce que Vienne était perçue comme la tête du serpent infidèle, elle devait être abaissée pour que « tous les Chrétiens obéissent aux Ottomans ».

Ce n'était pas un vantard oisif ; les sources décrivent Mustafa comme « fanatiquement anti-Chrétien ». Après avoir capturé une ville Polonaise en 1674, il ordonna que tous les prisonniers Chrétiens soient écorchés vifs et leurs peaux empaillées envoyées comme trophées au Sultan Ottoman Muhammed IV.

Une telle haine suprémaciste était standard et exposée pendant la cérémonie pré-jihad qui était élaborée et qui présageait le siège de Vienne. Alors, le Sultan, « désirant [ Mustafa ] qu’il se batte généreusement pour la foi Mahométane », pour citer un Européen contemporain, a placé « l'étendard du Prophète ... dans ses mains pour l'extirpation des infidèles et l'augmentation de Musulmans »

Une fois que l'armée Musulmane massive a atteint et encerclé les murs de Vienne le 14 juillet, Mustafa a suivi le protocole. En effet, en 628, son prophète Mahomet avait envoyé un ultimatum à l'Empereur Héraclius : aslam taslam, « soumets-toi [ à l'Islam ] et fais la paix ». Héraclius a rejeté l'appel ; le djihad a été déclaré contre la Chrétienté ( tel qu’inscrit dans Coran 9 : 29 ) ; et en quelques décennies, les deux tiers du monde alors Chrétien — y compris l'Espagne, l'ensemble de l'Afrique du Nord, l'Égypte et la Grande Syrie — ont été conquis.

Or, plus d'un millier d'années plus tard, le même ultimatum de soumission à l'Islam ou de mort avait atteint le cœur de l'Europe. Bien que le commandant Viennois n'ait pas pris la peine de répondre à l'appel, des graffitis à l'intérieur de la ville — y compris « Muhammad, toi le chien, rentre chez vous ! » — semble capturer son humeur.

Donc ce sera la guerre. Le lendemain, Mustafa déchaîna tout l'enfer contre les murs de la ville et pendant deux mois, les Viennois enfermés et largement dépassés en nombre subirent la peste, la dysenterie, la famine et de nombreuses victimes — y compris des femmes et des enfants — au nom du djihad.

Puis, le 12 septembre, alors que la ville avait atteint sa dernière extrémité et que les Musulmans allaient foncer, les prières de Vienne furent exaucées. Comme un Anglais anonyme l’a expliqué :

« Après un siège de soixante jours, accompagné de mille difficultés, de maladies, de privations et de grandes effusions de sang, après un million de coups de canon et de fusil, de bombes, de grenades et de toutes sortes de feux d'artifice, qui a changé le visage de la ville la plus belle et la plus florissante du monde, fut défigurée et ruinée ... le ciel a accueilli favorablement les prières et les larmes d'un peuple abattu et lugubre ».

Le redoutable Roi de Pologne, Jean Sobieski, était finalement arrivé à la tête de 65 000 Polonais, Autrichiens et Allemands lourdement armés, tous prêts à venger la ville assiégée. Arguant que « ce n'est pas seulement une ville que nous devons sauver, mais tout le Christianisme, dont la ville de Vienne est le rempart », Sobieski a mené une charge de cavalerie tonitruante — la plus grande de l'histoire — contre les assiégeants Musulmans.

Malgré une victoire spectaculaire, les conséquences furent sanglantes : avant de s'enfuir, les Musulmans massacrèrent rituellement quelque 30 000 captifs Chrétiens recueillis lors de leur marche vers Vienne, violant les femmes à l'avance. En entrant dans la ville libérée, les libérateurs rencontrèrent des tas de cadavres, des égouts et de gravats partout.

C'est cette histoire de l'agression Islamique — au début du XIVe siècle, lorsque les Musulmans ont pris pied dans le sud-est de l'Europe ( Thrace ) et au XXe siècle, lorsque le Sultanat Ottoman s'est effondré — qui sont les fondements des visions de l’Europe de l’Est sur l'Islam.

Comme un Polonais, faisant écho aux paroles de Sobieski, a déclaré lors de la manifestation de la chaîne humaine de l'année dernière : « Une guerre religieuse entre le Christianisme et l'Islam est de nouveau en cours en Europe, comme dans le passé ».

Alors que les nations Occidentales citent le manque d'intégration, les disparités économiques et les griefs pour expliquer la croissance exponentielle du terrorisme, de la violence et des viols liés à la vie aux côtés de grandes populations Musulmanes, les pays de l'Est ne voient qu'une continuité d'hostilité.