mercredi 25 juillet 2018


Pour faire face au scandale : ce que chacun peut faire





Par: Phil Lawler

Phil Lawler a été journaliste Catholique depuis plus de 30 ans. Il a édité plusieurs revues Catholiques et écrit huit livres. Fondateur de World Catholic News, il est le directeur des nouvelles et analyste en chef à CatholicCulture.org.

SOURCE : Catholic Culture
Le 24 juillet 2018


Peut-être l'article le plus prescient que j'ai jamais publié dans mes années en tant qu'éditeur, et certainement le plus controversé, est le Problème du Prêtre Gai, par le Père Paul Shaughnessy, SJ, paru dans le numéro de novembre 2000 sur le site Catholic World Report. La section finale de cet article, qui offre quelques conseils aux fidèles, semble être d'actualité aujourd'hui dans le sillage du scandale McCarrick :

Chacun d'entre nous, selon sa situation dans la vie, peut apporter une modeste contribution au renouveau.

CE QUE ROME PEUT FAIRE

Exigez des têtes sur des plateaux. Aucun homme ne devrait être fait Évêque et aucun Évêque ne devrait être promu, à moins qu'il n’embrasse la Doctrine Catholique authentique au sujet de la morale sexuelle et qu’il mène une vie moralement droite. Mais cette première condition est trop facile à simuler ; n'importe qui peut faire semblant de donner suite à l'enseignement de l’Église. Par conséquent, aucun homme ne devrait être promu à moins d'avoir des antécédents d’avoir coupé des têtes et d’avoir réglé des problèmes d'actes répréhensibles, en congédiant des séminaristes gais ou des professeurs de séminaire, par exemple, ou en se débarrassant de criminels dans une aumônerie universitaire. La raison en est que les homosexuels sont parfaitement préparés à laisser un de leurs membres faire de l’enseignement de l'Église s'il obtient ainsi une promotion, mais si un homme expose leur iniquité et agit contre elle, ils riposteront farouchement s'il y a des munitions à avoir ou s’il y a tout acte répréhensible dans le passé de leur adversaire. Ils feront le tamisage nécessaire par esprit de vindicte. Gardez à l'esprit que cela vaut aussi pour les méfaits hétérosexuels. Rome devrait préciser qu’avant qu'un homme puisse être considéré comme sujet épiscopal, il a besoin de scalps suspendus à sa ceinture. Dieu sait qu'il n'y a pas de pénurie d'opportunités.

CE QUE PEUVENT FAIRE LES ÉVÊQUES

Demandez et faites savoir
. La politique devrait être explicite : les homosexuels ne sont pas admis dans les séminaires. Entre autres, cela entraînera une augmentation des vocations et de bonne qualité au surplus. Les prêtres ordonnés jugés homosexuels devraient avoir la possibilité de rechercher une thérapie réparatrice par laquelle ils peuvent être libérés de leur désordre ou être obligés de cesser leur ministère. Le temps pour des solutions plus douces est passé.

Abolir l'Absolution Générale. Il ne faut pas beaucoup d'imagination pour deviner qui a le plus grand intérêt dans l'absolution sans confession. Mettez-y fin.

Restaurez la simplicité à la vie sacerdotale. Le confort physique est l'oxygène qui nourrit les feux de l'indulgence homosexuelle. Coupez-le. Lorsque vous entrez dans un presbytère, jetez un coup d'œil à l'armoire à liqueurs, aux vidéos, à la garde-robe, aux magazines et demandez-vous : « Ai-je l'impression que l'homme qui vit ici a l'habitude de dire non à lui-même ? » Si la réponse est négative, les chances sont que sa vie de chasteté soit aussi en désordre. Il va sans dire que les Évêques réformateurs devraient donner l'exemple dans ce département et non pas simplement exhorter.

CE QUE LES LAÏCS PEUVENT FAIRE

Défiez les prêtres mal à l'aise avec leur sacerdoce. Lorsqu'un prêtre quitte le presbytère et ne porte pas de tenue cléricale, il n'est pas nécessaire de supposer automatiquement qu'il le fait pour s'engager dans un vice contre nature. Ce peut être un vice naturel. Mais il n'y a presque jamais une bonne raison pour qu'un prêtre porte le mufti loin de chez lui. Confrontez-le. Ne soyez pas pris par l'excuse que c'est son jour de congé. Vous ne prenez pas des vacances de votre sacerdoce pas plus que vous prenez des vacances de votre mariage. Un pasteur qui voit qu'un paroissien a enlevé sa bague de mariage pour sa « soirée de garçons » a le devoir de demander une explication ; de même, les laïcs ne devraient pas hésiter à confronter les prêtres qui repoussent les signes extérieurs de leur sacerdoce. Il se peut que Monseigneur ne veuille pas que son collet soit coincé dans l'extracteur lors du remplacement des embrayages de sa camionnette ; si c'est le cas, il sera ravi de l’expliquer.

Utilisez votre chéquier comme une carotte et un bâton. Rappelez-vous que lorsque votre associé pastoral vole à Rio pendant le Mardi Gras, vous payez la facture. Ne soyez pas des partenaires silencieux dans la corruption. Quand un scandale impliquant un prêtre frappe les journaux, découpez d'abord l'article de nouvelles pertinent ; deuxièmement, envoyez un chèque de 100 $ aux Missionnaires de la Charité ( les Sœurs de Mère Teresa ) ; troisièmement, lorsque vous recevez une demande de dons de la part de l’endroit du scandale, joignez l'article dans l'enveloppe de retour avec une photocopie de votre chèque aux Missionnaires de la Charité et une note à cet effet : « Mes contributions précédentes étaient destinées au soutien de mes pasteurs et à la propagation de la Foi. À partir de maintenant, vous pouvez payer votre propre gelée K-Y et votre propre AZT. Je vais reprendre mes dons lorsque vous aurez nettoyé les écuries ». Ils recevront le message. Tout aussi important, quand un Évêque ou un supérieur religieux montre une certaine colonne vertébrale par un renvoi ou une intervention hardie, envoyez-lui une note lui disant ce que vous pensez et incluez un chèque aussi.