mercredi 11 juillet 2018

Le Pape François et la fraude de l'immigration


Jetez un coup d'oeil sur les photographies suivantes, qui représentent des immigrants illégaux d'Afrique, dépeints par les médias libéraux comme des « réfugiés » ou des « migrants » qui inondaient l'Italie jusqu'aux dernières élections parlementaires :



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 10 juillet 2018


Les exemples pourraient être multipliés — cherchez dans Google vous-mêmes pour des images de « migrants » ou de « réfugiés » d'Afrique — mais le point est fait : ils sont tous des hommes en pleine forme, pas de femmes ni d’enfants sans défense comme le décrivent sans cesse le Pape et ses partisans des frontières ouvertes qui affirment qu’elles sont les victimes de la politique d'immigration « sans cœur » de l'Italie.

Comme le rapporte Bloomberg, l'Afrique fait partie des pays qui « n'ont pratiquement pas envoyé de femmes » sur la Méditerranée en tant que « réfugiées » tandis que « dans l'ensemble, les hommes réfugiés sont deux fois plus nombreux que les femmes réfugiées ». C'est étrange : si ces immigrés clandestins sont vraiment des « réfugiés », pourquoi y en a-t-il si peu parmi eux qui sont des femmes et des enfants dont on s'attendrait à ce qu'ils soient les plus susceptibles de chercher à échapper à des conditions supposément intolérables ?

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

La revue The Economist ( citant un politologue ) rapporte que « les rapports de masculinité entre les migrants sont à sens unique ... qu'ils pourraient radicalement changer l'équilibre entre les sexes dans les pays Européens dans certaines cohortes d'âge — en particulier chez les jeunes ».

Pourtant, maintenant que le gouvernement Italien nouvellement formé a mis fin à la folie civile de permettre la migration illégale massive de jeunes hommes, presque tous des Musulmans, ayant traversé la Méditerranée en territoire Italien, où ils exigent rapidement des prestations gouvernementales et provoquent un pic de criminalité, nous lisons des titres aussi criants que celui-ci sur le site du Sunday Express et Daily Express : « L'Italie a provoqué un EFFONDREMENT : 700 000 migrants en attente de traverser l'Europe en provenance de la Libye ».

La vérité, cependant, est que l'Italie a évité un effondrement de ce qui reste de son infrastructure sociale en empêchant ces 700 000 personnes, et qui sait combien de centaines de milliers d'autres, qui ont été empêchés d'envahir illégalement le pays.

En fait, ce que l'Italie a fait est de mettre fin à une entreprise criminelle massive en cours. Comme le note l'article, ces « migrants » ne sont pas censés être « secourus » par des ONG ( organisations non gouvernementales ), puis transportés à travers la Méditerranée à moins qu'ils ne parviennent à atteindre un point de l'océan situé à au moins 12 milles de la côte de la Libye, la nation qui est le point de départ habituel pour les vagues d'illégaux. Mais les trafiquants d'êtres humains les abandonnent régulièrement dans de fragiles embarcations qui tombent en panne d’essence beaucoup plus près de la côte et les ONG se rapprochent obligeamment pour les « sauver » par transfert de bateau à bateau puis les emmènent en Italie.

Comme indiqué dans le même article, Tom Dowdall, responsable de la National Crime Agency en Grande-Bretagne ( version Britannique du FBI ), a déclaré que les trafiquants font collectivement jusqu'à 6 milliards de livres sterling par an en facturant les migrants potentiels.

Le Pape François a-t-il fait un effort pour se familiariser avec ces faits en se prononçant, encore et encore, sur des questions de politique d'immigration qui ne relèvent pas de la compétence de la fonction papale ? Dans l'affirmative, pourquoi n'accorde-t-il pas au gouvernement de l'Italie le mérite de sa prudence en mettant un terme à la migration massive d'hommes à prédominance Musulmane menée par une entreprise criminelle de façon continue ? Pourquoi n'appelle-t-il pas plutôt à la fin de l'entreprise criminelle et n’exhorte-t-il pas ces vagues de jeunes hommes à rester dans leur pays d'origine avec les femmes et les enfants qu'ils ont laissés derrière eux ?

Quand un Pape se prononce sur des questions qui ne relèvent pas de sa compétence, nous ne pouvons avoir aucune garantie que ce qu'il dit est plus fiable que les opinions de l'homme de la rue. Dans ce cas, comme l'ont montré les récentes élections Italiennes, les opinions de François sont moins fiables que celles de l'électorat qu'il fustige pour avoir mis un terme à l'immigration clandestine alors qu'il vit en sécurité dans une enclave fortifiée défendue par une petite armée.

Le village de Fatima est nommé en mémoire de la princesse Musulmane qui s’est convertie après que le Portugal fut libéré de la domination Musulmane lors de la reconquista qui fut finalement achevée en 1249. Aujourd'hui nous avons un Pape qui semble vouloir faciliter une reconquista Musulmane de l'Italie et du reste de l'Europe. Telle est la crise annoncée dans cette partie du Message de Fatima que nous connaissons comme le Troisième Secret.