lundi 9 juillet 2018

L'Association des Prêtres Catholiques Américains
Leur lutte pour l'hétérodoxie avec le soutien des Évêques






Par : Michael Hichborn
Contributeur chez One Peter Five

Le 9 juillet 2018
SOURCE : One Peter Five




Au cours des dernières semaines, l'Institut Lepanto a enquêté sur une organisation sacerdotale hérétique appelée l’Association des Prêtres Catholiques des États-Unis ( AUSCP ). Cette organisation promeut l'ordination des femmes au diaconat ( avec des yeux sur l'ordination sacerdotale des femmes ), l'homosexualité, les paroisses sans prêtres, les prêtres mariés et une foule d'autres positions hétérodoxes.

Si vous êtes intéressés à mieux comprendre ce mouvement international pour répandre l'hérésie dans toute l'Église, les précédents rapports ( en anglais ) de l'Institut Lepanto sur l'AUSCP incluent ce qui suit :

  • Plan de l'AUSCP pour les femmes ordonnées et les paroisses sans prêtres

  • Wester participe à la conférence de l'AUSCP

  • Le désir de l'AUSCP d'obtenir du financement auprès de Catholiques sans méfiance

  • L'AUSCP est un rouage dans la machine internationale d'hérésie

  • Alliance de l'AUSCP avec des organisations hérétiques pro-sodomies

  • Discours d'ouverture de l'AUSCP du Prêtre notoire, le Père Richard Rohr

  La semaine dernière, l'Institut Lepanto était sur place lors de l'Assemblée annuelle de l'AUSCP où des organisations hérétiques telles que FutureChurch, Voice of the Faithful, le Vatican New Condaints New Minister et le blasphématoire Dignity USA ont reçu un espace de temps pour la propagation de leurs erreurs. Les épingles arc-en-ciel et les boutons arc-en-ciel qui se lisent « Je suis également béni » et « L'amour, c'est l'amour » étaient monnaie courante sur les cordons des prêtres qui assistaient à l'assemblée.

Une brochure pour une conférence dirigée à des moniales intitulée « Embellissement gracieux : Embrasser une sexualité captivante » affirme qu'il s'agit d'un « dialogue entre sœurs lesbiennes, chefs de congrégation et ministres de la formation et de la vocation ». Une autre conférence tente de répondre aux questions sur « Les gens Transgenres, l’Identité du genre et l’expression du genre ».

Le plus glaçant de toute la littérature diffusée parmi les vendeurs venait de l'AUSCP elle-même.

L'intérieur du document de l'AUSCP explique que sa mission est de promulguer des « efforts constructifs » pour construire une nouvelle église à la place de l'ancienne, établissant une nouvelle fondation avec de nouveaux piliers. Voici ce que dit l'AUSCP :

« Le théologien Hermann Pottmeyer considère notre ère Vatican II comme « un chantier inachevé » semblable à la construction d'une nouvelle Basilique Saint-Pierre au cours des années 1500 ».

« La construction a commencé avec la pose d'une fondation et l'érection de piliers et de murs autour de l'ancienne Basilique de Constantin. Cela a préparé le chemin pour le toit et le dôme et pour compléter la nouvelle structure externe. Cela a pris des décennies. Pendant ce temps, la vieille église est restée en place, conditionnant le progrès de la nouvelle. Une fois la structure externe terminée, l'ancienne Basilique a été enlevée ».

De même, Pottmeyer voit Vatican II comme concevant une nouvelle église à développer autour de celle existante. Les 16 documents du Concile ont jeté une nouvelle base. Les quatre constitutions sur la Liturgie, l'Église, la Révélation et l'Église dans le monde moderne sont les nouveaux piliers. La consolidation et la finition d'une église renouvelée, à l'intérieur et à l'extérieur, continue. Comme l’Église de Saint-Pierre et les travaux des Conciles précédents, c'est un travail de plusieurs siècles.

« Il reste encore beaucoup à faire. Nous faisons tous partie de l'équipe de renouvellement. Ce projet divin — édifier le Peuple de Dieu pour notre époque — est le défi de notre temps. La mission de l'AUSCP est de nous aider à relever ce défi en travaillant ensemble ».

Ce document de l’AUSCP se termine en déclarant que cette Association a été créée pour construire cette « nouvelle église ». Il y est dit :

« Nous devons tous être impliqués. Nous devons TOUS travailler ensemble avec notre leadership pour accomplir la mission de l'Esprit de construire l'Église de notre temps [ emphase ajoutée ], le Peuple de Dieu.

L'AUSCP A ÉTÉ CRÉÉE POUR NOUS AIDER À FAIRE CELA.
[ Souligné dans le document ]

« Faites partie de ce grand travail de nos vies — en construisant une église sainte et vraiment Catholique pour notre âge. [ Nous soulignons. ]

Ça ne devrait pas être surprenant que l'une des chansons entendues venant de la salle de conférence de l'AUSCP soit intitulée « Sing a New Church » [ Chantez une nouvelle église ], dont le refrain est :

« Apportons les dons qui diffèrent et, de manière splendide et variée , chanter une nouvelle Église en devenir, Un dans la foi, dans l'amour et la louange ».

À la lumière de l'image suggérée par l'AUSCP de construire une nouvelle église, puis de démolir l'ancienne, une autre brochure de l'AUSCP appelle les prêtres à « faire partie de la révolution de l'Espoir » où le Président de l'équipe dirigeante de l'AUSCP, le Père Bob Bonnot, s'exclame que « les réformes et les directions de Vatican II sont irréversibles ».

L'AUSCP n'est pas seule dans cette entreprise car elle s'est fortement alliée avec FutureChurch, Voice of the Faithful, Call to Action, la Conférence pour l’Ordination des Femmes, We Are Church, New Ways Ministry, Dignity USA et plusieurs autres organisations agissant localement et internationalement pour éditer les doctrines et les dogmes de la Foi. Ce qui est le plus alarmant à ce sujet, c'est qu'ils le font avec l'approbation apparente de Cardinaux et d'Évêques en fonction tels que le Cardinal Cupich, le Père Wester, le Père Gregory et l’Évêque McElroy. Alors que les Catholiques fidèles peuvent considérer ces noms et les écarter comme des idéologues libéraux confinés à leurs propres diocèses, il est important de se rappeler que l'AUSCP revendique une liste de plus de 1500 prêtres aux États-Unis seulement... et le groupe est constamment en réseau et en recrutement. Ce sont des prêtres qui travaillent dans des paroisses, des chancelleries et les séminaires et, comme ils le disent dans leur brochure, ils considèrent leur travail comme l'œuvre des siècles.

Toutes ces images de construction d'une « nouvelle » église et de destruction de l'ancien peuvent sembler familières aux étudiants amateurs des prophéties Catholiques. Au début des années 1800, une mystique Catholique, dont le corps portait des stigmates, a expérimenté une série de visions prophétiques concernant ce qu'elle appelait une « Fausse Église ». Dans ses visions de cette contrefaçon, elle voyait des ouvriers construire cette nouvelle église sur l'ancienne qu'ils ont l'intention de démolir. Les extraits suivants des écrits d'Anne Catherine Emmerich décrivent précisément ce que l'AUSCP ( et ses alliés ) dit d’elle-même.

« Je vis combien seraient funestes les suites de cette Fausse Église. Je la vis s'accroître, je vis des hérétiques de toutes les conditions venir dans la ville ( Rome ) . Je vis croître la tiédeur du clergé local, je vis un grand obscurcissement se faire. Alors la vision s'agrandit de tous côtés. Je vis partout des communautés Catholiques opprimées, vexées, resserrées et privées de liberté. Je vis beaucoup d'églises fermées. Je vis de grandes misères se produire partout. Je vis des guerres et du sang versé. Je vis le peuple farouche, ignorant, intervenir avec violence mais cet état de choses n'a pas duré longtemps. De nouveau, je vis dans une vision de l’église de Saint-Pierre minée selon un plan conçu par la secte secrète tandis qu’en même temps, elle était endommagée par les tempêtes ; mais elle a été délivrée au moment de la plus grande détresse. Je vis encore comment, à la fin, Marie étendit son manteau au-dessus de l'église et comment les ennemis de Dieu furent chassés

Je vis des choses déplorables : on jouait, on buvait, on bavardait, on faisait la cour aux femmes dans l'église, en un mot on y commettait toutes sortes d'abomination. Les prêtres laissaient tout faire et disaient la messe avec beaucoup d'irrévérence. J'en vis peu qui eussent encore de la piété et jugeassent sainement les choses. J'ai vu que beaucoup de pasteurs se sont laissés prendre à ses idées dangereuses pour l'Église. Ils construisaient une grande église, étrange et extravagante. Tout le monde devait y entrer pour s'y unir et y posséder les mêmes droits ; Évangéliques, Catholiques, sectes de toute espèce. Telle devait être la nouvelle Église. ...

J'ai vu l’église de Saint-Pierre. Et une énorme quantité d'hommes qui travaillaient à la renverser, mais j'en vis aussi d'autres qui y faisaient des réparations. Des lignes de manoeuvres occupés de ce double travail s'étendaient à travers le monde entier et je fus étonnée de l'ensemble avec lequel tout se faisait.

Les démolisseurs détachaient de gros morceaux ; c'étaient particulièrement des sectaires en grand nombre et avec eux des apostats. Ces gens, en faisant leur travail de destruction, semblaient suivre certaines prescriptions et une certaine règle : ils portaient des tabliers blancs bordés d'un ruban bleu et garnis de poches, avec des truelles fichées dans la ceinture. Ils avaient d'ailleurs des vêtements de toute espèce.

Il se trouvait parmi eux des hommes de distinction, grands et gros avec des uniformes et des croix ( ? ), lesquels, toutefois ne mettaient pas eux-mêmes la main à l'ouvrage, mais marquaient sur les murs avec la truelle, les places où il fallait démolir. Je vis avec horreur qu'il y avait aussi parmi eux des prêtres Catholiques. Chaque fois que les ouvriers ne savaient pas comment procéder, ils allaient chez quelqu’un de leur groupe. Il avait un gros livre qui semblait contenir tout le plan du bâtiment et le moyen de le détruire »...

J'ai revu l'étrange grande église qu'on y construisait [ à Rome ]. Il n'y avait rien de sacré dedans. J'ai vu cela tout comme j'ai vu un mouvement dirigé par des Ecclésiastiques auxquels ont contribué des anges, des saints et d'autres Chrétiens. Mais là tout le travail était fait mécaniquement. Tout était fait selon la raison humaine. J'ai vu toutes sortes de gens, de choses, de doctrines et d'opinions. Il y avait quelque chose de fier, de présomptueux et de violent à leur sujet et ils semblaient avoir beaucoup de succès. Je n'ai pas vu un seul ange ni un seul saint aider dans le travail. Mais loin dans l'arrière-plan, j'ai vu le siège d'un peuple cruel armé de lances et j'ai vu une personne qui riait et qui disait : « Construis-la aussi solide que tu peux ; nous allons la mettre au sol ».

Je vis que beaucoup des instruments qui étaient dans la nouvelle église, comme par exemple des flèches et des dards, n'étaient rassemblés que pour être employés contre l'église vivante. Tout le monde traînait quelque chose de différent : des bâtons, des barres, des pompes, des gourdins, des marionnettes, des miroirs, des trompettes, des cornes à soufflet — toutes sortes de choses. Ils pétrissaient du pain dans le caveau d'en bas ; mais il n'en résultait rien et on travaillait en pure « perte ». Je vis aussi de hommes aux petits manteaux ( « aux petits manteaux ecclésiastiques » a déjà précisé Anne-Catherine ) porter du bois devant les gradins où se trouvait le siège du prédicateur, allumer du feu, souffler de toutes leur forces et se donner une peine extrême, mais tout cela ne produisait qu'une fumée et une vapeur abominables. Alors, ils firent un trou dans le haut avec un tuyau au-dessus, mais la fumée ne voulait pas monter et tout restait plongé dans une obscurité où l'on étouffait. Certains ont soufflé dans les cornes si violemment que les larmes coulaient de leurs yeux. Tout dans cette église appartenait à la terre, retournée à la terre. Tout était mort, le travail de l'habileté humaine, une église du dernier style, une église de l'invention humaine comme la nouvelle église hétérodoxe à Rome .

Le fait est qu'il y a une poussée internationale pour démolir les traditions et les enseignements de l'Église Universelle en faveur d'une Église plus inclusive et moderne centrée sur l'homme plutôt que sur Notre-Seigneur. L'AUSCP et ses alliés constituent un danger clair et réel pour la Foi et les fidèles, non parce qu'ils possèdent un pouvoir ou une autorité réels, mais parce qu'ils sont légitimés par des Évêques et des Cardinaux éminents qui les aident dans leur travail. Plus il est permis à cette cabale d'hétérodoxie d’opérer et de fonctionner sans crainte de conséquences ou de représailles, plus grande sera son influence. Mais comme la Bienheureuse Anne Catherine a souligné, un message que nous entendons répété à Fatima, au moment de la plus grande détresse, l'Église sera délivrée par la Sainte Vierge elle-même. Restons fidèles au chapelet quotidien en priant avec ferveur pour le triomphe du Cœur Immaculé.

Notre Dame de la Victoire, priez pour nous !