vendredi 6 juillet 2018

Le scandale McCarrick et le lobby gay
Un problème que les Évêques ne vont pas aborder




Par: Phil Lawler

Phil Lawler a été journaliste Catholique depuis plus de 30 ans. Il a édité plusieurs revues Catholiques et écrit huit livres. Fondateur de World Catholic News, il est le directeur des nouvelles et analyste en chef à CatholicCulture.org.

SOURCE : Catholic Culture
Le 6 juillet 2018


La nouvelle selon laquelle le Cardinal McCarrick a été accusé de manière crédible d’avoir molesté un jeune homme — et les révélations ultérieures que « tout le monde le savait » sur les activités homosexuelles du Cardinal — ont soulevé de nouvelles et importantes questions sur le silence des autres Évêques Américains. Que savaient-ils et quand l’ont-ils appris ? Comment le Cardinal a-t-il pu progresser dans les rangs ecclésiastiques, même après que des plaintes aient été reçues dans les diocèses où il a servi ?

Ce ne sont pas de nouvelles questions. En fait, notre collaborateur de l'époque, Diogène, les a soulevées — et a souligné la réponse évidente — dans un article publié sur ce site il y a plus de 13 ans. Son argument était puissant en 2005 et, bien que certaines de ses références semblent maintenant désuètes, rien de ce qui s'est passé dans les années intermédiaires n'affecte la force essentielle de cet argument.

Voici les pensées de Diogène, à partir du 16 juin 2005 :

Le Washington Times rapporte que « les Évêques Catholiques Américains évitent la question de savoir si les hommes homosexuels devraient devenir prêtres lors de leur réunion semestrielle » qui a commencé aujourd'hui au Fairmont de Chicago.

Et pourquoi, les garçons et les filles, était-ce une conclusion prévisible que les Évêques « contourneraient » le problème ? Parce que la question de savoir si les homosexuels doivent être ordonnés ne peut être abordée sans aborder d'abord une question beaucoup plus explosive : le nombre d'Évêques qui sont eux-mêmes homosexuels et qui ont un profond intérêt personnel à ne pas examiner publiquement les liens entre leurs appétits sexuels, leurs convictions et leur conduite dans leurs fonctions.

Faisons un petit bilan de ces Évêques Américains connus publiquement pour être homosexuels :

  • Mgr Dan Ryan, retraité de Springfield, Illinois. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? À travers les bureaux du système de justice civile.

  • Mgr Tom Dupre, Évêque retraité de Springfield, MA. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? À travers les bureaux du système de justice civile.

  • Mgr Patrick Ziemann, Évêque de Santa Rosa, CA. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? À travers les bureaux du système de justice civile.

  • Mgr Kendrick Williams, Évêque de Lexington, KY. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? À travers les bureaux du système de justice civile.

  • L’Évêque Émérite Keith Symons de Palm Beach, FL. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? À travers les bureaux du système de justice civile.

  • Mgr Lawrence Soens, Évêque retraité de Sioux City, IA. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? À travers les bureaux du système de justice civile.

  • Mgr Joseph Hart, retraité de Cheyenne, WY. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? À travers les bureaux du système de justice civile.

  • Mgr Anthony O'Connell, retraité de Palm Beach, FL. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? À travers les bureaux du système de justice civile.

  • Mgr Robert Lynch, Évêque non-retraité de St. Petersburg, FL. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? Les journaux ont rapporté son dédommagement de 100 000 $ pour harcèlement sexuel à son attaché de presse.

  • Mgr Rembert Weakland, Archevêque à la retraite de Milwaukee, Wisconsin. Est-ce qu'il nous a dit qu'il était gay ? Non. Ses frères Évêques nous ont-ils dit qu'il était gay ? Non. Alors, comment l'avons-nous découvert ? Son amant a sorti la nouvelle à l’émission Good Morning America.

Nota bene : ce n'est pas une liste d'Évêques gays. Ce n'est même pas une liste d'Évêques gays qui se sont mal comportés. C'est la liste des seuls Évêques gays dont la mauvaise conduite les a mis en difficulté avec la loi — et cela si profondément que leurs penchants étaient objectivement indéniables. Quel pourcentage du total des Évêques gays représentent-ils ? Je ne sais pas et vous ne le savez pas. Et à propos des seules choses que nous savons, ce sont que :

  1. Les Évêques ne seront pas les premiers à nous donner des noms ou des statistiques ;

  2. Leurs frères homosexuels clandestins votent, font partie de caucus, font partie de travaux de comités, légifèrent, concluent des accords, et décident ( entre autres ) si les gays doivent être admis dans les séminaires ;

  3. Tous les Évêques, homosexuels ou non, maintiendront en public qu'il n'y a aucune raison de croire qu'un Évêque homosexuel utilisera son vote — sur ce sujet ou n'importe quel autre — autrement que pour faire avancer le bien de l'Église Universelle. Le scandale des abus a déjà coûté à l'Église Américaine 1 milliard de dollars ainsi que des dommages spirituels incommensurables, fondés sur l'intuition grotesquement perverse que l'anarchie sexuelle personnelle peut coexister dans une trêve avec la vie sacerdotale. Le fait que le décompte évident puisse encore être « évité » nous dit tout ce que nous devons savoir sur la volonté épiscopale de réforme.

Dites bonjour à l'avenir, les amis.

C'était la prédiction de Diogène en 2005. Pour être juste, le dévoilement tant attendu depuis longtemps du Cardinal McCarrick n'a pas été pas celui du système de justice civile. C’est le résultat d'une enquête menée par une commission d'examen agissant avec l'autorisation du Saint-Siège. Mais elle n'a pas non plus été révélée par les Évêques de ces diocèses qui avaient déjà reçu des plaintes à son propos. Donc, après toutes ces années, vous pourriez considérer cette histoire comme un petit pas timide et hésitant vers un objectif qui aurait dû être évident pour tout le monde il y a quinze ans : tenir les Évêques pour responsables.

Depuis que le scandale des abus sexuels a explosé, nos Évêques ont souvent parlé de la nécessité de rétablir la confiance. Mais ils ne nous ont toujours pas donné de raison de leur faire confiance.