mardi 10 juillet 2018

Les Évêques Américains fustigent Trump
ils se dégonflent sur l'avortement


L'Évêque Edward Weisenburger (à droite) voudrait punir canoniquement ceux qui préconisent la poursuite légale des immigrants illégaux.



Écrit par Jason Morgan
Le 10 juillet 2018
SOURCE : The Remnant

Le 13 juin, le Cardinal Daniel DiNardo, Archevêque de Galveston et Houston et Président de la Conférence des Évêques Catholiques des États-Unis ( USCCB ), a lu à haute voix une déclaration à la rencontre du printemps de l'USCCB dans laquelle il dénonce les politiques d'immigration du Président Américain Donald Trump et du Procureur Général des États-Unis, Jeff Sessions. Le Cardinal DiNardo a été particulièrement exacerbé par la politique de Trump et de Sessions de refuser l'asile aux personnes fuyant la violence des gangs et de poursuivre en justice tous ceux qui entrent illégalement aux États-Unis, une pratique qui pourrait séparer les enfants de leurs parents criminels.

Selon un rapport du Religious News Service ( RNS ), « DiNardo a demandé aux Évêques d’applaudir s'ils approuvaient la déclaration. La salle a éclaté en applaudissements ».

D'autres Évêques voulaient faire plus que simplement applaudir. « Mgr Edward Weisenburger, Évêque de Tucson, Arizona, [ a suggéré ] de mettre en place des sanctions canoniques pour les Catholiques « qui sont impliqués dans cette affaire », se référant aux enfants séparés de leurs familles à la frontière. [...] « Pour le salut de l'âme de ces personnes, peut-être est-il temps pour nous d'envisager des sanctions canoniques ». Depuis 1973, plus de soixante millions de mes compatriotes ont été assassinés par des avorteurs. À ma connaissance, aucune « sanction canonique » n'a jamais été prononcée contre les politiciens « qui ont été impliqués » ou les centaines de millions de personnes qui ont participé aux « enfants séparés de leur famille » en votant pour des candidats et des partis politiques avec des plateformes pro-avortement. Lors de l'élection présidentielle de 2016, par exemple, l'USCCB n'a pas osé suggérer que les Catholiques qui ont voté pour Hillary Clinton pourraient recevoir des « sanctions canoniques » pour leur soutien à une femme dont la position sur l'homicide in utero peut être décrite comme « triomphaliste ».

Au cours des années où soixante millions d'Américains ont été victimes d’une vivisection dans l'utérus, l'Église Américaine a été envahie par des contrevenants. L'Église veut maintenant excommunier ceux qui disent qu’assez c’est assez. Mais assez était déjà assez il y a longtemps. Je suis allé me confesser et j'ai été incapable d'entendre le prêtre à cause du groupe de musique mariachi pratiquant la guitare électrique devant le Tabernacle. Je suis arrivé à la Messe pour trouver les bancs et les allées parsemés de paillettes et de confettis du service « ethnique » qui avait eu lieu. Je connais des prêtres, des religieuses et d'autres responsables de l'Église qui ont conspiré activement avec des étrangers illégaux pour les aider à enfreindre la loi, par exemple en forgeant des documents, en faisant obstruction à la justice et en dissimulant des crimes. ( Quand tout cela a été rapporté à l'Évêque local, aucune action n'a été prise ). J'ai vu des bâtiments d'église lentement détruits : articles volés, toilettes vandalisées, cloisons sèches démolies, espaces communs laissés ressemblant aux bivouacs d'une horde conquérante.

La même chose est arrivée à mon pays, mais à une échelle beaucoup plus grande.

Des villes entières sont envahies par des illégaux.

Les salles d'urgence des hôpitaux en sont remplies. Les patients qui ont payé leur assurance doivent attendre, souvent avec des résultats fatals, tandis que ceux qui rient de nos lois et sont engraissés par l'argent exproprié de nos chèques de paie obtiennent des soins médicaux prioritaires à nos frais. Les Américains pauvres ne peuvent pas trouver de travail parce que les clandestins ont envahi tous les postes de débutants. Les gangs barbares envahissent nos écoles et nos prisons, et leur effroyable violence se répand dans nos rues. Nous sommes assiégés.

Mais les Évêques sont étrangement silencieux à propos de tout cela. Plus que silencieux — ceux qui sonnent l'alarme au sujet de l'anarchie dangereuse et de l'abus de bonne volonté au sein de l'Église aux États-Unis sont accusés, sans aucun soupçon d'ironie, d'être eux-mêmes « cruels » et « durs ». Qu'est-ce qui pourrait expliquer l'échec de l'USCCB à imposer des « sanctions canoniques » à ceux qui participent à l'infanticide et l'ovation que l'USCCB réserve à ceux qui insistent pour que l'invasion des États-Unis tout au long de la frontière sud s'intensifie ? Comment de tels lâches moraux — qui n'ont rien dit lorsque des vêtements sacrés ont été utilisés dans un récent programme de pornographie au Metropolitan — invoquent-ils soudainement une telle audace ?

Nous nous trompons si nous continuons à voir l'USCCB, ou même le Vatican, comme une organisation religieuse. Ce n'est rien du tout. C'est un organe purement politique qui ne se limite pas au plaidoyer verbal des positions anti-Américaines et anti-civilisatrices, mais qui défie pro-activement les lois légitimes, sape l'ordre social, favorise l'anarchie et conduit des millions de fidèles à s’égarer en tentant de façon blasphématoire de doter une subversion politique avec des pénalités ecclésiastiques ayant des conséquences éternelles.

En bref, le Vatican est un État voyou, et l'USCCB est son agent. Il n'y a rien de vaguement religieux à ce sujet.

Jorge Bergoglio a été dûment élu Pape.

Mais une procédure régulière ne garantit pas la pureté du cœur. Bergoglio a peut-être été mis en place par un conclave correctement constitué, mais il a profité de la naïveté ( et de l'ignorance délibérée ) du Collège des Cardinaux et d'une troupe fiable d'Évêques obséquieux pour mener à bien une révolution Moderniste à l'intérieur de Saint-Pierre. François est la Papauté Mandchoue. Il n'est pas le Vicaire de Christ, mais de George Soros. Il fait appel à ceux qui sont déterminés à mettre fin à la souveraineté nationale et à instituer un gouvernement mondial, un méga-État socialiste qui serait le point culminant du projet millénaire des Modernistes. Le flot incessant d'envahisseurs aux États-Unis n'est qu'une partie de l'attaque d'un Communiste Argentin contre le gouvernement, le bon ordre et le sentiment patriotique. La Captivité Hongroise de l'Église est la crise la plus pressante de notre temps, et les Catholiques doivent se réveiller et refuser de se conformer à une Église qui, Dieu nous aide, suit les fous mondialistes et non le Bon Pasteur ( Qui, souvenons-nous, savait comment garder les loups dehors ).

Réponse à l'USCCB : défendre sa patrie contre l'invasion n'est pas un péché.

Préférer la santé de sa famille et de sa communauté à la réintroduction de maladies redoutables comme la tuberculose, la peste bubonique, la poliomyélite, la diphtérie, le choléra et la lèpre n'est pas inhumain. Construire un mur et garder les criminels violents, les trafiquants d'êtres humains, les proxénètes, les violeurs et les trafiquants de drogue de l'autre côté n'est pas cruel. Être catholique et être un pigeon sont deux choses différentes. Ou, devrais-je dire, ils l'étaient.