mercredi 18 juillet 2018

En Autriche

Les sites Web officiels sous le Cardinal Schönborn
détruisent Humanae Vitae




Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five
Le 18 juillet 2018


Le site officiel des Évêques Autrichiens sous la gouverne du Cardinal Christoph Schönborn, ainsi que son propre site web diocésain, a publié une série d'articles à la lumière du 50ème anniversaire de la promulgation de l'Encyclique Humanae Vitae du Pape Paul VI. Ces articles présentent une atteinte majeure aux enseignements essentiels de l'Église tels qu'ils ont été exposés dans Humanae Vitae, mettant même en doute l'illégalité persistante de la contraception.

Le Cardinal Schönborn est l '« Évêque des médias » de la Conférence des Évêques d'Autriche et, à ce titre, il est officiellement le rédacteur en chef de Kathpress, le site d'information de la Conférence des Évêques. Il est également responsable, en tant qu'Archevêque de Vienne, de ce que publie son site web diocésain.

Kathpress a publié, le 12 juillet, un dossier contenant six articles, dont la plupart sapent une partie essentielle de l'enseignement de Humanae Vitae, à savoir que la contraception artificielle est immorale. ( Aucun des articles ne présente une défense solide de l'enseignement de cette Encyclique ).

L'un de ces articles, intitulé « Un théologien moral : pour développer davantage Humanae Vitae », est une revue d'un nouveau livre sur Humanae Vitae et Amoris Laetitia écrit par le théologien moral Progressiste, le Professeur Martin Lintner ( Brixen, Italie ). Lintner propose de laisser tomber la proposition du Pape Paul VI de permettre seulement la Planification Familiale Naturelle comme la méthode acceptable pour s'engager dans des relations conjugales tout en ayant l'intention de ne pas avoir d'enfants. La tentative de Jean-Paul II d'interdire la contraception artificielle, sans exception, était, dit Lintner, « finalement pas convaincante ». Lintner insiste maintenant sur le fait que l'Église « doit prendre en compte les décisions de conscience des fidèles et inclure leurs réflexions comme une source possible de perspicacité morale. ». À ses yeux, il est légitime de se demander si chaque acte conjugal doit vraiment être ouvert à l'accueil d’enfants. Le mariage en tant que tel devrait néanmoins être ouvert à la vie en général. Si cette interprétation était correcte, alors, selon Lintner, tous les actes matrimoniaux qui évitent la conception ne seraient pas immédiatement la même chose qu’une violation de sa dignité comme expression d'amour.

En ce qui concerne la préoccupation du Pape Paul VI concernant une « mentalité contraceptive » à venir et omniprésente — ce qui montrerait également une augmentation des avortements — Lintner le nie catégoriquement et dit que cette affirmation ne peut pas être prouvée empiriquement. Il demande si certains arguments en faveur de la planification familiale naturelle « sont suffisants pour interdire catégoriquement l'utilisation de la contraception artificielle ».

Cet article troublant a également été publié sur le site diocésain du Cardinal Schönborn, mais sans aucune référence à Kathpress comme source.

Un autre article de Kathpress, également publié par le Diocèse de Vienne, est une interview de Martina Kronthaler, Secrétaire Générale de « Aktion Leben » (« Action Vie »), une organisation non-Catholique Autrichienne de conseil pour les femmes enceintes. Pour elle, il n'est pas évident quelle méthode doit être appliquée pour « éviter une grossesse non désirée » ( selon les termes de Kathpress ). La planification familiale naturelle, comme le recommande Humanae Vitae, n'est pas à ses yeux la bonne méthode pour chaque femme. « Celle qui veut éviter les avortements doit être informée de toutes les différentes méthodes de régulation de la conception et de la contraception » affirme-t-elle. En se demandant ce qu'il reste de Humanae Vitae, Kronthaler se réfère explicitement à Amoris Laetitia du Pape François (82) : « qui souligne le besoin de respecter la dignité de la personne dans l’évaluation morale des méthodes de régulation des naissances ».

Dans un troisième article assez hétérodoxe publié par Kathpress, le Professeur Eberhard Schockenhoff ( Freiburg, Allemagne ) est interviewé. Il est un théologien moral comme le Professeur Lintner, et tous deux sont à la pointe d'une autre révolution morale au sein de l'Église. Schockenhoff prétend qu'au moins depuis le Pontificat de Jean-Paul II, il y a une restriction significative du Magistère de l'Église en ce qui concerne les méthodes de planification familiale. Benoît XVI et certainement François ont été beaucoup plus réticents que leurs prédécesseurs. « Je pense que l'on s'est rendu compte que c'était un mauvais chemin » d'insister sur la Planification Familiale Naturelle comme la seule méthode acceptable pour éviter la conception tout en s'engageant dans des relations conjugales.

Schockenhoff prétend également que, aujourd'hui, on met beaucoup moins l'accent sur l'infaillibilité des instructions magistérielles. François, par exemple, s'est abstenu d'utiliser la « précision normative » telle qu'elle se trouve dans Humanae Vitae, et s'est limité à souligner la dignité humaine en ce qui concerne « la régulation de la conception » ( « Empfängsregulierung » ). De plus, François ne fait aucune condamnation, selon ce théologien moral. Aujourd'hui, les dirigeants de l'Église s'intéressent davantage à des thèmes tels que la loyauté conjugale, le respect et la réflexion. C'est, aux yeux de Schockenhoff, le « vrai sens » de Humanae Vitae, qui est toujours soutenu par la hiérarchie. « Un Pape ne peut pas simplement corriger son prédécesseur et dire qu'il était dans l'erreur, mais il essaie simplement de ne pas l'exiger [ une certaine conduite morale ] avec la même intensité et le même sens de l'obligation » explique Schockenhoff.

Un autre article publié uniquement sur le site de l'Archidiocèse de Vienne décrit l'histoire de Humanae Vitae et ses critiques négatives, offertes indépendamment par plusieurs Conférences Épiscopales, comme la Conférence des Évêques Autrichiens qui, en 1968, a publié le « Mariatroster Erklärung » ( la Déclaration de Mariatrost ). Ces déclarations ont proposé de donner plus de liberté à la conscience individuelle quand il s'agit de choisir les méthodes de contrôle des naissances. Le document Mariatrost remet également en question l'infaillibilité de l'Encyclique du Pape Paul VI.

Il convient de noter que le Cardinal Schönborn lui-même, en 2008 — alors sous le Pontificat du Pape Benoît XVI — a vivement critiqué publiquement ce rejet de l'enseignement essentiel de Humanae Vitae, affirmant qu'il conduisait à un affaiblissement de l'engagement en faveur de la vie de la part de l'Église. Le Cardinal Autrichien et conseiller pontifical a alors justement parlé du triple « non » de l'Europe à son avenir ; le rejet de l'Encyclique Humanae Vitae, la légalisation de l'avortement et enfin la promotion des partenariats entre personnes de même sexe. On n'aurait jamais dû dire « non » à Humanae Vitae, continua le Cardinal.

Comme on peut le constater à la suite de cette récente mise en cause de Humanae Vitae publiée sur les sites ecclésiaux Autrichiens sous la propre gouverne de Schönborn, l'Archevêque semble maintenant avoir oublié ses propres paroles ou il a changé de position. Cette évolution est d'autant plus regrettable que l'Europe est moribonde, comme l'a souligné Gotti Ettore Tedeschi, ancien responsable de la Banque du Vatican, lors de la Conférence de l'Académie Jean-Paul II pour la Vie Humaine et la Famille à Rome.

One Peter Five a contacté le Président de l'Académie Jean-Paul II pour la Vie Humaine et la Famille, le Professeur Josef Seifert, qui est un philosophe Catholique Autrichien, lui demandant de commenter les articles récents sur Humanae Vitae tels que présentés ici. Dans sa réponse, il parle de la « déloyauté choquante des Évêques Autrichiens envers Humanae Vitae » et ajoute qu'il est « plus que triste de voir comment la Conférence des Évêques Autrichiens — et aussi le Cardinal Schönborn — réagissent au 50e anniversaire de Humanae Vitae ». Seifert explique que « Schönborn, en 2008, après plusieurs décennies de remontrances papales, a déclaré que la déclaration de Mariatrost, avec son éloge atténué et ambigu de Humanae Vitae qui était vraiment un rejet de celle-ci, était une erreur ».

Commentant les récents articles publiés par kathpress, Seifert dit :

« Plusieurs articles de théologiens moraux et autres sur les sites épiscopaux ne font qu'attaquer Humanae Vitae, malgré les assurances hypocrites qu'il s'agissait d'un document prophétique, etc. Ils remettent non seulement en question la vérité principale proclamée dans Humanae Vitae que chaque acte de contraception est en soi mauvais, mais ils essaient aussi de soutenir leur erreur avec des erreurs encore plus graves et presque absurdes. L'une d'entre elles est présentée par le théologien moral, le Professeur Lintner, qui prétend que la loi morale doit être sujette à des développements — c'est-à-dire lorsqu'une majorité du peuple ne la suit plus et n'agit plus selon Humanae Vitae.

Seifert continue en demandant :

« L'adultère deviendra-t-il bon parce que tellement de gens rompent leurs mariages ? L'avortement est-il en train de devenir bon ou un péché moins grave ? N'est-ce plus un crime qui crie au Ciel parce que des millions le commettent ? »

« Est-ce que la loi d'aimer Dieu par-dessus tout n'est plus valable parce qu’une grande partie du peuple la brise ? »

« Rien ne pourrait être plus absurde qu'un tel relativisme historico-éthique. Et pourtant, nous trouvons cette erreur absurde même sur les sites épiscopaux à l'occasion du 50e anniversaire de Humanae Vitae ».

Pour le professeur Seifert :

« Il est à espérer que les Évêques Autrichiens comprennent enfin la vérité des paroles prononcées par le Cardinal Schönborn en 2008, puis annulent à l'unanimité la fausse déclaration de Mariatrost et expriment clairement la vérité des enseignements de Humanae Vitae et de Familiaris Consortio ».

Réitérant l'enseignement moral de l'Église, il explique que « la contraception est intrinsèquement mauvaise pour de nombreuses raisons » ajoutant que c'est le cas « non seulement parce que la pilule a deux effets qui provoquent un avortement précoce et constitue, dans son application, un meurtre dans une grande proportion » mais aussi « parce que la contraception sépare la procréation de la signification unitive de l'acte conjugal ».

Le Professeur Seifert exprime son indignation face à ces nouveaux articles sur Humanae Vitae : « Quelle honte pour l'Église d'Autriche de célébrer le 50ème anniversaire de Humanae Vitae avec l'aide d'un essaim de ses ennemis sur les sites épiscopaux ! » Pour contrer ces initiatives, le philosophe, étudiant de Dietrich von Hildebrand, propose maintenant que les Évêques Autrichiens, en guise de réparation, publient sur leurs sites Internet des articles sur Humanae Vitae, et invitent des conférenciers à une Conférence sur Humanae Vitae, tous qui « défendraient magnifiquement cette Encyclique, et qui sont maintenant actifs dans la pastorale et qui pourraient expliquer son enseignement plus complet aux couples mariés et aux couples fiancés d'une manière attrayante ». En tant que participants d'une telle initiative positive, Seifert recommande le Professeur Helmut Prader ( Heiligenkreuz ), Mgr Andreas Laun ( Évêque auxiliaire à la retraite de Salzbourg ) et Mgr Athanasius Schneider ( Astana, Kazakhstan ).

Nous pouvons ajouter que, à la lumière de ces paroles tranchantes ainsi que de sa propre expertise, le Professeur Seifert lui-même devrait également être invité en tant que Conférencier à une telle Conférence.