samedi 27 août 2016

Catho Élite

Des idées pour aider les parents
à transmettre la Foi à leurs jeunes

« Il ne manque pas d'indices d'une dégradation préoccupante de certaines valeurs fondamentales: une conception théorique et pratique erronée de l'indépendance des conjoints entre eux; de graves ambiguïtés à propos du rapport d'autorité entre parents et enfants; des difficultés concrètes à transmettre les valeurs, comme bien des familles l'expérimentent »

Jean-Paul II
Exhortation Apostolique
Familiaris Consortio
22 novembre 1981

Préambule
À qui s'adresse cette page ?

Aux parents vraiment Catholiques qui ont des enfants à la maison et qui sont très tristes et se sentent démunis de constater l'environnement scolaire de leurs propres enfants tel que si bien décrit par le ministre de l'Éducation de l'Alberta (Canada) dans sa lettre ouverte aux étudiants. Ce que ce ministre a osé clairement décrire comme politiques scolaires n'est pas unique à cette seule province de l'Alberta. C'est partout ainsi.

Cette page ne s'adresse pas aux Catholiques de nom seulement qui ne pratiquent pas les Sacrements régulièrement, qui prient un gros 15 secondes seulement pour demander d'être aidés quand ils traversent des difficultés et qui ignorent ce que Jésus nous a dit au plus récent dimanche dans son Évangile.

À ces Catholiques nominaux, vous n'avez pas assez de Foi pour la transmettre à vos enfants. On ne donne pas ce qu'on n'a pas. Renforcez votre propre Foi avant d'intervenir auprès de vos enfants.

Et de quelle autorité parle l'auteur de cette page ?

Aucune autorité. Je suis un papa qui a élevé seul trois enfants pendant 18 ans. Et je n'ai pas très, très bien réussi : mes enfants sont des Catholiques nominaux, i.e., qu'ils prient Marie quand ils en ont besoin... pas tellement plus, disons. Et c'est toujours sur mon conseil quand ils communiquent avec moi pour m'informer de la viccissitude du moment qu'il vivent que je les invite à se retourner vers le Ciel pour de l'aide. Ça fonctionne encore...

Et pourtant, à tous les repas, je m'obligeais à dire les grâces à ma manière pour être compris par mes enfants : « Nous remercions Celui qui a inventé le poulet et qui nous en donne dans ce repas ». C'était le genre de prière que nous faisions. Sans compter le Notre Père que nous disions tous avant de se coucher ensemble assis autour du même lit. Cette dernière et belle pratique a duré environ cinq ans.

Il faut donc considérer que des idées — c'est bien écrit « des idées » — qui vous sont présentées ici proviennent d'un auteur ayant eu un succès mitigé mais qui, par ses erreurs ou ses omissions, peut vous donner de meilleures idées maintenant.

Et quel est l'objectif de cette page justement ?

Cette page cherche à vous donner des idées avec comme but de transmettre et fortifier la Foi chez vos enfants.

Mais que veut dire le mot « Foi » ? On pourrait définir la Foi comme étant la certitude de l'existence de choses qui échappent à nos cinq sens sensibles. Et la Foi catholique, si on la précise davantage, est la certitude que Jésus était Dieu/Homme quand Il est venu sur terre et qu'Il est encore constamment présent dans nos vies, qu'on le veuille ou pas.

Avez-vous remarqué que, contrairement au Vatican, l'objectif n'est pas de développer un programme d'éducation sexuelle qui, soit dit en passant, est dégueulasse. Non, ce serait mettre la charrue devant les boeufs : en effet, si on instille, augmente et renforce la Foi chez les jeunes, il sera plus facile d'aborder la sexualité chez les jeunes dans le cadre de la Foi Catholique ainsi bien établie chez chacun d'entre eux.



Les principes de base du modèle proposé

Il faut vous unir à d'autres parents Catholiques avant tout

En effet, ce serait trop difficile d'y arriver seul. Vous avez le méga système scolaire athée avec ses cours de « morale » à l'eau de rose contre lequel vous avez à lutter.

Par ailleurs, vous le savez fort bien, le jeune présente une certaine résistance à l'autorité parentale. On voit souvent cette résistance comme un facteur négatif mais il y a un côté positif à celle-ci : cette résistance fait partie de la formation du caractère du jeune. En effet, un jeune qui n'offre pas de résistance envers ses parents à l'adolescence sera fort probablement une mauviette plus tard.

Mais si vous vous unissez avec d'autres parents Catholiques, chaque jeune constatera que cette initiative ne vient pas seulement de ses propres parents. Par ailleurs, les parents auront besoin des uns et des autres dans cette aventure spirituelle pour les jeunes.

Il est important de mentionner que les deux conjoints devraient participer dans le modèle que nous exposerons plus loin. Pourquoi ? Parce que l'absence fréquente d'un des conjoints envoie tout un mauvais signal au jeune qui participe au groupe.

Combien de fois Notre Maman Marie nous dit dans les locutions reçues par Luz De Maria de s'unir... C'est probablement une des raisons entre autres de son invitation à ce faire : s'unir pour transmettre la Foi aux jeunes.

Rappelez-vous de ce qui se passait dans le monde scolaire, il y a 40 ou 50 ans : les « gays » de l'époque se tenaient « unis » dans la cour d'école tandis que les Catholiques, majoritaires à cette époque, se moquaient malheureusement d'eux. Les « gays » de l'époque s'unissaient pour faire face à la tempête.

Ne devez-vous pas vous unir maintenant pour faire face à la tempête homosexuelle, transgenre et de morale à l'eau de vaisselle alors que les valeurs sont complètement inversées ?

On n'attire pas des mouches avec du vinaigre

On a écourté les plages de cours énormément de nos jours, de près de la moitié de la durée qu'elles avaient à une autre époque. Conséquence : les jeunes ont beaucoup de difficultés à maintenir une concentration longtemps. Oubliez donc les longues catéchèses avec une seule personne qui parle à l'avant. Ça ne fonctionnera pas...

Il faut aller rejoindre les jeunes là où ils sont et là où ils ont la motivation de maintenir un bon intérêt : FACEBOOK. 95 % des jeunes sinon la totalité ont accès à Facebook soit à la maison, à l'école ou à la bibliothèque.

Cet outil qui est d'un intérêt primordial pour les jeunes devra être intégré dans le modèle.

Il faut des rassemblements physiques
sinon vous allez perpétuer l'individualisme de Facebook


D'abord, Jésus n'a pas dit « Aimez-vous les uns les autres via Facebook ! ». Il faut que les jeunes soient réunis ensemble avec leurs parents. Ils apprendront à la longue à se connaître et se tiendront probablement ensemble s'ils fréquentent la même institution scolaire. Ils apprendront à protéger leur Foi en Jésus comme les gays qui se tenaient ensemble dans le cours d'école d'une manière anonyme il y a 50 ans. Oui, oui, on en est rendu là !

Nous verrons plus loin quel pourrait être le contenu de ces rassemblements.

La Parole de Jésus est la priorité absolue

Comme Il est Dieu, Jésus est en dehors du temps, i.e. Éternel. Donc tout ce qu'Il dit est toujours bon, pertinent quelque soit le temps où nous en sommes arrivés.

Dans les Évangiles de chaque dimanche que l'Église nous propose, la Parole est donc bonne, appropriée, pertinente et opportune pour ce temps précis. Il y a toujours quelque chose à y retirer pour chacun de nous à ce moment-là.

Par ailleurs, Sa Parole — de fait, Il est Parole, c'est un de Ses Noms — est bonne pour tous les âges... On n'a pas besoin d'être adulte, ni instruit pour que Sa parole nous pénètre le coeur.

« Pénètre le coeur », cette expression n'est pas littéraire, c'est la Bible qui nous le dit. De fait, à toutes les fois qu'on lit un passage de la Bible, notre âme en est modifiée sans que l'on s'en rende compte.

C'est bien pour cette raison que la Parole de jésus sera au centre du modèle que nous proposons...

Le modèle proposé
Forts des principes décrits plus haut

Recrutement
et rencontre des parents seuls

RECRUTEMENT DE PARENTS

Comment les identifier ? Votre propre jeune peut vous indiquer qui, dans sa classe ou dans son école, a des parents « pieux ». Vous pouvez avoir remarqué aussi certains des parents d'élèves à la Messe.

Invitez-les à prendre un thé chez vous à un moment qui leur conviendra et dites-leur la raison de cette invitation : « Je vois mon jeune complètement déboussolé par ce qu'il apprend comme morale à l'école et j'aimerais faire contrepoids à cela mais, seul(e), je n'aurais pas l'impact que si nous étions un peu plus de parents. J'aimerais discuter avec vous ce que l'on pourrait faire... »

Vous pouvez même dire : « J'ai lu sur Internet un projet qui semble pratique, simple et qui pourrait aider nos enfants. Sans tout prendre de ce qui est avancé sur cette page, il n'en demeure pas moins que ça pourrait nous donner des idées pour que l'on fasse quelque chose pour protéger nos enfants. Tapez sur GOOGLE ces mots « Catho Élite » et vous verrez. On s'en reparlera lorsqu'on prendra notre thé ensemble...

Si la personne se désiste, dites-vous que vous venez de faire affaire avec un Catholique de nom, un tiède...

LA RENCONTRE DE PARENTS

Pas trop de parents est souhaitable pour débuter en vertu du grand principe Américain : « Un chameau est un cheval mis sur pied par un comité ! » Ce qui veut dire qu'on perd une certaine unicité de direction quand il y a trop de monde qui ajoute son grain de sel. Commencez humblement, faites vos preuves et les autres vont suivre.... vous verrez...

Lors de cette rencontre, si tous les parents présents se sont familiarisés avec ce qui est écrit ici, ils pourront contribuer rapidement à la discussion et démarrer véritablement leur projet.

Rencontre des parents avec les jeunes

D'abord, ça devrait être un dimanche si possible — le Jour du Seigneur. Assez tard dans l'avant-midi parce que les jeunes, ça dort tard ! Durée... pas plus de 30 minutes — vous perdez leur concentration ensuite. Un homme devrait faire l'introduction... ça peut transmettre plus d'autorité sans que ce soit autoritaire... ça, c'est bien important.

Et voici un exemple possible pour introduire le sujet :

« Pour casser la glace afin de vous expliquer pourquoi on vous a tous réunis, j'utiliserai la comparaison suivante :

Imaginez que vous êtes tous au fond d'un puits très, très profond. Vous êtes là à regarder la lumière du soleil qui est au-dessus du puits debout au milieu de résidus de poutres de bois, de métal, de torches à souder... de tout quoi... Et il y a des adultes parmi vous dans ce puits.

Ces adultes ont entrepris de vous montrer à faire des sculptures sur bois dans ce puits. Aucun d'entre eux ne pense, ne veut ou peut-être s'est-il fait interdire de vous montrer à souder pour construire une échelle afin de sortir de ce puits.

Comprenez-vous maintenant ce que nous, vos parents, désirons faire ? Vous sortir du puits en vous montrant à souder... Telle est la raison de nous rassembler ici...

Vous l'aurez compris, je l'espère, dans ma petite analogie : le puits profond, c'est votre milieu scolaire, entre autres. Les adultes dans le puits, ce sont les professeurs et les autres accompagnateurs. Et on vous enseigne à faire des sculptures — c'est-à-dire des notions qui vous aideront à « gagner votre vie » mais pas à « réussir votre vie ». Jamais, en effet, ces gens ne vous diront que vous êtes en transition ici-bas et qu'ils vous instrumenteront pour aller dans cette demeure qui nous attend tous. Or, n'entre pas qui veut dans cette éventuelle demeure, il faut être instrumenté pour y parvenir et y demeurer. C'est cela que signifiait mon échelle à construire pour sortir du puits dans ma petite histoire.

Mais apprendre à souder pour faire une échelle — i.e. comment préparer notre échelle pour notre sortie du puits car cette sortie viendra un jour pour chacun de nous — apprendre à souder, dis-je, ne se fait pas en criant ciseau... Il faut l'apprendre et nous, les parents, avons pensé à vous aider en cette matière.

Voici ce que l'on vous propose : nous avons créé une page Facebook privée pour nous tous. Chaque semaine, un de nous, les parents, vous afficherons la lecture du dimanche qui s'en vient. Et le parent, qui aura publié cette lecture, identifiera en rouge une phrase de cette lecture. Vous aurez la semaine pour émettre vos commentaires sur cette phrase et sur toute cette lecture si vous le désirez. Tous pourront partager vos commentaires.

On se réunira à tous les dimanche, tout comme aujourd'hui, pour réunir et discuter de tous vos commentaires que vous aurez publiés pendant la semaine.

Cette rencontre dominicale de 30 minutes permettra également à ceux qui ont été troublés de quelque manière que ce soit par son milieu de nous en faire part afin que l'on puisse l'aider si possible.

Au fur et à mesure des semaines, il se pourrait qu'on publie des articles sur des sujets qui auront été discutés les dimanches précédents ».

Et on peut terminer cette rencontre
par un seul Signe de la Croix

Le reste suivra...
Allons-y à la petite cuillère