vendredi 3 juin 2016

À en confondre même les dévots

Les déclarations troublantes du Pape François



Par : John-Henry Westen, Éditorialiste en chef
SOURCE :Life Site News
Vendredi 3 juin 2016 - 12 :54 EST








Petite note du traducteur : cet article a son importance non seulement pour son contenu mais aussi pour l'auditoire qu'il rejoint : Life Site News rejoint en effet 75 000 lecteurs quotidiennement. Il est à espérer que les personnes qui se donnent comme devoir d'écouter et d'obéir aveuglément le Pape, même si le droit canon nous permet d'être en désaccord avec lui, sortent de leur obéissance aveuglée et utilise leur jugement. Pensez-vous que l'antéchrist et son précurseur ne seront pas des séducteurs professionnels ?


3 juin 2016 (Life Site News) — Il y a deux semaines, la dernière interview controversée du Pape François a frappé la presse, cette fois c’était en France avec le quotidien La Croix. Contrairement à l'enseignement des Papes précédents, tels que Léon XIII dans Libertas et Pie XI dans Quas Primas, le Pape François a dit : « Les États doivent être laïques. Les États confessionnels finissent mal. Cela va à l'encontre de l'Histoire ». Dans la même interview, le Pape François a fait une comparaison entre le Christianisme et l'utilisation du moyen de la conquête par les fidèles Islamiques pour imposer leurs croyances. « Il est vrai que l'idée de la conquête est inhérente à l'âme de l'Islam » a-t-il dit. « Cependant, il est également possible d'interpréter similairement l'objectif dans l'Évangile de Matthieu quand Jésus envoie ses disciples vers toutes les nations en termes de la même idée de conquête ».

Les déclarations choquantes me rappelaient la fuite de la première séance de Questions & Réponses du Pape François au début de son pontificat. C’est une interview de laquelle on se rappelle le plus à cause de l'admission du Pape qu'il y a un « lobby gay » à l'intérieur du Vatican. Malgré le fait que de telles nouvelles explosives auraient été énormes pour Life Site News, vous ne trouverez pas cette première entrevue couverte sur le site de Life Site News ni près de sa date de sortie. Je ne pouvais tout simplement pas croire que ce soit authentique ou exact — pas à cause du commentaire relativement au « lobby gay » — mais parce que le Pape avait parlé de façon désobligeante d’un bouquet spirituel de rosaires qu'il avait reçu lors de son élection.

Le Pape François était cité comme ayant dit :

« Ça me préoccupe ; quand j’ai été élu, j’ai reçu une lettre de l'un de ces groupes et ils disaient : « Votre Sainteté, nous vous offrons ce trésor spirituel : 3 525 rosaires ». Pourquoi ne disent-ils pas : « Nous prions pour vous, nous demandons… », mais cette histoire de comptage... Et ces groupes reviennent à des pratiques et à des disciplines que j'ai vécues — pas vous, parce que vous n'êtes pas vieux — à des disciplines, à des choses qui, à ce moment-là, avaient lieu, mais pas maintenant, ils n'existent pas aujourd'hui ... »

« Ça ne se peut pas », me suis-je souvenu d’avoir pensé en moi-même, « un Pape n’aurait jamais rien dit de si dévalorisant du chapelet ». Cet aspect de l'entrevue m’a même questionné si tout cela était authentique. Ainsi, j’ai résisté à la pression de publier un article sur les propos du Pape sur le « lobby gay » au Vatican à cause de cela. Quelques semaines plus tard, j’étais à Rome et j’ai eu enfin la chance de demander à quelqu'un au courant de la fuite de cette entrevue. J'ai été choqué d'entendre : « Bien sûr que c’est vrai ». C’était, m’a-t-on dit, le premier exemple d'une nouvelle méthode de communication employée par le Pape en utilisant différents canaux.

Cette impression, à savoir « ce n’est pas possible qu’un Pape ne puisse jamais dire une telle chose » a refait surface à maintes reprises au cours des dernières années et non seulement à l’occasion d’interviews improvisées du Saint-Père ou de fuites de ses interviews. Même dans les enseignements officiels tels que ses allocutions et ses homélies lors de grands événements tels que l’Angelus, le Pape François a choqué les sensibilités Catholiques. Par exemple, à l'Angelus du 2 juin 2013 où il a parlé du Miracle du Christ concernant la multiplication des pains et des poissons comme ayant eu lieu par « partage ». « Ceci est le miracle : plutôt que d'une multiplication, c’est un partage inspiré par la Foi et la prière » a-t-il dit.

Il a été encore plus explicite à ce sujet en juillet de l'année dernière dans une homélie à la Place du Christ Rédempteur en Bolivie. Le Pape François a dit : « Voici comment le miracle a lieu. Ce n’est pas de la magie ou de la sorcellerie... Jésus a réussi à générer un courant parmi ses disciples : ils ont tous partagé de ce qui était leur propre, en le transformant en un don pour les autres ; et voilà comment ils ont tous eu à manger à leur faim. Incroyablement, il y a eu des restes de nourriture : ils les ont recueillis dans sept paniers ».

Il y a eu beaucoup de ces incidents discordants. En voici une liste de quelques-uns d'entre eux :

  • En juillet 2013, lorsqu’un journaliste a demandé pourquoi, lors de son voyage au Brésil, il n'a pas réussi à parler d'avortement et d'homosexualité en dépit du fait que la nation venait d’approuver des lois concernant ces questions, le Pape a répondu : « L'Église a déjà parlé très clairement de cela . Il était inutile d'y revenir, tout comme je n’ai pas parlé de tricherie, de mensonge ou d'autres questions sur lesquelles l'Église a un enseignement clair ! »

  • Dans une interview d’octobre 2013 à La Repubblica, il est rapporté que le Pape François a dit : « Les plus graves des maux qui affligent le monde en ces jours sont le chômage des jeunes et la solitude de la vieillesse ... le problème le plus urgent auquel l'Église est confrontée ». Dans la même interview, il a déclaré : « Le prosélytisme est un grave non-sens, cela n'a aucun sens ». Et aussi : « Je crois en Dieu, non pas en un Dieu Catholique, il n'y a pas de Dieu Catholique, il y a un Dieu et je crois en Jésus Christ, son incarnation ».

  • Dans son Exhortation apostolique de novembre 2013, Evangelii Gaudium était similaire à l'entrevue accordée à la Repubblica en ce que le Pape se concentre sur les « deux grandes questions » qui, dit-il, « façonneront l'avenir de l'humanité ». Ces questions sont, d'abord, l'inclusion des pauvres dans la société, et, deuxièmement, la paix et le dialogue social » a-t-il écrit.

  • Dans le livre de 2014 sur le Pape François intitulé « Le Grand Réformateur », nous apprenons du biographe du Pape, Austin Ivereigh, que Tony Palmer, un anglican et un ami de longtemps du Pape François, avait parlé à l'époque au Cardinal Bergoglio d’alors pour savoir s'il devait devenir Catholique. M. Palmer a décrit la réponse du Cardinal d’alors comme étant : « [Bergoglio] m'a dit que nous avions besoin de bâtisseurs de ponts. ( note : des ponts pour unifier les Anglicans aux Catholiques ) Il m'a conseillé de ne pas franchir le pas car il semblait que, si je choisissais un côté, je cesserais d'être un bâtisseur de ponts ».

  • En janvier 2015 est venu le slogan « Ne vous reproduisez pas comme des lapins » lors d’une interview dans son envolée de retour de Manille. Parlant d'une femme qu'il connaissait qui était enceinte de son huitième enfant après avoir eu les sept premiers par césarienne, il a dit qu'il l’avait « réprimandée » en lui disant : « Mais voulez-vous laisser sept orphelins ? C’est tenter Dieu ! » « C’est une irresponsabilité » et il a ajouté : « Dieu vous donne des méthodes pour être responsable ». Le Pape François a alors dit : « Certains pensent que, excusez-moi si j'utilise ce mot, que, pour être bons Catholiques, nous devons être comme des lapins ». Il a ajouté : « Non. La paternité responsable ! »

  • En mars 2015, il y eut une autre entrevue avec la Repubblica où le Pape semblait suggérer que personne ne pouvait aller en enfer mais que, s’ils rejettent complètement Dieu, ils seraient anéantis. L'article décrit cela ainsi : « Qu'est-ce qui se passe pour cette âme perdue ? Sera-t-elle punie ? Et comment ? La réponse du Pape François est distincte et claire : il n'y a pas de punition mais l'anéantissement de cette âme. Toutes les autres âmes participeront à la béatitude de vivre en présence du Père. Les âmes qui sont annihilées ne prendront pas part à ce banquet ; avec la mort du corps, leur voyage est terminé ».

    Il y a eu justement une certaine controverse au sujet de cet interview de Scalfari de la Repubblica. Le Vatican n’a ni confirmé ni infirmé ces extraits spécifiques, mais néanmoins il a publié cet entretien dans le Journal du Vatican et sur le site Web du Vatican. Ce fut ensuite supprimé du site, uniquement pour le rééditer à nouveau, puis supprimé à nouveau. Les observateurs du Vatican ont comparé la partie la plus controversée de l’entretien concernant l'impossibilité des gens d’aller en enfer pour l'éternité à la déclaration de la dernière Exhortation du Pape, Amoris Laetitia, dans laquelle il a dit : « Nul ne peut être condamné pour toujours parce que ce n'est pas la logique de l’Évangile ! »

  • Dans une entrevue de février 2016 avec l'un des quotidiens les plus importants d'Italie, le Corriere Della Sera, le Pape François a salué la chef de file qui a fait la promotion de l'avortement en Italie, Emma Bonino, comme l'une des « grandes oubliées » de la nation la comparant à de grands personnages historiques tels que Konrad Adenauer et Robert Schuman. Le Pape l'a félicitée pour son travail avec les réfugiés en provenance d'Afrique. Bonino est connue pour son arrestation célèbre en raison d’avortements illégaux et est devenue un femme politique qui a mené la lutte pour la légalisation de l'avortement, l'euthanasie, le « mariage » homosexuel, la légalisation des drogues récréatives, l'éducation sexuelle graphique et plus encore.

  • Le 18 février 2016, au cours de son envolée de retour du Mexique, le Pape a commenté Donald Trump pendant les Primaires présidentielles. « Une personne qui ne pense qu'à la construction de murs, où qu'ils soient, et non à la construction de ponts, n’est pas Chrétienne » a-t-il dit, selon une transcription de ses propos. Dans le même point de presse, le Pape a dit qu'il ne commenterait pas la législation de l'union civile de même sexe de l'Italie ( note : qui était alors en débat parlementaire pour fins de législation ) « parce que le Pape est pour tout le monde et il ne peut s'insérer dans la politique intérieure spécifique d'un pays ».

  • Ce petit échantillon donne assez de raisons aux fidèles Catholiques qui aiment l'Église et le Saint-Père d’être préoccupés. Ils sont tellement préoccupés qu'ils surmontent leur réticence naturelle à critiquer les actions du Pape — le Vicaire du Christ sur terre. Avec révérence et amour, avec la prière et la prudence — ainsi qu’avec la douleur d’enfants qui interrogent leur père — ils commencent à parler avec plus d'audace, sentant que le résultat de rester silencieux sur la trajectoire actuelle implique l'acquiescement et même l'approbation, ce qui ne ferait que contribuer à répandre les ambiguïtés sur la signification de la morale, de la Foi et du Salut.