vendredi 18 décembre 2015

Nommé personnellement par le Pape !

Le faux moine Bianchi déclare

que Fatima est un faux



SOURCE : par Christopher A. Ferrara
Fatima Network Perspectives
Le 17 décembre 2015

Lorsque François a été élu, j’étais tout à fait favorable envers le nouveau pontificat, en centrant mes commentaires sur la dévotion apparente du nouveau Pape à la Sainte Vierge et à son respect pour l'événement de Fatima, comme l’a démontré sa demande au Patriarche du Portugal de consacrer tout son pontificat à Notre Dame de Fatima. Mais je vous avoue qu’à ce moment-là je ne savais presque rien sur l'ancien Cardinal Mario Bergoglio. Je ne savais pas, par exemple, qu'il était « célèbre pour son incohérence ».

Après deux ans et demi d'expérience avec ce pontificat cependant, je ne suis pas le moins surpris d'apprendre que François avait nommé le fulminant, l’hérétique anti-Marial et anti-Fatima Enzo Bianchi comme consulteur du Conseil Pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens.


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Ce « moine » bidon, un laïc qui se fait appeler « Prieur » du « Monastère » interconfessionnel bidon de la communauté monastique de « Bose », a été dénoncé à juste titre par Mgr Antonio Livi, ancien doyen de la faculté de philosophie de l'Université Pontificale de la Sainte Croix à Rome, comme étant « substantiellement athée » et un « prophète de la fin du Catholicisme » dont les discours sont « un dispositif rhétorique pour sa propagande en faveur d'un humanisme qui est nominalement Chrétien, mais substantiellement athée ».

L'hérétique François l’a nommé à un Conseil Pontifical, ce moine qui déteste la dévotion Mariale et qui méprise le Message de Fatima. « Marie, dit ce moine bidon, ne peut pas être le point de référence pour l'avancement des femmes dans l'Église ». Quant à Fatima, Bianchi affirme que les Apparitions de Notre-Dame sont une « escroquerie ». Pourquoi ? Parce que selon lui, « tout Dieu qui parle des Chrétiens persécutés mais qui oublie les six millions de Juifs exterminés en Allemagne n’est pas un Dieu crédible ».

Donc, François a élevé à un haut statut du Vatican un laïc en habit de moine qui ose déclarer ce que Dieu aurait dû avoir inclus dans les Prophéties de Fatima afin de maintenir Sa crédibilité divine. Mais comme Vito Messori a observé : « Bianchi doit se rappeler que le communisme (Lénine a pris le pouvoir en 1917) a au moins 100 millions de morts sur sa conscience, et il n'y aurait eu pas d’Hitler, s’il n'y avait pas eu préalablement Lénine ». En fait, le nazisme — qui est le national-socialisme — est précisément le résultat de la propagation des « erreurs de la Russie » qu’a prédit Notre-Dame, le nazisme ayant émergé en Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale comme un rival au marxisme-léninisme. Et, au cours de la Seconde Guerre mondiale, le pacte de non-agression mutuelle entre Hitler-Staline s’est terminé quand seulement Hitler a envahi la Pologne.

Pour Bianchi, note Mgr. Nicola Bux, un consulteur à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, « la déconstruction de la papauté dans sa forme actuelle est une préoccupation très importante … ». Cela étant, la nomination de Bianchi à un conseil pontifical est entièrement conforme à la déconstruction en cours de l'Église par son leadership diaboliquement désorienté dont l’intention semble (si cela était possible) de commettre un suicide ecclésial.

Mettez la montée de cet ennemi de Notre-Dame de Fatima — par la propre main du Pape — dans la filière marquée « Troisième Secret ».