samedi 19 décembre 2015

Citations pro-vie de Mère Teresa


« Ce pouvoir spécial d'aimer qui appartient à une femme est considéré plus clairement quand elle devient mère. La maternité est le don de Dieu aux femmes. Combien reconnaissants devons-nous être à Dieu pour ce cadeau merveilleux qui apporte tant de joie au monde entier, les femmes et les hommes tout autant ! Pourtant, nous pouvons détruire ce don de la maternité, en particulier par le mal de l'avortement, mais aussi en pensant à d'autres choses comme les emplois ou les postes qui sont plus importants que d'aimer, que de se donner à d'autres. Il n’y a pas d'emploi, pas de plans, aucune possession, ni d’idée de « liberté » qui peuvent prendre la place de l'amour. Si bien que tout ce qui détruit le don de la maternité par Dieu, détruit Son don le plus précieux aux femmes — la capacité d'aimer comme une femme ».
~ Lettre de Mère Theresa à la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, Beijing, 1995 ~




« Nous ne devons pas être surpris quand nous entendons parler de meurtres, d'assassinats, de guerres, de haine. Si une mère peut tuer son propre enfant, qu’est-ce qui reste hormis de se tuer les uns les autres ».
~ Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta ~





« Une fois que l'amour vivant est détruit par la contraception, l'avortement suit très facilement ».

~ Bl. ~ Mère Teresa




« C’est une pauvreté de décider qu'un enfant doit mourir pour que vous puissiez vivre comme vous le souhaitez ».
~ Bienheureuse Mère Teresa ~





« L'avortement tue deux fois. Il tue le corps du bébé et il tue la conscience de la mère. L’avortement est profondément anti-femmes. Les trois quarts de ses victimes sont des femmes : la moitié des bébés et toutes les mères »
~ Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta ~





« L'Amérique n'a pas besoin de mes paroles pour voir comment votre décision Roe v. Wade a déformé une grande nation. Le soi-disant droit à l'avortement a opposé les mères contre leurs enfants et des femmes contre les hommes. Il a montré la violence et la discorde au cœur des relations humaines les plus intimes. Il a aggravé la dérogation du rôle du père dans une société de plus en plus sans père. Il a dépeint le plus grand des cadeaux — un enfant —comme un concurrent, une intrusion et un inconvénient. Il a nominalement accordé aux mères la domination sans entraves sur les vies indépendantes de leurs fils et filles physiquement dépendants. Et dans l'octroi de ce pouvoir exorbitant, il a exposé de nombreuses femmes à des demandes injustes et égoïstes de la part de leurs maris ou d'autres partenaires sexuels. Les droits humains ne sont pas un privilège conféré par le gouvernement. Ils sont le droit de chaque être humain en vertu de son humanité. Le droit à la vie ne dépend pas et ne doit pas être déclaré contingent au plaisir de quelqu'un d'autre, pas même un parent ou un souverain ».
~ Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta, « Notable et Quotable », Wall Street Journal, 25/02/94, p. A14 ~






Le plus grand destructeur d'amour et de paix est l'avortement qui est la guerre contre l'enfant. La mère n'apprend pas à aimer, mais tue pour résoudre ses propres problèmes. Tout pays qui accepte l’avortement n’enseigne pas à son peuple à aimer, mais à utiliser toute violence pour obtenir ce qu'ils veulent ».






« La façon de planifier la famille est la planification familiale naturelle, pas la contraception ... L’utilisation de contraceptifs tourne l'attention vers soi et détruit le don de l'amour en lui ou en elle. En amour, l'époux et l'épouse doivent tourner leur attention l’un vers l'autre comme cela arrive dans la planification familiale naturelle, et non pas vers soi-même comme ça arrive dans la contraception. Une fois que l'amour vivant est détruit par la contraception, l'avortement suit facilement ... Et l'avortement qui suit souvent la contraception, amène un peuple à être spirituellement pauvre, et ceci est la pire pauvreté et la plus difficile à surmonter ».
Tout pays qui accepte l’avortement n’enseigne pas son peuple à aimer mais à utiliser la violence pour obtenir ce qu'ils veulent. Voilà pourquoi le plus grand destructeur de l’amour et de la paix est l'avortement ».






« Tout pays qui accepte l'avortement est le plus pauvre des pauvres pays.





« Beaucoup de gens sont préoccupés par les enfants en Inde, par les enfants en Afrique où quelques-uns meurent tout à fait de faim, et ainsi de suite. Beaucoup de gens sont aussi préoccupés par la violence dans ce grand pays que sont les États-Unis. Ces préoccupations sont très bonnes. Mais souvent, ces mêmes personnes ne sont pas concernées avec les millions qui sont tués par la décision délibérée de leurs propres mères. Et cela est le plus grand destructeur de la paix aujourd'hui — l'avortement qui amène les gens à un tel aveuglement ».






« Nous devons nous rappeler que la vie commence à la maison et nous devons aussi nous rappeler que le futur de l'humanité passe par la famille ».






« C’est une pauvreté de décider qu'un enfant doit mourir pour que vous puissiez vivre comme vous le voulez ».






« Soyez humbles comme Marie afin que vous puissiez être saints comme Jésus »






« Je sens que le plus grand destructeur de la paix aujourd'hui est l'avortement parce que c’est une guerre contre l'enfant, une mise à mort directe de l'enfant innocent, un assassinat par la mère elle-même ».






« Et si nous pouvons accepter qu'une mère peut tuer son propre enfant, comment pouvons-nous dire aux autres de ne pas se tuer les uns les autres ? »




« Par l'avortement, la Mère n'a pas appris à aimer mais tue son propre enfant pour résoudre ses problèmes. Et, par l'avortement, il est dit au père qu'il n'a pas à prendre aucune responsabilité du tout pour l'enfant qu'il a apporté dans le monde. Le père est susceptible de mettre d'autres femmes dans le même problème. Donc, l'avortement conduit à plus d'avortement ».