mardi 8 décembre 2015

Les critiques du Pape menacés d'excommunication

alors que l’ Année de la Miséricorde commence



SOURCE : Life Site News qui a reçu cette opinion de Voix de la Famille, une organisation laïque et parapluie de 26 organismes dont les missions sont la protection de la vie et de la famille.

7 décembre 2015 (Voix de la Famille) —

Mgr Fisichella, président du Conseil Pontifical pour la Nouvelle Évangélisation, a suscité la controverse en suggérant que certaines critiques de François pourraient entraîner l'excommunication automatique.

Mgr Fisichella a fait ces remarques lors d'une conférence de presse du Vatican tout en expliquant comment les nouveaux « Missionnaires de la Miséricorde » de François fonctionneront. Les 800 « missionnaires » auront le pouvoir d'absoudre des offenses auparavant réservées au Saint-Siège.

En référence au Canon 1370, qui impose l'excommunication automatique pour « violence physique » contre le Pontife Romain, Mgr Fisichella a dit :

« Je dirais que nous avons besoin de bien comprendre « la violence physique » parce que parfois les paroles aussi sont des roches et des pierres et, par conséquent, je crois que certains de ces péchés, aussi, sont beaucoup plus répandus que ce que nous pourrions le penser ».

Les commentaires de l'Archevêque Fisichella seront interprétés par beaucoup comme une tentative de réduire au silence les fidèles Catholiques qui sont profondément préoccupés par la direction actuellement prise par ceux qui détiennent les fonctions aux plus hauts niveaux de l'Église. De sérieuses préoccupations ont été soulevées au cours des deux dernières années et demie concernant :

  • La manipulation alléguée du Synode extraordinaire de 2014 et du Synode ordinaire 2015

  • La publication d'un Relatio Synodi hétérodoxe du Synode au Synode extraordinaire

  • La publication d'un Instrumentum Laboris hétérodoxe pour le Synode ordinaire

  • Le publication d'un Rapport Final hétérodoxe au Synode Ordinaire

  • Les réformes radicales des procédures canoniques régissant la déclaration de nullité du mariage

  • La collaboration ouverte entre le Saint-Siège et les principaux défenseurs mondiaux du contrôle de la population

  • Les remarques confuses faites par le Saint-Père au sujet de qui est capable de recevoir la Sainte Communion

  • Les remarques confuses faites par le Saint-Père à propos de la relation entre les préservatifs et le SIDA.

  • Les remarques confuses et les actions du Saint-Père au sujet de l'homosexualité.

  • L'approbation, par des organismes officiels du Saint-Siège, des objectifs du développement durable pro-avortement et pro-contraception de l’ONU.

  • L'endossement de l’agenda sur l'environnement dans la lettre encyclique Laudato Si sans une reconnaissance suffisante de la connexion profonde entre l'écologie et le mouvement du contrôle de la population

  • L'Association publique de Laudato Si avec les éléments les plus radicaux du mouvement de contrôle de l'environnement et de la population ainsi que la dissidence envers la Doctrine de l'Encyclique Humanae Vitae

  • La nomination, la promotion ou l'élévation à de fonctions ecclésiastiques ou à des postes d'influence, par le Saint-Père, de nombreux prélats ouvertement hétérodoxes, y compris, mais sans s'y limiter : Mgr Franz-Josef Bode, l’Archevêque Blaise Cupich, le Cardinal Godfried Danneels, le Cardinal John Dew, le Cardinal Walter Kasper, Mgr Heiner Koch, le Cardinal Reinhard Marx, le Cardinal Vincent Nichols, le Cardinal Christoph Schönborn et le Cardinal Donald Wuerl.

En face de ces scandales et de d'autres, les Catholiques ont non seulement le droit mais aussi le devoir d'offrir une critique respectueuse, mais énergique. Ce grave devoir est décrit dans les Canons 211 et 212 du Code de droit canonique :

Can. 211 Tous les fidèles ont le devoir et le droit de travailler à ce que le message divin du salut atteigne sans cesse davantage tous les hommes de tous les temps et de tout l'univers.

Can. 212 §1. Les fidèles conscients de leur propre responsabilité sont tenus d'adhérer par obéissance chrétienne à ce que les Pasteurs sacrés, comme représentants du Christ, déclarent en tant que maîtres de la foi ou décident en tant que chefs de l'Église.

§2. Les fidèles ont la liberté de faire connaître aux Pasteurs de l'Église leurs besoins surtout spirituels, ainsi que leurs souhaits.

§3. Selon le savoir, la compétence et le prestige dont ils jouissent, ils ont le droit et même parfois le devoir de donner aux Pasteurs sacrés leur opinion sur ce qui touche le bien de l'Église et de la faire connaître aux autres fidèles, restant sauves l'intégrité de la foi et des moeurs et la révérence due aux pasteurs, et en tenant compte de l'utilité commune et de la dignité des personnes.