samedi 5 décembre 2015

Le Vatican augmente

son empreinte carbone à Paris



SOURCE : par Christopher A. Ferrara
Fatima Network Perspectives
Le 4 décembre 2015

En 1951, le Vénérable Pape Pie XII a mis en garde les pasteurs de l'Église que « presque toute la race humaine se laisse aujourd'hui entraînée en deux camps opposés : pour le Christ ou contre le Christ. La race humaine est aujourd'hui impliquée dans une crise suprême qui résultera dans son salut par le Christ ou dans sa terrible destruction ».

Soixante-quatre ans plus tard, dans un monde infiniment pire en termes de condition morale et spirituelle qu'elle ne l'était en 1951, le Vatican s’affaire lui-même au dernier substitut post-Vatican II à la foi catholique : l'écologisme.

S’adressant à ce qui est équivalent à un concile œcuménique de la religion écologiste, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris (COP 21), qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre, le Secrétaire d'État du Vatican...


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

,… le Cardinal Pietro Parolin a révélé la profondeur de la préoccupation délirante actuelle du Vatican avec des questions qui n’ont aucun rapport avec le Pape ou les affaires de l'Église tout en ignorant la mission réelle de l'Église sur la terre : le salut des âmes.

Tel que rapporté par le Service d'information du Vatican, l’allocution de Parolin à la COP 21 a appelé à « une économie à faible émission de carbone et au développement humain intégral. ... à la promotion des énergies renouvelables et à la dématérialisation [ ?] ainsi qu’au développement de l'efficacité énergétique ... à la bonne gestion des forêts, au transport et aux déchets [ ?] ; au développement d'un modèle circulaire pour l'économie [ ?] ; à la mise en œuvre des programmes appropriés, durables et diversifiés en matière de sécurité alimentaire et de lutte contre le gaspillage alimentaire ; à des stratégies de lutte contre la spéculation et contre les subventions inefficaces voire parfois nuisibles ; et au développement et au transfert des technologies appropriées ».

De la proclamation de l'Évangile à toutes les nations à travers les siècles, selon l'enseignement constant du Magistère qui affirme que « Hors de l'Église, point de salut », — un dogme de la foi que même Wikipédia reconnaît — l'actuel Vatican s’est abaissé dans une auto-parodie à exiger une « économie à faible émission de carbone ».

Tout simplement : est-ce une blague ?

Encore plus risible est la demande de Parolin pour « la mise en œuvre de modèles durables de production et de consommation, de nouvelles attitudes et de nouveaux modes de vie ». Vraiment ?

Commençons avec son propre style de vie à ce Cardinal : de ses quartiers de vie chauffés et climatisés aux combustibles fossiles dans l'enclave luxueux du Vatican, lui et son entourage ont été conduits dans des limousines alimentées aux combustibles fossiles à l'aéroport où un jet à consommation de grandes quantités de combustibles fossiles les ont transportés à Paris où ils sont embarqués dans plus de limousines qui les a amenés à leurs quartiers chauffés et climatisés par des combustibles fossiles, d'où ils sont partis pour l’allocution du Cardinal dans cet établissement de la COP 21 dont les vastes couloirs sont chauffés, refroidis et éclairés par — vous l'aurez deviné — par des combustibles fossiles :

Ceux qui rejoignent Parolin et son entourage à ce rassemblement sont des « leaders mondiaux » du monde entier qui ont tous consommé de grandes quantités de combustible fossile pour y arriver et qui en consomment des quantités encore plus vastes durant la conférence qui émettra environ 300 000 tonnes de CO2. Pourtant, ils se sont tous réunis pour émettre la demande saugrenue d’une « économie à faible émission de carbone ».

Alors, quel sera le nouveau mode de vie à faible carbone que le Cardinal Parolin adoptera quand la conférence sera terminée ? Bien sûr, il va continuer à vivre comme il le faisait avant la COP 21. Et il ne perdra une seconde de sommeil concernant la revendication hystérique du Pape qui affirme que le monde est « sur le bord du suicide » à cause des émissions de CO2 qui provoquent un « changement climatique » — une prétention de François faite pendant le vol dans son propre jet énergivore en combustibles fossiles sur le chemin du retour de son voyage énergivore en combustibles fossiles en Afrique avec un entourage énergivore en combustibles fossiles monopolisant 100 personnes. Et il va sans dire que lorsque François revient à son hôtel cinq étoiles du Vatican, il n’est pas près d’entreprendre une toute « nouvelle vie » lui non plus. Peut-être certains panneaux solaires supplémentaires seront installés — tous fabriqués à l'aide de combustibles fossiles.

C’est juste du parler pour parler. De l’air chaud. L'air chaud est composé principalement de CO2 que les humains et les animaux produisent naturellement à chaque instant de leur existence et à partir duquel les plantes croissent en produisant de l’oxygène, mais c’est ce même CO2 pour lequel l’appareil actuel du Vatican a rejoint les fanatiques du changement climatique en le décrivant comme un poison mortel qui menace l'existence même de la planète. Et aucun d'entre eux n’en croient vraiment un mot comme leurs propres actions le démontrent.

Quelle moquerie l'élément humain de l'Église est devenue depuis le malheureux Concile qui, il ne fait aucun doute, occupe une place importante dans le Troisième Secret. Ça ferait une grande comédie si ce n’était pas un drame d'époque avec des conséquences éternelles. Il y a seulement Notre Dame de Fatima qui peut transformer cette tragédie en triomphe.

Mais, à moins d'un miracle, ne vous attendez pas à ce que François fasse appel à la Sainte Vierge pour sauver le monde de la crise réelle qu’il confronte, « qui résultera dans son Salut par le Christ ou dans sa terrible destruction ». Le Pape est trop occupé à se tracasser au sujet des niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. La farce presque incroyable à laquelle nous assistons aujourd'hui ne montre aucun signe de fin. Pourtant, nous pouvons trouver de l'espoir dans la certitude que lorsque tout semblera perdu, le Cœur Immaculé de Marie triomphera. Prions que nous puissions vivre pour voir ce jour.