lundi 7 décembre 2015

Jésus aurait-il encouragé un Son & Lumière sur la façade du Temple de Jérusalem ?

Le Son & Lumières du Vatican vise à pousser

l’accord sur les changements climatiques à Paris

Petites remarques avant lecture : observez le vocabulaire utilisé par les organisateurs athées : « compassion », « amour », « pauvreté ». Ont-ils emprunté ce vocabulaire à François ou est-ce l'inverse ? François donne-t-il le même sens à ces termes qu'eux ?

Remarquez aussi les arguments de ceux qui n'apprécient guère cet événement. Vous noterez qu'on n'a même pas voulu les débattre. On peut peut-être conclure que le « dialogue » tant valorisé par François et Cie peut être fait en un seul sens... Bien quoi ?

Je vous prie instamment de lire aussi la vision de Catherine Emmerick en bas de page. Elle a eu cette vision pour le temps où il y aurait deux papes. Une vision qui date d'il y a deux cents ans... Une telle situation n'était pas trop imaginable à l'époque. En somme, cette vision est pour notre temps actuel.

Et regardez qui elle voit arriver sur la Place Saint Pierre...






par Edward Pentin
Le 7 décembre 2015
SOURCE : National Catholic Register



Un mélange de fascination, de curiosité et de consternation salue un spectacle de Son & Lumières qui sera projeté sur la Basilique Saint-Pierre demain — la Fête de l'Immaculée Conception et le jour d’ouverture du Jubilé de la Miséricorde.

Voyez la bande-annonce
Cliquez sur l'image
Ah oui... cherchez Marie... C'est sa fête !
Voyez les commanditaires à la fin
Tous des anciens enfants de choeur probablement...




Une coalition de groupes humanitaires, de philanthropiques et de conservationistes non-catholiques ainsi que la Banque mondiale mettent en scène l'événement. Ce sera la première fois que des images seront projetées sur la façade de la Basilique du 17ème siècle et sur la coupole de Michel-Ange.

Les organisateurs disent que l’événement de trois heures, appelée « Fiat Lux, Illuminons notre maison commune », décrira « l'histoire visuelle de l'interdépendance de l'homme et de la vie sur la terre avec la planète afin d'éduquer et d'inspirer un changement concernant la crise climatique auprès des générations, des cultures, des langues, des religions et des classes ».

Mgr Rino Fisichella, président du Conseil Pontifical pour la Nouvelle Évangélisation, a qualifié l'événement d’« unique » et que le spectacle Son & Lumières « présentera des images inspirées de la Miséricorde, de l'humanité, du monde naturel et des changements climatiques ».

Il a ajouté que le Son & Lumières, dont les images ont été présentées dans diverses grandes places du monde entier, vise à relier l'Encyclique sur l’environnement Laudato Si de François avec la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP21), actuellement en cours à Paris jusqu'à vendredi.

« C’est notre espoir que cette belle et contemporaine œuvre d'art publique inspirera les citoyens du monde à se regrouper dans un moment de compassion et suscitera un mouvement mondial visant à protéger l'humanité, notre maison commune et de précieuses espèces menacées » a déclaré Carole Tomko , vice-présidente de Vulcan, Inc., l'un des groupes qui sponsorise l'événement et qui soutient les initiatives de « changer et d'améliorer la façon dont les gens vivent, apprennent, font des affaires et expérimentent le monde ».

Parrainant aussi l'événement est la fondation humanitaire Li Ka-shing qui soutient des projets de recherche en éducation et en médicine. Son fondateur, Li Ka-shing, a déclaré qu’alors que la science et la technologie peuvent élargir le point de vue humain, « c’est seulement par l'amour que l'humanité peut prévaloir » et que c’est « un tel privilège » de participer dans ce projet « à la croisée même de la philosophie de l'amour fraternel ».

Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale, a déclaré que son organisation a été « honorée de travailler avec le Vatican pour sensibiliser les gens sur une question aussi essentielle à notre objectif commun de mettre fin à l'extrême pauvreté ».

« Les personnes les plus pauvres dans le monde sont touchées de manière disproportionnée par les effets du réchauffement climatique et sont les plus vulnérables aux catastrophes naturelles et aux conditions météorologiques extrêmes » a déclaré Kim. « Cette initiative impressionnante va attirer l'attention mondiale sur l'urgence de la lutte contre le changement climatique pour le bien des personnes et de notre planète ».

Lucie Grenna, gestionnaire du programme de partenariat mondial Connect4Climate du Groupe de la Banque mondiale a déclaré que le spectacle de Son & Lumière « racontera une histoire visuelle puissante de l'interdépendance de toute vie sur terre avec notre environnement et nous espérons inspirer les équipes à Paris à pousser pour l’accord le plus ambitieux possible ».

Mais l'événement a été critiqué pour son manque de focus Catholique, pour projeter des images sur l'une des façades les plus sacrées du monde Chrétien à l’occasion de l'un des jours les plus saints dans le calendrier de l'Église et pour être pris en charge par la Banque mondiale qui promeut activement des fonds et des politiques diamétralement opposées à l'enseignement de l'Église (la Banque mondiale promeut et finance depuis longtemps des programmes d'avortement et de contraception). Il y a aussi un malaise à propos de l'accent mis sur le changement climatique et que l'Église soit entrée dans ce débat scientifique.

Un commentateur a demandé si quelqu'un aurait permis un tel spectacle à être projeté sur le Temple de Jérusalem. Un autre a fait remarqué que plutôt de consacrer le mardi soir à Marie, Mère de Dieu, il semble être consacré à la Terre Mère à la place, un concept largement païen.

Le raisonnement du Vatican derrière le spectacle pourrait bien être avoir cette valeur : à savoir qu’il servirait non seulement à attirer l'attention sur la sauvegarde de la création, mais aussi de s’engager avec ces organisations dans l'espoir qu'ils pourraient être convertis au Christ et qu’ils acceptent l'Évangile. Mais les fonctionnaires du Conseil Pontifical ont refusé de répondre si ça pouvait être le cas et ont refusé aussi de répondre à ces autres préoccupations.

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi ne pouvait pas non plus confirmer si c’était le cas. Il a répondu le 7 décembre au site National Catholic Register en disant que Mgr Fisichella a abordé cette question lors de la conférence de presse du Vatican, la semaine dernière, ajoutant que cela doit être vu dans un « sens positif et également par rapport à la conférence COP21 » de l'ONU sur le changement climatique et que tous les informations nécessaires ont été données aux journalistes.




Voici ce que Catherine Emmerick dit le 13 mai 1820 :

« J'ai vu également la relation entre les deux papes ... J'ai vu combien seraient néfastes les conséquences de cette fausse église. Je l'ai vue augmenter de dimensions; des hérétiques de toutes sortes venaient dans la ville (de Rome) (pour faire des Sons & Lumières peut-être ?). Le clergé local devenait tiède, et j'ai vu une grande obscurité ».