dimanche 25 mars 2018

Grande tournée de promotion et de vente d'Amoris Laetitia

« Assez de débat ! »
L'Archevêque du Vatican dit qu'il est temps d'accepter Amoris Laetitia





Par : Matthew Cullinan Hoffman
Vendredi 23 mars , 2018 - 5:43 pm EST

SOURCE : Life Site News





MEXIQUE, 23 mars 2018 (Life Site News) — L'Archevêque du Vatican Vincenzo Paglia a exprimé sa frustration face à la controverse généralisée suscitée par l'Exhortation Apostolique du Pape François Amoris Laetitia lors d'une récente campagne du Vatican pour obtenir l'acceptation du document par le clergé.

« Assez de débattre de tout ça ! » a crié Paglia devant un auditoire rassemblé au Séminaire du Diocèse Mexicain de Querétaro. « Assez ! » répéta-t-il.

Les gens vivent une « tragédie existentielle » dans des seconds mariages, et « il est temps de mettre un terme à cette discussion » et de « commencer à recevoir les gens » dans de telles situations dans l'Église, a déclaré Paglia.

L'Archevêque a également dit à son auditoire qu'il est nécessaire de « changer la forme de l'Église » pour la conformer aux doctrines du Pape François sur les Catholiques divorcés et remariés contenues dans le chapitre 8 controversé d'Amoris Laetitia.

Paglia, qui dirige l'Académie Pontificale pour la Vie du Vatican, qui fut récemment entièrement réorganisée, visitait le Diocèse Mexicain de Querétaro jeudi et vendredi de la semaine dernière, où il cherchait à répondre aux objections vis-à-vis les dispositions controversées d'Amoris Laetitia.


Le discours de Paglia à Querétaro semble faire partie d'une campagne du Vatican pour convaincre les Catholiques d'accepter les nouvelles doctrines d'Amoris Laetitia qui contredisent la discipline traditionnelle de l'Église ainsi que les directives établies par le Pape Jean-Paul II. Des responsables du Vatican ont également été envoyés dans d'autres diocèses, notamment lors de récents pourparlers prévus dans l'Archidiocèse de Guadalajara et dans le Diocèse d'Austin.

Nouvelle stratégie du Vatican sur Amoris Laetitia ?

Le discours de Paglia semble suivre une nouvelle stratégie pour détourner l'attention de l'enseignement controversé du document selon lequel les Catholiques invalidement divorcés et remariés peuvent recevoir la Sainte Communion dans certaines circonstances. L'Archevêque a qualifié de « lamentable » le fait que le débat se soit focalisé presque exclusivement sur ce sujet et a utilisé son discours pour plaider plutôt pour la doctrine d'Amoris Laetitia qui suggère que de tels couples soient intégrés dans des positions liturgiques et éducatives dans les paroisses.

« En tant que Président du Conseil Pontifical pour la Vie, j'ai parlé à de nombreuses personnes divorcées et non remariées ainsi qu'à de nombreuses personnes divorcées et remariées » a déclaré M. Paglia, « et elles m'ont toutes raconté le manque d’accueil, qu'elles ne sont bien reçues dans aucune paroisse, qu'elles ne sont accompagnées par personne. Et elles ne demandent pas de recevoir la Communion. Elles parlent d'être écoutées, d'être accueillies ».

La décision de Paglia de mettre l’emphase sur l'enseignement d'Amoris Laetitia, qui permet aux couples divorcés et remariés d'être pleinement intégrés dans la vie paroissiale, fait suite à la récente annonce par l'un des plus proches conseillers du Pape, Mgr Marcello Semeraro, d'une telle politique dans son diocèse Italien, permettant aux couples invalidement divorcés et remariés d’agir en tant que lecteurs, catéchistes ainsi que parrains et marraines.

Le plan de Semeraro a été publiquement condamné par l'éminent avocat canoniste Edward Peters, qui a récemment écrit que le Code de Droit Canonique, en particulier le Canon 804, était « assailli » par de telles politiques. Le Canon 804 exige que les éducateurs religieux soient « exceptionnels ». . . dans le témoignage d'une vie Chrétienne ». Cela contredit aussi les interprétations de longue date de la Doctrine Catholique par la Conférence Épiscopale Italienne.
Le Pape François accomplit les propres doctrines du Pape Jean-Paul II, dit Paglia.

Mgr Paglia soutient que l'Exhortation Apostolique Familiaris Consortio du Pape Jean-Paul II contient, implicitement, la doctrine d'Amoris Laetitia selon laquelle les couples invalidement divorcés et remariés devraient être autorisés à lire les Écritures pendant la Messe, à agir comme catéchistes et enseignants de la Foi Catholique ainsi qu’à être des parrains lors des baptêmes.

Paglia a rappelé au public qu'au paragraphe 84, Familiaris Consortio enseigne que les Catholiques divorcés et remariés ne sont pas « séparés » de l'Église et devraient être encouragés à participer à sa vie. Ceci, conclut-il, conduit à la conclusion qu'ils devraient être autorisés à exercer des rôles liturgiques, éducatifs et de parrainage sacramentel dans l'Église, et considère la doctrine de Jean-Paul II comme le « talent enfoui » dans Familiaris Consortio et que le Pape François a « déterré » ce « talent enfoui » et lui fait « porter des fruits » dans Amoris Laetitia.

« Je suis sûr que Jean-Paul II applaudit le Pape François » en ce qui concerne Amoris Laetitia, a déclaré Paglia.

« Si tous les prêtres. . . avait écouté le paragraphe #84 de Familiaris Consortio il y a trente ans, nous aurions une Église aujourd'hui qui serait complètement transformée ! » a ajouté Paglia plus tard.

Cependant, la caractérisation effectuée par Paglia des intentions du Pape Jean-Paul II pour Familiaris Consortio semble être incompatible avec le comportement même des dirigeants nommés par le Pape décédé.

Sous la direction des présidents nommés par le Pape Jean-Paul II, la Conférence des Évêques Italiens a condamné à deux reprises l'idée de permettre aux Catholiques invalidement divorcés et remariés de remplir de telles fonctions. Les deux documents, « La pastorale des divorcés et remariés » (1979) et le « Directoire de la pastorale familiale » (1990), déclarent expressément que les couples divorcés et remariés ne peuvent pas agir en tant que lecteurs à la Messe, catéchistes ou parrains.

Le premier des deux documents nie également l'idée que les Catholiques divorcés et remariés sont pleinement unis à l'Église, notant que « la participation de ceux qui sont divorcés et remariés dans la vie de l'Église reste conditionnée par le fait qu'ils ne sont pas pleinement membres de celui-ci ».

L'Archevêque Paglia a refusé d'être interviewé par LifeSite après la conférence et les questions écrites qui lui ont été soumises par l'intermédiaire d'un associé n'ont reçu aucune réponse.