dimanche 11 mars 2018

L’histoire d’un martyre blanc près de chez vous
Tirons-en des leçons, ça pourrait nous arriver bientôt


Kim Davis parle : « Je n'ai jamais pensé à l’avance
ce que je faisais et pourquoi je le faisais »


par : Lisa Bourne
SOURCE : Life Site News
Vendredi 9 mars, 2018 - 1:56 pm EST





MOREHEAD, Kentucky, le 9 mars 2018 (Life Site News) — Kim Davis, la greffière de comté qui a été emprisonnée en 2015 pour avoir refusé de délivrer des licences à des « mariages » du même sexe, dit que n'importe qui peut être appelé et utilisé par Dieu.

Davis a dit cela dans un nouveau mémoire : « Under God’s Authority: The Kim Davis Story ». [ Sous l'autorité de Dieu : L'histoire de Kim Davis ]. Elle espère que cela encouragera les personnes confrontées à des difficultés à vivre leur foi Chrétienne.

Elle a récemment parlé à Life Site News de l'épreuve qui l'a envoyée en prison pour avoir refusé d'agir contre ses croyances.

La greffière du comté de Rowan au Kentucky soutient qu'elle n'a aucune mauvaise volonté envers ceux qui sont en désaccord avec ses convictions en faveur du mariage et dit qu'elle se tient seulement devant « un seul juge » — Dieu.

« Mon histoire est celle de la rédemption et de la transformation »

L'histoire de Davis est un signe avant-coureur du martyre blanc (sans effusion de sang) pour les Chrétiens dans la redéfinition du Mariage.

Cela met aussi en lumière la question : Qui peut dire qui Dieu appellera et qui pourra-t-Il racheter ?

« Mon histoire est celle de la rédemption et de la transformation » a déclaré Davis à Life Site News.

Ridiculisée pour avoir refusé de confirmer un « mariage » gai parce qu'elle a proclamé sa foi Chrétienne tout en ayant eu plusieurs mariages dans son passé, Davis a dit qu'elle a appris que le passé de quelqu’un peut faire de lui « un vaisseau unique » que Dieu peut utiliser.

Cela faisait partie de son processus de conversion d'apprendre que Dieu n'est pas limité par les échecs humains et que c'est à Dieu de décider s'Il peut l'utiliser pour Son plan.

La croyance en Dieu implique un défi, a-t-elle dit à Life Site News, mais lui faire confiance en vaut largement le prix.

« Les Chrétiens ont besoin de savoir que ce n'est pas s'ils sont appelés qui importe — mais c'est quand ils sont appelés », a déclaré Davis. « Et si vous Lui répondez, Dieu sera fidèle ».

« Les personnes qui ont des défis à surmonter doivent comprendre que c'est ainsi que leur foi grandit » a-t-elle ajouté.

La prison

Davis a dit que Dieu savait exactement ce dont elle avait besoin pendant son incarcération.

Elle a beaucoup prié, chanté et marché. Elle a pris part à une étude biblique et elle a pleuré.

« Je savais que j’en arriverais à être mieux spirituellement que lorsque j'ai commencé » a déclaré Davis.

Et elle a trouvé une inspiration particulière dans la lettre de Martin Luther King Jr. rédigée de la prison de la Ville de Birmingham.

Les attaques des médias venaient de gens qui « ne prenaient jamais la peine de me connaître ni de me questionner »

Beaucoup de gens ont demandé à Davis tout au long de la controverse sur la liberté religieuse si elle allait écrire un livre, s’est-elle rappelée.

Les médias traditionnels ont montré juste une partie de ce qui se passait, a-t-elle dit, et tandis qu'elle avait été discrète au sujet de la situation, elle a commencé plus tard à sentir le besoin de partager son histoire.

« Les médias m'ont dépeint comme un diable, une bigote, un démon » a déclaré Davis à Life Site News. « Mais ils n'ont jamais pris la peine de me connaître ni de me questionner ».

Elle a donc coécrit le livre « Under God’s Authority » [ Sous l’autorité de Dieu ] avec le directeur des services créatifs de Liberty Counsel, John Aman, et le fondateur et président du groupe, Mat Staver.

Liberty Counsel représentait Davis dans le litige relatif à son refus de fournir des licences de mariage. Le groupe juridique vend le livre sur son site Web.

Davis a raconté son expérience sur un magnétophone pour préparer le livre, a-t-elle dit, et tout ce qu'il contient est son récit.

Raconter l'histoire peut encore l'amener aux larmes, mais il y a aussi quelques rires. À travers tout cela, Davis a dit qu'elle a grandi spirituellement.

« Je n'ai jamais pensé à l’avance ce que je faisais et pourquoi je le faisais » a-t-elle dit. « Dieu m'a placée ici et, pour moi, si je m’étais éloignée, cela aurait été un acte de pure désobéissance ».

Le titre « Sous l'autorité de Dieu » fait référence à un échange que Davis a eu dans son bureau avec un couple de même sexe qui tentait de la forcer à leur délivrer une licence de mariage. C'était peu de temps après que la décision Obergefell de la Cour Suprême ait imposé le « mariage » entre personnes de même sexe à travers les États-Unis.

Davis avait choisi d'arrêter de délivrer des licences de mariage portant son nom, plutôt que de participer à les fournir pour des partenaires homosexuels.

Quelques couples de même sexe étaient dans le bureau de la greffière du comté de Rowan à la recherche d'une licence de mariage peu après la décision d'Obergefell. Lorsqu'ils étaient informés que le bureau ne les délivrait pas, l'un des hommes a demandé à Davis « sous l'autorité de qui » son bureau refusait de délivrer les permis.

Davis a répondu « sous l'autorité de Dieu » ce à quoi l'homme a répondu : « Je ne crois pas en votre Dieu ».

Le partenaire masculin de l'homme a filmé l'échange, qui est rapidement devenu viral sur Internet.

Davis n'était pas la seule employée du comté du Kentucky à refuser de délivrer des licences de mariage, et les comtés adjacents aux siens les approvisionnaient. Les couples de même sexe auraient facilement pu obtenir des permis de « mariage » ailleurs, mais ils ont quand même intenté une poursuite contre Davis.

Davis, son bureau, et sa famille sont devenus l'objet d’un vitriol extrême, y compris des menaces de mort. Les choses sont vite devenues dures et sont restées ainsi longtemps, a-t-elle dit.

« Ceux qui crient à l'inclusion et à la tolérance sont les moins tolérants »

« Ce que j'ai appris, c'est que ceux qui crient le plus fort pour l'inclusion et la tolérance sont les moins tolérants » a-t-elle dit. « C'est devenu personnel pour chaque personne qui n'était pas d'accord avec moi ».

Davis réitère ce qu'elle a dit depuis le début au sujet de sa position.

« Pour moi, il ne s'agissait jamais d'être contre quelqu'un » a-t-elle déclaré à Life Site News. « Il s'agissait de défendre la Parole de Dieu ».

Émettre les licences à son nom s'apparenterait à accepter et à participer au péché, a déclaré Davis, « et je ne pouvais pas faire cela ».

« Je n'ai aucune animosité envers qui que ce soit » a-t-elle souligné. « Il n'y a pas de haine en moi du tout ».

Un autre aspect perdu dans la tempête médiatique était le fait que Davis n'a jamais répondu de la même manière à ceux qui l'ont attaquée ou ridiculisée en personne, ou avec des courriels et des appels téléphoniques désagréables — pas même la personne qui a envoyé ses excréments par la poste.

« Le seul mot négatif que j'ai dit tout au long de tout cela était le mot « non », a-t-elle dit.

La controverse du Pape François

Le tumulte médiatique s'est encore intensifié après que Davis et son mari eurent rencontré le Pape François lors de son voyage aux États-Unis en septembre 2015. La rencontre a eu lieu à l'invitation de la Nonciature Apostolique Américaine.

Le Pape a remercié Davis pour son courage lors de la rencontre et lui a demandé de prier pour lui.

François a dit à Davis de « rester forte » et a donné aux Davis deux chapelets qu'il avait personnellement bénis.

Le Bureau de Presse du Saint-Siège et d'autres porte-paroles du Pape ont par la suite tenté de minimiser la rencontre avec le Pape François et de dire que cela ne devait pas être considéré comme une forme de soutien à la position de Davis contre le mariage homosexuel.

« Ils ne voulaient pas que personne soit de mon côté » a-t-elle dit. « Ils voulaient que je reste complètement seule ».

« Je suis confiante que le Pape a voulu dire ce qu'il a dit » a déclaré Davis à Life Site News, « et il n'y a aucun doute sur ce qu'il a dit ».

L'homme qui a essayé de forcer Davis à lui donner une licence de « mariage » gay essaie de la renverser

David Ermold, qui a tenté sans succès d'obtenir une licence de mariage de même sexe de Davis, la défie maintenant pour son siège de greffier de comté. Il est l'homme qui a remis en question sous quelle l'autorité Davis avait cessé de délivrer des licences.

Actuellement, quatre candidats sont sur le bulletin de vote pour la primaire du 22 mai. Le gagnant fera face à Davis lors des élections générales de novembre.

La loi du Kentucky a été modifiée en 2016 pour supprimer les noms des greffiers du comté, l'identification personnelle et l'autorisation des licences de mariage de l'État. C'était l’accommodement religieux que Davis avait recherché tout le long.

« Je me tiens devant un juge »

Souffrant le ridicule pour sa position, Davis est consciente d'une chose.

« Je me tiens devant un juge » a-t-elle dit.

« Dieu est notre part » a ajouté Davis. « Pour moi, Il est Tout. Tout ce que nous avons à endurer sur la terre pâlit en comparaison de ce qu'Il a fait pour nous ».