jeudi 15 mars 2018

Une autre fausse information ( Fake News ) du Vatican,
« le Pape dans le grenier » , et la fin du courant néo-Catholique


Le Vatican qui tronque une photo cruciale d'une « lettre de Benoît » louant François. Un jour comme un autre pour la machine de propagande Bergoglienne.




Pendant ce temps, Mgr Dario Vigano,
Préfet au Secrétariat des Communications du Vatican
lance le Tee Shirt du Super Pape
.

par Christopher A. Ferrara
SOURCE : The Remnant
Le 14 mars 2018


Cinq ans après que Benoît XVI ait fui la Chaire de Pierre, permettant au « Pape Dictateur » de l'occuper — accomplissant ainsi l'objectif temporairement contrecarré de la « Mafia » de Saint-Gall — Benoît déclare maintenant dans une prétendue lettre de lui qu'il y a continuité interne « entre son pontificat et la dictature Bergoglienne. Adressée à Mgr Dario Vigano, Préfet du Secrétariat aux Communications, la lettre a toutes les caractéristiques d'un stratagème de relations publiques pour rétablir la confiance dans une Papauté et que même les commentateurs du courant dominant néo-Catholique sont finalement obligés de reconnaître comme « désastreuse ».

Fait révélateur, la lettre prétendue est adressée au Chef du Département des Relations Publiques du Vatican en réponse à une lettre de Vigano, qui a dû solliciter une réponse de Benoît. La lettre fait l'éloge d'une série de onze livrets de différents auteurs sur « La théologie du Pape François », qu'il ne faut pas confondre avec la théologie du Magistère.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Dans la partie de la lettre rendue publique par le Bureau de presse du Vatican, nous lisons ce qui suit :

« J'applaudis cette initiative qui cherche à s'opposer et à réagir aux sots préjugés selon lesquels le Pape François ne serait qu'un homme pratique dépourvu de formation théologique ou philosophique particulière, alors que je n'aurais été qu'un théoricien de la théologie qui comprenait peu la vie concrète d'un Chrétien d’aujourd'hui ».

« Les petits volumes montrent à juste titre que le Pape François est un homme de formation philosophique et théologique profonde et ils aident donc à voir la continuité interne entre les deux pontificats, même avec toutes les différences de style et de tempérament ».

Considérons, tout d'abord, l'absurdité — l'une des absurdités innombrables de l'époque post-conciliaire — d'un Pape « retraité » commentant le « style et le tempérament » de son Successeur, comme pour rassurer les actionnaires d'une société publique que le nouveau PDG, malgré son comportement perturbateur, maintiendra la politique de l'entreprise et la valeur des actions de la société. Est ce que ça a du sens ?

Cela mis à part, comment le « Pape Émérite », âgé de 90 ans, a-t-il trouvé le temps et l'énergie de lire onze volumes, même « petits », sur « la théologie du Pape François » ? En fait, Benoît ne les a pas lues. Dans le texte intégral divulgué de la lettre, que le blog de Sandro Magister nous a fait la faveur de publier en italien original, nous trouvons l'aveu suivant, caché par le Vatican :

« Cependant, je ne pense pas que je puisse écrire un passage théologique bref et dense sur eux [ les onze livres ] parce que, tout au long de ma vie, il a toujours été clair que je devais écrire et m’exprimer seulement sur des livres que j'avais vraiment lus. Malheureusement, si seulement pour des raisons physiques, je suis incapable de lire les onze volumes dans un proche avenir, en particulier d'autres engagements m'attendent pour lesquels je me suis déjà engagé ».

[Tuttavia non-sento di scrivere su di essi una breve e densa pagina teologica perché in tutta la mia vita è sempre stato chiaro che avrei scritto e mi sarei espresso soltanto su libri chevevo avevo anche veramente letto. Purtroppo, anche solo pour ragioni fisiche, non sono dans le grado di leggere gli undici volumetti nel prossimo futuro, tanto pi mi attendono altri impegni che ho già assunti.]

L'observation de Benoît est assez amusante selon laquelle il ne sera pas capable de lire les onze volumes dans « l'avenir proche », non seulement parce qu'il est physiquement faible, mais aussi à cause d'« autres engagements » prioritaires. Évidemment, l'emploi du temps du « Pape Émérite », qui se déclarait trop faible pour être un Pape, reste si occupé qu'il ne peut consacrer son attention aux vues théologiques de celui qui lui a succédé sur la Chaire de Pierre — le même Successeur pour qui il n'a que des louanges. Il trouva cependant le temps et l'énergie nécessaires pour assister à sa propre fête d'anniversaire, au cours de laquelle il but à grandes gorgées une « eine kräftige Tasse Bier » au milieu d'un assaut apocalyptique du Vatican sur la Foi et la morale dont il semblait parfaitement ignorer lors de cet après-midi Romaine dans les jardins du Vatican :

Antonio Socci demande : « Pourquoi le Vatican n'a-t-il pas rendu publique toute la lettre ? » Répondant à sa propre question, il écrit ( avec une dérision appropriée ) :

« Maintenant, tout est clair. Le grand Sandro Magister... a publié dans son intégralité la lettre du Pape Benoît que le Vatican n'a pas distribuée lundi à la presse et nous découvrons ainsi que, dans la seconde partie — avec un sarcasme subtil — Benoît dit comment interpréter le « tribut » qu’il a dû payer dans la première partie ».

« En substance, le Pape Émérite explique qu'il n'a pas eu le temps d'écrire un commentaire sur la « formidable » pensée théologique de Bergoglio ( comme il lui avait été demandé ), et même pas le temps de lire « les onze petits volumes » par divers auteurs, qui déploient toute la sagesse Bergoglienne. Ils auraient été utiles pour illustrer la pensée du Pape Argentin, mais lui, Benoît, fait savoir qu'il ne les a pas lus et n'a même pas l'intention de les lire parce qu'il a d'autres choses à faire. Est-ce que vous pigez ? Quelques mots au sage ( ça me semble une moquerie élégante et sublime ) [ traduction Ferrara ]

Avec ses combines habituelles, dont beaucoup ont été déployées pour obscurcir le Troisième Secret , le Vatican a publié seulement une photo de la lettre , dont la deuxième page, contenant l'admission accablante, est cachée sous une pile des mêmes onze volumes que Benoît n'a pas lus :

Photo distribuée à la presse par le Bureau de Presse du Vatican

Pire, comme le rapporte Nicole Winfield de l'Agence Associated Press, le Vatican a été surpris en train de modifier numériquement les deux dernières lignes de la première page de la lettre, qui commence le paragraphe dans lequel Benoît révèle qu'il n'a jamais lu les volumes que sa prétendue lettre approuve :

« Le Vatican a admis mercredi à l'Associated Press que les deux dernières lignes de la première page étaient brouillées et que Benoît commençait à expliquer qu'il n'avait pas réellement lu les livres en question. Il a écrit qu'il ne peut pas contribuer à une évaluation théologique de François comme demandé par Vigano parce qu'il a d'autres projets à faire ».

« Un porte-parole du Vatican, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, n'a pas expliqué pourquoi le Saint-Siège a brouillé les lignes autrement que pour dire qu'il n'avait jamais eu l'intention de publier la lettre au complet. En fait, toute la deuxième page de la lettre est couverte sur la photo par une pile de livres, avec la signature minuscule de Benoît, pour prouver son authenticité ».

Winfield souligne que « La plupart des médias d'information indépendants, y compris The Associated Press, suivent des normes strictes qui interdisent la manipulation numérique des photos. « Aucun élément ne doit être ajouté ou retranché numériquement d'une photographie », selon les normes de l’Associated Press, considérées comme la norme de l'industrie par les agences de presse ». Avec une ironie exquise, elle conclut : « Vigano dirige le nouveau Secrétariat aux Communications du Vatican, qui réunit tous les médias du Vatican dans une tentative de réduire les coûts et d'améliorer l'efficacité, dans le cadre des efforts de réforme de François. Le récent message du Bureau de Presse pour la Journée mondiale des Communications Sociales de l'Église a dénoncé les « fausses nouvelles » [ Fake News ] comme étant diaboliques et a exhorté les médias à rechercher la vérité ».

Vigano « n'a jamais eu l'intention de publier la lettre complète » parce que — est-ce que quelqu'un est vraiment surpris ? — ce que la lettre et les onze volumes hâtivement produits semblent faussement endosser font partie d'une opération élaborée de fausses nouvelles conçues pour favoriser le récit fictif que la théologie de Bergoglio est complètement orthodoxe. Nous sommes censés le croire en dépit d'un torrent infini d'énoncés désordonnés, offensants, insultants, scandaleux, hérétiques ou presque hérétiques et d'interprétations outrageusement tordues de l'Écriture, compilées ici par un groupe de prêtres diocésains qui, pour éviter le long bras Bergoglien de miséricorde, doit rester anonyme.

L'évident dédain de Benoît à propos de « la théologie du Pape François » se prête bien à la lecture de la lettre dans son ensemble : « Je dis ce que je suis censé dire, mais je veux que vous sachiez que je ne peux pas le garantir ». Et, pourtant, Benoît était toujours prêt à souscrire à l'affirmation selon laquelle les onze volumes qu'il n'avait pas lus « montrent à juste titre que le Pape François est un homme de formation philosophique et théologique profonde », fournissant ainsi à la machine de relations publiques du Vatican un argumentaire commode pour une oeuvre dont il ne sait pratiquement rien. Cela témoigne soit d'une influence indue sur lui ou de son propre manque de franchise. Lequel des deux, je ne peux pas le dire avec certitude.

Socci note, à titre de comparaison, la préface élogieuse que Benoît XVI a rédigée pour le livre « La force du silence : contre la dictature du bruit » du Cardinal Robert Sarah — un livre que Benoît XVI a lu. Dans cette préface, entièrement « composée de son écriture minuscule pendant la semaine de Pâques », nous lisons ce qui suit :

« Alors que je lisais le nouveau livre de Robert Cardinal Sarah, toutes ces pensées ont de nouveau traversé mon âme. Sarah nous enseigne le silence : être silencieux avec Jésus, véritable immobilité intérieure, et, juste de cette manière, ça nous aide à saisir de nouveau la Parole du Seigneur... »

« De ce point de vue, il [Sarah] peut alors voir les dangers qui menacent continuellement la vie spirituelle, des prêtres et des Évêques, et ainsi mettre en danger l'Église elle-même, dans laquelle il n'est pas rare que la Parole soit remplacée par une verbosité qui dilue la grandeur de la Parole.... Le Cardinal Sarah est un enseignant spirituel, qui parle au fond du silence avec le Seigneur, de son union intérieure avec Lui, et a donc vraiment quelque chose à dire à chacun de nous.... Avec le Cardinal Sarah, maître du silence et de la prière intérieure, la liturgie est entre de bonnes mains ».

Benoît XVI a fourni cette préface, même si il ne peut pas avoir manqué de remarquer que le livre du Cardinal Sarah lance une attaque cinglante voilée mais dévastatrice contre tout le régime Bergoglien, avec Amoris Laetita en plein coeur comme indiqué par les citations suivantes ( colligées par le Site Life Site News ) :

« Je dénoncerai inlassablement ceux qui sont infidèles à la promesse de leur ordination. Pour se faire connaître ou imposer leur vues personnelles, à la fois sur le plan théologique et au niveau pastoral , ils parlent encore et encore. Ces clercs répètent les mêmes choses banales. Je ne pouvais pas affirmer que Dieu habitait en eux. »

« Mais ils parlent, et les médias aiment les écouter [ pour révéler ] leurs inepties, surtout s'ils se sont déclarés en faveur des nouvelles idéologies post-humanistes, dans le domaine de la sexualité, de la famille et du mariage. »

«Ces clercs considèrent la pensée de Dieu sur la vie conjugale comme un « idéal Évangélique » . Le mariage n'est plus une exigence voulue par Dieu, modelée et manifestée dans le lien nuptial entre le Christ et l'Église. Certains théologiens dans leur présomption et leur arrogance vont jusqu'à affirmer des opinions personnelles qui sont difficiles à concilier avec la Révélation, la Tradition, le Magistère séculaire de l'Église et l'enseignement du Christ ».

« Les Évêques qui dispersent les brebis que Jésus leur a confiées seront jugés sans pitié et sévèrement par Dieu ».

Et pourtant, depuis deux millénaires, quel étonnant paradoxe de voir tant de théologiens bavards, tant de Papes bruyants, tant de Successeurs des Apôtres qui sont prétentieux et entichés de leurs propres arguments ».

« Au cours des Conclaves, l'Esprit indique le choix de Dieu aux Cardinaux ; ces derniers doivent se soumettre à Sa Volonté et non à des stratégies politiques humaines. Si nous contrecarrons le Saint-Esprit par de misérables calculs humains insignifiants, des réunions secrètes et des consultations médiatiques , nous courons tête baissée dans la tragédie et nous sommes des fossoyeurs de la nature divine de l'Église ».

« Certains idéologues prétentieux et cyniques menacent la vérité de Jésus. La Confusion, le relativisme et le chaos s’enlignent vers être une perspective fatale ».

« L'impression est donnée que le péché n'existe plus ; l'adultère, le divorce, la cohabitation ne sont plus à considérer comme des péchés graves. Ce sont des échecs ou des étapes le long du chemin vers un lointain idéal.

L'Église traverse aujourd'hui des épreuves extérieures et intérieures sans précédent. Quelque chose comme un tremblement de terre cherche à démolir ses fondements doctrinaux et ses enseignements moraux séculaires ».

Il est nécessaire de raviver l'adhésion inébranlable à la Foi Catholique, il est nécessaire de proclamer la cohérence de l'Église au cœur d'un monde qui est en bouleversement complet et menacé d'effondrement ».

La préface de Benoît XVI déclare : « Nous devrions être reconnaissants au Pape François d'avoir nommé un tel enseignant spirituel en tant que chef de la Congrégation responsable de la Célébration de la Liturgie dans l'Église.... Avec le Cardinal Sarah, maître du silence et de la prière intérieure, la liturgie est entre de bonnes mains ». Mais Magister observe avec un mordant : « Ce n'est pas un mystère, cependant, que Jorge Mario Bergoglio ait confiné le Cardinal Sarah à ce poste pour le neutraliser, certainement pas pour le promouvoir. En fait, il l'a privé de toute autorité effective, l'a entouré d'hommes qui travaillent contre lui, et l’a même désavoué en public sur ses propositions pour une « réforme de la réforme » dans le domaine liturgique ».

Ensuite il y a Déclaration de Benoît pour les funérailles du Cardinal Meisner, l'un des Quatre « Cardinaux des dubia » auxquels Bergoglio a refusé de répondre et dans laquelle Benoît XVI rend hommage au Cardinal décédé pour sa « profonde conviction que le Seigneur n'abandonne pas son Église, même si le bateau a pris tant d'eau au point de chavirer ».

Le fait reste cependant que Benoît XVI a prêté son nom et sa signature à l’affirmation frauduleuse que Bergoglio présente une profonde formation philosophique et théologique, même s’il a passé les cinq dernières années engagé dans la moquerie superficielle des « théologiens » , qu'il les aurait expédiés sur une île déserte , tout en déformant honteusement l'enseignement de Saint Thomas pour favoriser sa campagne pour admettre les adultères publics à la Sainte Communion. Ce que Bergoglio montre plutôt, c'est une démagogie grossière à l'aide de ce que même Philip Lawler est contraint d'appeler « un effort délibéré pour changer ce que l'Église enseigne ». Cet effort qui inclut une jérémiade sans arrêt contre les défenseurs de l'orthodoxie Catholique par un Pape que le best-seller de Lawler décrit comme un « Berger Perdu » qui « égare son troupeau ».

En dépit de son indication contraire, la lettre de Benoît à Vigano doit donc être considérée comme une coopération visant à sauver d'elle-même la Papauté implacable de Bergoglio, quelle que soit l'intention subjective de Benoît en coopérant avec la ruse. L'affirmation de la lettre d'une « continuité interne » entre son pontificat et celui de Bergoglio est une évasion transparente de la vérité. La « continuité interne » n'est qu'une autre façon de dire « manque apparent de continuité ». Le manque apparent de continuité ne peut être réduit aux « différences de style et de tempérament ». Il n'existe même pas de continuité discutable entre les deux Papes concernant le thème dominant du Pontificat de Bergoglio : une attaque absolument inégalée contre le Sixième Commandement et même la loi naturelle, bien plus dramatique que Bergoglio qui ne fait que cheminer sur la voie de « l'œcuménisme », du « dialogue » et du « renouveau liturgique » établi au Concile Vatican II. Bergoglio a sauté par-dessus la ligne double dans une voie express en direction de la catastrophe finale, laissant même les Papes Conciliaires dans le rétroviseur.

Certes, Benoît sait que le livre du Cardinal Sarah, tout en évitant de nommer Bergoglio, reflète la réalité que son Pontificat est une longue campagne pour renverser l'enseignement de Benoît XVI, de Jean-Paul II et de toute la Tradition sur l'inadmissibilité absolue des comportements intrinsèquement mauvais. Y compris l'adultère et la contraception, et donc l'admission « intrinsèquement impossible » des adultères publics à la Sainte Communion en raison de leur « adultère permanent et public » — une norme à laquelle « la conscience de l'individu est liée sans exception » parce qu'elle est « une norme de la Loi Divine » que l'Église « n'a pas de pouvoir discrétionnaire » de modifier.

Benoît devrait savoir en particulier que le chapitre 8 d’Amoris Laetitia réduit le Sixième Commandement, un précepte sans exception de la Loi Divine et naturelle, à une simple « règle » et à un « idéal » qui ne lie pas strictement dans certaines « circonstances complexes », faisant ainsi entrer clandestinement dans la vie de l'Église, sous l'apparence du « Magistère Authentique », précisément le mal de l'éthique de situation que Jean-Paul II condamne comme suit dans Veritatis splendor :

« Les préceptes négatifs de la loi naturelle sont universellement valables : ils obligent tous et chacun, toujours et en toute circonstance. En effet, ils interdisent une action déterminée semper et pro semper, sans exception, parce que le choix d'un tel comportement n'est en aucun cas compatible avec la bonté de la volonté de la personne qui agit, avec sa vocation à la vie avec Dieu et à la communion avec le prochain. Il est défendu à tous et toujours de transgresser des préceptes... » »

« L'Église a toujours enseigné que l'on ne doit jamais choisir des comportements prohibés par les commandements moraux, exprimés sous forme négative par l'Ancien et le Nouveau Testament. Comme on l'a vu, Jésus lui-même redit qu'on ne peut déroger à ces interdictions : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. « Tu ne tueras pas, tu ne commettras pas d'adultère, tu ne voleras pas, tu ne porteras pas de faux témoignage » » (Mt 19, 17-18) »

François, en somme, est le seul et vraiment le seul Pape en 2000 ans qui a osé tenter de contredire tout enseignement antérieur du Magistère sur une question de moralité de base qui lie tous les hommes sans exception, et ensuite qualifier cet outrage de « Magistère Authentique ». La seule façon pour Benoît de ne pas être conscient de cette catastrophe est de savoir s'il a perdu la capacité de raisonner depuis son abdication, ou s'il a été empêché de voir ou même d'entendre parler des textes pertinents Bergogliens et des énoncés oraux de celui-ci.

Ce dernier scénario est certainement quelque peu plausible, étant donné que Benoît réside dans un monastère, n'a pas quitté l'enclave du Vatican depuis son abdication et un bref séjour à Castel Gandolfo, et n'est même pas autorisé à participer à des événements publics à moins d’être invité à ce faire par Bergoglio. L’Atlantic Monthly décrit bien cet arrangement de vie comme « le Pape dans le grenier » qui est « un autoclaustrato, un contemplatif auto-cloîtré dans un Ordre composé d’un seul membre » et qui est confiné à une « cellule de sa propre fabrication, engagé à ne pas voyager et à ne pas parler contre son Successeur ». Je doute que Benoît surfe sur le Web pour avoir un aperçu de l'opposition mondiale croissante à la folie dictatoriale de son Successeur. En ce qui concerne les publications imprimées de Benoît, nous pouvons être sûrs qu'il n’offre aucun élément critique de Bergoglio.

D'un autre côté, si Benoît est conscient de la débâcle Bergoglienne, alors la conclusion selon laquelle il l'aide et l'encourage sciemment est inévitable. Dans ce cas, la lettre à Vigano serait un autre exemple de la façon dont les Papes conciliaires ont présidé une époque de tromperie orchestrée par le Vatican depuis plus de cinquante ans. Le demi-siècle de mensonges émanant d'un Saint-Siège manifestement peu saint commença par le Grand Mensonge selon lequel Paul VI avait juridiquement interdit la célébration du Rite immémorial de la Messe reçu et approuvé de l'Église, malgré l'absence de toute déclaration définitive du Pape à cet effet.

Cette fraude à l'Église fut finalement exposée par Benoît lui-même dans Summorum Pontificum. Pourtant, même Summorum a maintenu la fraude à un certain niveau au moyen d’une rhétorique fuyante qui a permis la révolution post-conciliaire depuis sa création. Citation de Benoît :

« La dernière version de Missale Romanum avant le Concile, qui a été publiée avec l'autorité du Pape Jean XXIII en 1962 et utilisée au cours du Concile, sera désormais en mesure d'être utilisée comme Forma extraordinaria de la célébration liturgique. Il n'est pas approprié de parler de ces deux versions du Missel Romain comme si elles étaient « deux Rites ». Au contraire, il s'agit d'un double usage d'un même rite... »

« Déjà à partir de ces présupposés concrets, on voit clairement que le Nouveau Missel restera certainement la forme ordinaire du Rite Romain, non seulement à cause des normes juridiques, mais aussi à cause de la situation actuelle des communautés de fidèles ».

Ainsi, selon Summorum, la Messe de tous les Âges est maintenant « extraordinaire » tandis que la nouvelle messe, la nouveauté la plus extraordinaire et la plus destructrice jamais vue par l'Église, est la forme « ordinaire » du culte Catholique. Le Ministère de la Vérité dans l'Océanie de George Orwell [ roman 1984 ] n'a rien sur l'appareil post-conciliaire du Vatican et les Papes qui l'ont dirigé, Benoît inclus. Nous ne pouvons pas non plus ignorer que l'auteur même de Summorum a manifestement refusé de célébrer en public la Messe Traditionnelle que la révolution post-conciliaire avait renversée.

Ici, et dans tant d'autres lieux tout au long de la longue carrière ecclésiastique de Joseph Ratzinger, nous voyons un libéral théologien manifestement écartelé, un Moderniste « modéré » qui a joué un rôle dans la désastreuse sortie du Concile de son schéma traditionnel. Pourtant il eut plus tard l'honnêteté intellectuelle d'admettre l'échec de l'aggiornamento post-conciliaire, surtout en ce qui concerne la nouvelle liturgie, tout en invoquant l'espoir utopique d’une réalisation future du « vrai Concile » par une « herméneutique de la continuité » qu'il n'a jamais pu expliquer et qui n'aurait jamais dû être nécessaire en premier lieu. Et, contrairement à son Successeur, en tant que Pape, il avait assez de respect pour l’Office Pétrinien pour déclarer au début de son pontificat que « Le Pape n'est pas un monarque absolu dont les pensées et les désirs sont la loi... Il ne doit pas proclamer ses propres idées, mais plutôt se lier constamment lui-même et l'Église à l'obéissance à la Parole de Dieu, face à toute tentative de l'adapter ou de l'édulcorer, et toute forme d'opportunisme ». En toute justice, nous pouvons dire qu'il a tenu sa parole à cet égard, au moins matériellement.

Mais qui peut fournir un diagnostic définitif de l'esprit de Ratzinger, de ses intentions subjectives pour l'Église pendant une soixantaine d'années, ou les raisons de son abdication mystérieuse ? Certainement pas cet écrivain. Cela est cependant clair : l'abdication du Pape Benoît et la montée du Bergoglianisme marquent la fin du courant néo-Catholique et de sa tentative ruineuse, trop souvent aidée par Ratzinger lui-même, pour réconcilier la Tradition avec l'esprit du temps. Comme je l'ai observé sur ces pages en 2002 :

« Le phénomène néo-Catholique dans l'Église est donc parallèle au mobilisme politique de la société laïque, dans lequel le terme « conservateur » ne signifie plus ce qu'il signifiait il y a quarante ans. Un Démocrate des années 1950 considérerait le Républicain « conservateur » d'aujourd'hui comme un sauvage libéral. De la même manière, les « Catholiques néo-conservateurs » d'aujourd'hui... sont Progressistes qui embrassent des nouveautés que Saint Pie X ne pouvait pas imaginer dans son pire cauchemar. Non seulement ils embrassent ces nouveautés, ils attaquent les Traditionalistes « paléo-conservateurs » comme des « schismatiques » pour avoir refusé de suivre leur exemple ».

Il y a seize ans, en commentant en particulier l'insuffisance de Dominus Iesus, chargé d'ambiguïtés du Cardinal Ratzinger, comme antidote « conservateur » à la montée de l'hérésie fatale de l'indifférentisme dans l'Église, mon co-auteur et moi avons écrit :

« Dominus Iesus n'a pas prouvé être la réponse à la crise post-Conciliaire. Aucun document du Vatican ne le fera. Nous sommes convaincus que la seule issue à la crise est la restauration complète de la Tradition ecclésiastique Catholique Romaine, de la théologie classique, de la prédication classique et de la philosophie scolastique. C'est-à-dire une restauration de l'Église à sa condition de base d’il y a seulement quarante ans. Nous sommes également convaincus qu'une telle restauration n'est pas un rêve nostalgique, mais une providence inévitable de la Providence de Dieu, car l'état abyssal actuel de la liturgie, de la prédication et de la discipline générale de l'Église ne peut servir de fondement à sa mission future. Tôt ou tard, Dieu interviendra si ceux qui gouvernent l'Église ne font pas ce qu'il faut faire pour La ramener à la santé.

La division sans précédent et intenable de l'Église en branches Traditionalistes, « conservatrices » et libérales, avec Bergoglio tentant maladroitement de scier les deux premières branches, marque un tournant historique où il semble que seule l'intervention Divine du genre le plus dramatique sera capable de restaurer l'Église sur le chemin de la Tradition dont son élément humain a si tragiquement dévié au Concile ».

Ce jour du Jugement Divin semble presque être sur nous. Mais chaque fois qu'il vient, et dans toutes les circonstances où il a lieu, notre Foi inébranlable dans l'indéfectibilité de l'Église nous permet en toute confiance de prédire une défaite finalement décisive de ce que le Pape Pie X, le saint ennemi du Modernisme sous toutes ses formes, a dénoncé comme « des attaques sans relâche de rêveurs insensés, de rebelles et de mécréants. OMNIA INSTAURARE IN CHRISTO ».