jeudi 29 mars 2018

Ils sont de retour !



Les manipulateurs du Synode Baldisseri et Schönborn
reviendront pour le prochain Synode Bidon

par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 28 mars 2018


Alors que nous apprenons la nouvelle peu surprenante que les manipulateurs du Synode Bidon III, sur la « Jeunesse, la Foi et le Discernement Vocationnel », ont censuré les messages des jeunes sur Facebook qui aspirent à la révérence dans la liturgie — opinion systématiquement exclue du document pré-synodal — nous apprenons aussi que la même distribution de personnages qui ont truqué les Synodes I et II sera aussi la même ici. Les contrôleurs comprendront les Cardinaux Lorenzo (« Le voleur de livre ») Baldisseri et Christoph (« la Messe avec des ballons ») Schönborn, que le Pape François a tenu pour l'interprète définitif de son désastreux Amoris Laetitia.

Baldisseri, comme il l'était aux Synodes Bidon I et II, sera le Secrétaire général du Synode Bidon III, ce qui signifie qu'il dirigera le spectacle avec François. Il pourrait même avoir à ordonner la confiscation de documents dangereusement orthodoxes comme il l'a fait lors du Synode Bidon II en octobre 2015.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Même le site First Things, décidément du courant dominant, en a eu assez de la charade synodale. Dans ce cas, comme il le discerne correctement, le Synode sur « la Jeunesse » sera vraiment un Synode sur ce qu'un groupe de vieillards intéressés par la subversion ecclésiale prétendra attribuer aux besoins urgents des jeunes — un point que j'ai fait en août de l'année dernière [ français ]. L'auteur de l’article [ anglais ] de First Things, l'éditeur Matthew Schmitz, analyse avec justesse le document pré-synodal manipulé ( dont je parle ici ) :



« Le document est censé avoir été écrit par de jeunes Catholiques pour le bénéfice des Évêques, mais il répète étrangement ce que certains Évêques ont dit depuis longtemps. Par exemple, les « jeunes » déclarent : « Parfois, dans l'Église, il est difficile de surmonter la logique de « cela a toujours été fait de cette façon ». Mais à l'ouverture de la rencontre, François avait dit la même chose : « Vous nous provoquez à nous libérer de la logique de ‘cela a toujours été fait de cette manière’ ». Ce n'est pas un dialogue ; c'est un écho ».

Un écho en effet. Un écho de ce que les contrôleurs Synodaux ont déjà déterminé quel sera le résultat. L'analyse dévastatrice de Schmitz du document pré-synodal révèle une autre fraude de l'Église en cours :

  • « Le Pape François a dit qu'il espérait que l'événement conduirait à « une Église avec un visage jeune ». Mais le résultat est une chirurgie plastique bâclée, un ensemble grotesque d'idées anciennes étirées et remodelées pour imiter la jeunesse ».

  • « Le document manifeste une aversion pour tout ce qui est sacré, saint et divin. Il déplore que « parfois, nous sentons que le sacré semble être quelque chose de séparé de notre vie quotidienne ». Mais c'est précisément le sens du mot « sacré », à savoir ‘ce qui est mis à part’ ».

  • « La sainteté est sournoisement dénigrée : ‘Malheureusement, nous ne croyons pas tous que la sainteté est quelque chose de réalisable et que c'est un chemin vers le bonheur’ disent les auteurs — et ils semblent s'inclure parmi les sceptiques ».

  • « Le sacerdoce et la vie religieuse sont également dégonflés. ‘Alors que ce sont des appels sacrés qui doivent être célébrés’, le document veut que nous réalisions l'importance des autres vocations, y compris le « ministère laïque », le mariage et la famille, et quelque chose appelé « rôle dans la société ».

  • « La morale Chrétienne est également mise en question. Le document demande à l'Église d'ouvrir une discussion sur l'homosexualité et le genre, ‘dont les jeunes discutent déjà librement sans tabou’ [ Comme si la Loi de Dieu était une sorte de superstition païenne ! ] »
    « Les auteurs notent que ‘les jeunes sont souvent en désaccord’ sur la contraception, l'avortement, l'homosexualité, la cohabitation, le mariage et le sacerdoce. En conséquence, ‘ils voudront peut-être que l'Église change son enseignement’ ».

  • « Le document manifeste même un préjugé étrange contre l'espace consacré du sanctuaire. Ses auteurs déclarent : ‘Avant tout, l'endroit où nous souhaitons être accueillis par l'Église est la rue’… À certains endroits, l'attitude du document envers le sol sacré semble presque hostile (‘les gens sont l'Église, pas les bâtiments’) — comme ces pauvres personnages possédés par les démons qui ne peuvent pas passer à travers les portes de l'église ».

La conclusion de Schmitz ne ménage aucun coup de poing :

« Tout cela équivaut à une sorte d'Arianisme fonctionnel, un accent sur la dimension humaine de l'Église au détriment du divin .... Ce document ne parle pas au nom des jeunes Catholiques. Il ne représente ni la Foi Catholique ni les jeunes qui la professent. Il évoque et condamne une Église trop institutionnelle, trop hiérarchisée, trop centrée sur le sacré au détriment du monde. Cette image de l'Église est une survivance des années 1950 lorsque les hommes qui dirigent maintenant l'Église étaient de jeunes rebelles. Ce document est une contrefaçon évidente, l'idée d'un vieil homme de ce que les jeunes doivent vouloir ».

Ce qu'ils veulent vraiment, et ce que les contrôleurs Synodaux travailleront à cacher et à réprimer à chaque retour, c'est la Foi Catholique authentique et la liturgie Traditionnelle avec son orientation verticale vers le Christ et Son Sacrifice d'une valeur infinie, pas les gens dans leurs affaires de bavardage. Bref, une Église qui est effectivement dans le monde mais pas de celui-ci.

Emblématique de cette nostalgie juvénile pour la Tradition, Schmitz note, est une photo promotionnelle pour le prochain Synode qui présentait un jeune prêtre dans une soutane. Nous ne pouvons pas avoir ça ! Ainsi, trois des diocèses utilisant cette photo l'ont trafiquée pour cacher « ses boutons de soutane, représentant les années de la vie de Christ, qui ont été brouillés avec photoshop » alors que la moitié inférieure de la soutane est numériquement remplacée par ce qui semble être une image de jeans bleus. Avec un peu de manipulation, les autorités ont produit une image de la jeunesse acceptable pour les personnes âgées ». Truquer les photos, comme nous venons de le voir avec Lettergate, fait partie de la boîte à outils des vieux révolutionnaires qui se foutent de ce que les jeunes veulent vraiment à moins que les jeunes en question, comme eux, manquent de respect pour l'enseignement de l'Église partout où ça ne rencontre pas leur approbation, principalement dans le domaine du Sixième Commandement.

Ainsi, nous savons déjà à quoi nous attendre du Synode sur « la Jeunesse, la Foi et le Discernement Vocationnel ». Le résultat Orwellien sera la pensée de vieillards qui parviendront à saper la Foi, tout comme ils l'ont fait lors des deux premiers Synodes tandis qu’ils continueront l'auto-démolition ecclésiale qui a asséché les vocations partout sauf dans les quelques Ordres et Sociétés Traditionnelles restantes qu'ils n'ont pas réussi à détruire. Ce sera le Synode des Vieux, des Sans Foi et du Découragement Vocationnel.

Que le bon Dieu délivre bientôt l'Église des griffes de ces vieillards dont les grimaces sournoises cachent les intentions des « faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans ce sont des loups féroces ». (Matthieu 7, 15)