mardi 20 mars 2018

Ed Peters, Docteur en Droit Canon

Les Catholiques divorcés et remariés qui enseignent la religion,
c’est en violation de la Loi de l'Église




Par : Matthew Cullinan Hoffman
Vendredi 16 mars , 2018 - 2:54 pm EST

SOURCE : Life Site News





16 mars 2018 ( Life Site News ) — Une nouvelle politique d'un proche conseiller du Pape François qui offre des postes d'enseignement Catholique à ceux qui vivent dans des « mariages » invalides et adultères est contraire au Code de Droit Canonique de l'Église, dit Edward Peters, un éminent avocat en Droit Canon autorisé par le plus haut tribunal de l'Église.

« Il est absurde de soutenir, comme semble le faire un Évêque diocésain influent à quelques pas de Place Saint-Pierre, que les Catholiques divorcés et remariés, bien qu'inadmissibles à la Sainte Communion, puissent néanmoins « se distinguer par leur témoignage d'une vie Chrétienne » ( Droit Canon #804 ) de telle sorte qu'ils pourraient être des « personnes idéales pour l'enseignement de la religion Catholique » écrit Peters dans une récente publication sur son blog : « In the Light of the Law » [ À la lumière de la loi ].

Peters renvoie à un article de Life Site News du 13 mars sur Marcello Semeraro, Évêque du Diocèse Italien d'Albano, qui a manifesté son désir de donner des postes d'enseignants Catholiques dans certains cas à ceux qui vivent dans des seconds mariages invalides. Semerano, qui est un proche conseiller du Pape François, a également dit qu'il veut rendre de tels couples adultères éligibles à être des lecteurs à la Messe.

« La contradiction inévitable entre les attentes canoniques dans de tels cas et le statut public de certaines personnes pourrait expliquer, quoique ironiquement, pourquoi beaucoup travaillent si fiévreusement pour miner le sens ordinaire du Canon 915 et maintenant, je suppose, le Canon 804 » ajoute Peters.

Le Canon 915 du Code Canonique de l'Église Catholique interdit aux prêtres de donner la Communion à ceux qui persistent avec obstination dans un péché grave et manifeste, et le canon 804 exige que les enseignants de la religion Catholique « se distinguent par la rectitude de la doctrine, le témoignage d'une vie Chrétienne et leur compétence pédagogique ».

Peters note que la discipline ecclésiastique de l'Église a été construite « canon par canon » au cours de nombreux siècles, mais « récemment, cette approche, « canon par canon », semble être un bon moyen de démanteler l'ordre de l'Église.

Comme Peters l'a mentionné dans de précédents articles sur son blog, de nombreuses interprétations de l'Exhortation Apostolique Amoris Laetitia du Pape François, qui la lisent comme autorisant les adultères habituels à recevoir la Sainte Communion, vont directement à l'encontre du Code Canonique, en particulier le Canon 915. . Maintenant, d'autres Canons sont « assaillis » ainsi que leurs « valeurs ecclésiastiques » écrit Peters.

« Il n'est pas interdit aux Catholiques divorcés et remariés de se joindre à de nombreuses activités paroissiales » note M. Peters, donnant des exemples tels que les « groupes de prière, les organisations de service et les activités de camaraderie", écrit M. Peters. Cependant, « certains rôles, en particulier les rôles de direction institutionnelle et liturgique, sont, je le suggère, interdits à certains membres des fidèles sur la base de leurs actions publiques ».

Peters est professeur de droit Canon au Grand Séminaire du Sacré-Cœur de Détroit et conseiller auprès du Tribunal Suprême de la Signature Apostolique du Vatican. Ses articles sur les questions liées à la Loi de l'Église Catholique sont largement cités dans les médias.