lundi 5 mars 2018

« Non... Vous n'êtes pas fous... »
Une intervention est nécessaire

dixit Phil F. Lawler


par : Lisa Bourne
SOURCE : Life Site News
Vendredi 2 mars, 2018 - 7:48 pm EST





WASHINGTON, D.C., 2 mars 2018 (Life Site News) — Le Pape François a délibérément créé de la confusion pour permettre à l'enseignement Catholique d'être contourné, a dit un commentateur Catholique de longue date, et le cercle restreint de François contient des gens plus radicaux que lui.

En outre, cinq ans après le Pontificat de François, le mandat donné au Pape pour réformer la Curie et les finances du Vatican n'a pas été satisfait, a déclaré Philip Lawler, rédacteur en chef de Catholic World News, parce que ce mandat n'est pas une priorité à l’agenda de François.

Une intervention est nécessaire compte tenu de la direction vers laquelle François oriente l'Église, a déclaré Lawler lors d’une discussion à l’émission World Over d’EWTN centrée sur certains des aspects confus et controversés du Pontificat de François. ( L’entretien avec Lawler commence à 23 :05 dans la vidéo ci-dessous )


Durée totale de l'émission : 55 min 08 sec
Interview avec Phil F. Lawler commence à 23 min 05 sec
Vidéo en anglais

L'animateur de EWTN et rédacteur en chef, Raymond Arroyo, a accueilli Lawler jeudi, le 1er mars 2018, pour une discussion sur le livre de Lawler « Lost Shepherd: How Pope Francis is Misleading His Flock » [ Le Berger perdu : comment le Pape François égare son troupeau ] (2018) Regnery.

« Le Pape François a créé assez de confusion pour qu'il y ait une énorme marge de manœuvre pour les gens qui veulent d'une manière ou d'une autre se mettre à la dérive autour des enseignements moraux de l'Église » a déclaré Lawler à Arroyo au début de leur conversation. Arroyo a affirmé que cela a été fait à travers les idées bien connues de l'accompagnement et de la miséricorde du Pontificat de François.

Sorti le 26 février, Arroyo a souligné que le livre a valu des critiques pour Lawler. D'autres ont noté avant la publication de son livre que la raison de Lawler, qui n’est pas du tout connu en tant qu'observateur Catholique explosif, a été qu’il s’est senti obligé d'écrire en critique du Pape.

Lawler a clarifié pour Arroyo qu'il ne voulait pas écrire le livre comme une critique de François lorsqu'on lui a demandé ce qui l'avait poussé à le faire. C’est venu après un essai qu’il a écrit il y a un an pour CatholicCulture.com quand il a atteint un point d'ébullition de frustration avec la confusion qui était installée.

Une résonance significative avec la frustration

Intitulé « This Disastrous Papacy » [ Cette Papauté désastreuse ], Lawler a raconté que cette publication d’il y a un an a suscité plus de réactions que tout ce qu'il a écrit pendant ses 30 années de journalisme. En travaillant sur son livre, Lawler a dit qu'il a trouvé des gens qui avaient besoin d’être rassurés au milieu de la direction préoccupante de la Papauté, tout en étant assaillis par la question de savoir s'ils étaient seuls à ressentir cela.

« Et j'ai dit : cela me dit qu'il y a une faim de savoir sur cela » a rappelé Lawler. « Il y a des gens qui sont très confus et consternés et qui se sentent trahis, et qui se demandent : « Est-ce que quelque chose ne va pas avec eux-mêmes, est-ce que quelque chose ne va pas avec leur Foi ? » »

« Et j'ai trouvé que, lorsque j'ai parlé avec ces gens, curieusement, ils se sentaient rassurés par ce que je disais » a déclaré Lawler. « Parce que si vous dites : « Non, vous n'êtes pas fous, oui, il y a un problème, nous avons un problème avec le Pape », ( les gens comprennent alors que ce n'est pas seulement eux qui pensent cela ).

L'Exhortation apostolique du Pape, Amoris Laetitia, a été la goutte d'eau pour Lawler, qui a dit à Arroyo qu'il était à l'origine très enthousiaste au sujet du Pape François, mais qu'il est devenu de plus en plus préoccupé, consterné et désorienté.

« Quand j'ai vu ce qui s'est passé avec la manipulation du Synode et ensuite avec Amoris Laetitia qui l'a suivi, j'ai dit : « C'est plus qu'une imprudence qui s’exprime ici » expliqua Lawler. « C'est un effort délibéré pour confondre ».

Amoris Laetitia réalise le contraire de l'intention exprimée par le Synode

« Le problème est qu'Amoris Laetitia est délibérément confus sur la question que tout le monde avait en tête lors des deux sessions du Synode » a rappelé Lawler à Arroyo. La « question originale qui était : « l'Église changera-t-elle son enseignement pérenne à savoir que les Catholiques divorcés et remariés illicitement ne peuvent pas recevoir la communion ? » ».

« L'impression générale créée par l'Exhortation apostolique est que l'Église a changé son enseignement » a déclaré Lawler.

Arroyo et Lawler ont discuté des interprétations contradictoires du document du Pape à travers le monde, certains Évêques disant que la pratique pastorale de l'Église a changé et d'autres disant que ce n'était pas le cas — et que les fidèles restaient au milieu de tout cette confusion. Ils ont aussi parlé de la façon que, lorsque la pratique pastorale est changée, le résultat est que la Doctrine n'a plus d'importance parce que « la doctrine vécue » est devenue méconnaissable — ce qui aboutit au même résultat que changer l'enseignement de l'Église.

« C'est précisément le point » a déclaré Lawler à Arroyo. « Pour quelle autre raison le Pape François aurait-il refusé de répondre aux dubia — ces questions parfaitement légitimes à propos desquelles Quatre Cardinaux lui ont demandé des éclaircissements ? »

« Pourquoi ne voudriez-vous pas de la clarté ? » demanda Lawler. « À moins que votre intention était de fournir cet espace flou dans lequel les gens peuvent manoeuvrer autour de l'enseignement de l'Église ».

Arroyo a demandé à Lawler de répondre aux commentaires faits en 2015 par un membre du cercle du Pape, l'Archevêque Victor Fernandez, selon lequel François vise une réforme irréversible dans l'Église.

Lawler a répondu qu'il ne savait pas pourquoi François aurait ce but.

« Mais il y a quelque chose de fondamentalement faux dans l'idée d'une réforme irréversible à moins que ce que vous entendez par réforme ne revienne aux fondements de la Foi Catholique » a-t-il ajouté, « car le rôle du Pape est de préserver le Foi ».

Arroyo interrogea Lawler sur la nature provocatrice de son livre et son titre, et s'il était réticent à ce sujet.

Intervention nécessaire

« Je ne prend plaisir pas à critiquer le Pape » lui a dit Lawler. « Mais il y a un point où dans une famille aimante, si le père a un problème, vous devez y faire face. Éventuellement, il doit y avoir une intervention — Et nous avons besoin d'une intervention ».

Les hommes ont parlé de la nature étrange de l'élection de François et s’il y a quelque validité aux rumeurs selon lesquelles son élection a été orchestrée.

Lawler a déclaré que certains Cardinaux avaient clairement donné l'impression qu'ils faisaient du lobbying pour François, ce qui n'est pas licite. Cela ne l'a pas choqué et il a souhaité que ce ne soit pas le cas.

Partageant un extrait du livre dans lequel les détails de Lawler arrivant à la conclusion troublante que François était un radical éloignant l'Église des anciennes sources de la Foi, Arroyo a demandé à Lawler pourquoi François pensait qu'il pourrait s'en tirer ou si le problème en est plus un pour ses conseillers et ses confidents.

« Je crois qu'il y a des gens autour de ce Pape qui sont beaucoup plus radicaux dans leurs croyances que lui » a déclaré Lawler. « C’est évocateur, encore une fois, qu'avec Amoris Laetitia, le Pape François ne contredise pas directement l'enseignement de l'Église — c'est dans les notes de bas de page, c'est dans l'espace entre les lignes ».

En raison de la confusion qui s'est répandue dans l'Église, Lawler a partagé avec Arroyo que les gens depuis que son livre est sorti la semaine dernière lui ont posé beaucoup de questions à savoir si l'Église a changé son enseignement sur diverses choses.

« Et je dis, Non » a déclaré Lawler. « Mais ils avaient cette impression ; Pourquoi ? Parce que le couvercle est enlevé ».

Une absence de réforme authentique

Interrogé par Arroyo s'il y avait un conflit entre la personnalité publique de François et les moyens de gouverner sous son Pontificat, Lawler a dit : « oui ».

Les Cardinaux avant lui parlaient de la nécessité d'une réforme de la Curie et du fonctionnement économique du Vatican, a déclaré M. Lawler, ainsi que de l’imputabilité et de la responsabilité.

« Mais en ce qui concerne le mandat de réforme, cela n'a tout simplement pas eu lieu » a-t-il déclaré. « La Curie n'a pas été réformée de manière significative. Il y a eu un certain remaniement des responsabilités, mais il y a maintenant cinq ans, et il n'y a pas de réforme substantielle. En ce qui concerne la réforme économique, elle est tombée et s'est complètement effondrée ».

« Il avait un mandat de réformer et ça n’arrive pas » a ajouté Lawler. « Ce n'est pas au sommet de son agenda. Il fait des choses différentes ».

Ce qui est malheureusement arrivé, a-t-il dit, c'est que la vieille garde au Vatican est devenue encore plus enracinée : « Et il y a moins d’imputabilité qu'il y a cinq ans ».

Lawler a appelé les Catholiques à prier, à la fois pour le Pape et pour ceux qui l'entouraient.

« Et en pratique, vous demandez à votre propre Évêque de se lever et d'aider à ramener la clarté dans une ère de confusion » a conclu Lawler. « Si cela signifie dire des choses impopulaires, je suis désolé, eh bien, dites des choses impopulaires ».