vendredi 23 mars 2018

L’athéisme pratique




Par: Le Père Jerry Pokorsky

Le Père Jerry Pokorsky est prêtre du diocèse d'Arlington ; il a également été administrateur financier au diocèse de Lincoln. Formé en affaires et en comptabilité, il détient également un Master of Divinity et un Master en théologie morale. Le Père Pokorsky a cofondé CREDO et Adoremus, deux organisations profondément engagées dans un renouvellement liturgique authentique. Il écrit régulièrement pour un certain nombre de sites et de magazines Catholiques. Le Père Pokorsky est également directeur et trésorier de Human Life International.


SOURCE : Catholic Culture
Le 22 mars 2018

L’athéisme pratique Nous entendons souvent les gens dire qu'ils ne croient plus en Dieu parce qu'il y a tant de mal et de souffrance dans le monde. Ils peuvent ajouter qu'ils trouvent les actes de Jésus inspirants, mais Il gâche tout en disant que « Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle ». La Crucifixion a peu d'attrait. Ces objections méritent d'être examinées.

En règle générale, les athées invoquent la suprématie de la science. Les vrais athées considèrent la science comme un moyen de résoudre certains problèmes techniques, de faciliter la vie ou de réduire la souffrance. Ce sont généralement de nobles aspirations. Si les vérités révélées par la science sont mystérieuses pour l'athée, il suppose que ce n'est pas parce que certaines réalités sont au-delà de la compréhension de l'homme mais parce que les questions doivent encore être étudiées.

Les Chrétiens savent que Dieu suscite notre intérêt avec le mystère. L'œuvre de Dieu est révélée à travers l'étude de la science. Lorsque la science démêle quelques-unes des énigmes de Dieu, Dieu ouvre de nouveaux horizons de mystères à méditer et à explorer. L'intelligence humaine ne saisira jamais les merveilleux mystères de Dieu.

Les athées expliquent généralement la Création avec la prétendue science de la théorie du big bang. La matière était contenue dans une capsule de la taille d'une noix et Bang ! l'univers a commencé à se développer. ( Nous ne savons pas qui a allumé le fusible, ni comment cette première capsule de matériau a vu le jour ). Après des éons d'évolution, une amibe est devenue un poisson, un poisson est devenu un lézard — et finalement, un singe a donné naissance : pas à un singe, mais au premier athée potentiel.

Le Chrétien croit que Dieu a créé l'univers à partir de rien et a créé l'homme à son image et à sa ressemblance. Mais Adam et Ève ont voulu jouer le rôle de Dieu, pour dire à Dieu ce qu'est le bien et le mal. Par conséquent, le péché originel est le choix de devenir un athée pratique — à savoir revendiquer l'autorité de Dieu pour nous-mêmes. En conséquence, la souffrance et la mort sont entrées dans le monde pour toute l'histoire. La connexion du mal à la souffrance et à la mort est un autre Mystère de notre Foi. Sans un Sauveur pour vaincre le mal, nous serions tous condamnés aux feux de l'Enfer. Donc le message fondamental de l'Ancien Testament est : ne joue pas à Dieu ; obéit à ses Dix Commandements alors que nous attendons le Rédempteur.

Alors que la morale Chrétienne doit « faire le bien et éviter le mal », il est juste de suggérer que la moralité athée est de « rechercher le plaisir et d’éviter la souffrance ». Cette règle de vie n'est pas nécessairement une mauvaise règle de vie en autant qu’elle est encadrée par les exigences d’une bonne morale. Ainsi les athées — en particulier les athées de l'Occident confortable — partagent de nombreux principes communs avec les absolus moraux de la morale Chrétienne. La plupart d'entre nous détestent le meurtre, le vol et le mensonge, par exemple. Mais pour éviter la souffrance, les athées admettent des exceptions à ces absolus moraux Chrétiens. Pour éviter les souffrances personnelles, la violence antiseptique et meurtrière — où les cris sont invisibles, silencieux et sans répercussions juridiques — est permise en tant que « choix ».

Il est incontestable maintenant que l'athéisme général de la culture d'aujourd'hui accorde une grande importance au droit au plaisir sexuel en tant qu'absolu moral. L'athée pratique insiste sur la valeur suprême du choix et du consentement comme seules limites appropriées à ses activités sexuelles. De plus, l'athée insiste pour que les autres soient inclusifs et ne portent jamais de jugement sur les choix qu'il fait. Mais en établissant ces principes de comportement, l'athée instaure un ensemble de principes moraux de demi-vérités — des principes qui sont tout aussi intransigeants que les Dix Commandements.

Dieu est l'auteur des Dix Commandements. Quand l'athée invoque ses propres commandements, il s’appuie généralement sur des opinions populaires ou sur des experts en sociologie. Il peut faire appel à la science, sauf lorsque la science interfère avec son style de vie. Alors les principes moraux de l'athée permettent la distorsion de la science authentique dans la poursuite de ses plaisirs.

L'athée honnête se pointe sur lui-même et revendique le droit et le pouvoir de définir le vrai sens de la vie sans Dieu. En 1992, le juge Kennedy n'aurait pas pu être plus concis en articulant le principe moral fondamental de l'athée : « Au cœur de la liberté est le droit de définir sa propre conception de l'existence, de son sens, de l'univers et du mystère de la vie humaine ». Une excellente définition de base du péché originel !

Sans Dieu, il n'y aurait aucune raison d'éviter nos inconvénients personnels et nos souffrances personnelles. L'élimination de ma souffrance justifierait l’enlèvement direct et malveillant de la vie humaine, même la mienne. Bien sûr, le résultat cumulatif d'un tel égoïsme intransigeant est ce que déteste un athée confortable : l'injustice, le conflit, la haine, le meurtre. Un athée honnête est incapable de justifier des actes de vertus désintéressés. Sans Dieu, le chaos d'un monde athée serait normatif.

Mais un athée honnête est confronté à un véritable paradoxe. S'il n'y a pas de Dieu, comment expliquons-nous les nombreux bons actes d'altruisme personnel ? Pourquoi y a-t-il vraiment de bonnes personnes qui ont le courage de briser les liens de l'égoïsme — d’haïr leur propre vie pour aimer les autres ? Un véritable athée se moquerait d'un tel comportement comme déraisonnable.

Qui n'estimerait pas le courageux sacrifice d'un soldat au combat, ou un père risquant sa vie pour sauver son enfant, ou un médecin qui dépense héroïquement et de façon désintéressée sa vie à guérir les autres ? La bonté de Dieu est implantée dans le cœur de chaque homme et ne peut être éteinte que par un égoïsme extrême. Donc, pour préserver son athéisme, l'athée doit être vigilant. Il est en grand danger d'apprendre ce que signifie haïr sa vie au service des autres. L'athée doit faire attention à ne pas être attiré par les Paroles de Jésus : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » — de peur qu'il ne laisse entrer Jésus dans sa vie.

La Crucifixion de Jésus révèle l'emprise de fer que le mal avait sur le monde. Mais sa glorieuse Résurrection a brisé cette étreinte pour toujours et nous invite à Le suivre à travers les décombres, sur le chemin de la Croix. « En effet, celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour Moi la retrouvera ». (Mt 16, 25).

Il est temps de haïr notre égoïsme qui nous absorbe — notre athéisme pratique — et de commencer à vivre pour les autres comme Jésus l'a enseigné.