mardi 20 mars 2018

À quel point est-ce mauvais ?
C'est aussi mauvais que Mgr Stephan Ackermann





Écrit par Hilary White
ex-correspondante à Rome
Le 19 mars 2018
SOURCE : The Remnant



L'une des parties douloureuses d’écrire sur la crise de l'Église est d'apprendre à connaître la crise de l'Église. Il est triste de constater que, pour écrire quelque chose avec soin et diligence, on passe beaucoup de temps à accumuler des faits que la plupart des gens, la plupart des gens sensés, préféreraient ignorer.

Quand j'étais plus jeune, le centre de gravité de la révolution néo-Moderniste dans l'Église était les Pays-Bas. Mais avec une autre annonce gravement contraire à la Foi Catholique, il semble clair que le spectre de Vatican II s'est installé définitivement en Allemagne. Et ce qui est dit maintenant plus souvent et plus ouvertement à savoir que les Évêques Allemands sont dans un état de schisme ouvert, je pensais que le moment était peut-être venu pour nous d'y regarder de plus près.

L'étrangeté de la situation dans l'Église d'Allemagne a été soulignée à plusieurs reprises ; un Catholique qui choisit de retenir ses contributions financières destinées à l'Église par ses impôts — peut-être par réticence à financer des Évêques qui s'opposent ouvertement à l'enseignement Catholique — sera excommunié . Mais à partir de cette semaine, le Cardinal Marx — l'un des principaux promoteurs d'Amoris Laetitia et du nouveau paradigme Bergoglien — a annoncé que ceux qui ne sont pas du tout Catholiques ( et qui ne coïncident vraisemblablement pas avec la boîte à cocher « Catholique » [1] du rapport d’impôt ), il leur est maintenant offert la Sainte Communion dans les églises Catholiques d'Allemagne.

Au dernier sorti, éteignez les lumières

La semaine dernière, j'ai écrit un article pour le site et journal The Remnant sur la fermeture du Monastère Trappiste de Mariawald, mais ce n'est pas la seule abbaye historique Allemande à fermer ces derniers mois. L’ Abbaye Himmerod Cistercian, dans le diocèse de Trèves, a été fondée à l'origine en 1134 par Saint Bernard comme une maison-fille de Clairvaux, mais, en 1802, elle est devenue une des premières victimes des soulèvements anti-Catholiques des 19ème et 20ème siècles [2]. En 1922, un groupe de Cisterciens Allemands a rouvert l'abbaye ruinée, reconstruisant l'église monastique et les cloîtres.

Comme presque toutes les maisons religieuses, Himmerod a adopté avec empressement le Nouveau Paradigme liturgique de Vatican II et a commencé son déclin conséquent et inévitable. À la fin de l'année dernière, l'Abbaye, avec ses six moines âgés restants, a récité sa dernière prière [3] en tant que maison Cistertienne ; sa propriété a été absorbée par le diocèse et l'église est utilisée comme lieu de musique .

L'Évêque de Trèves, cependant, serait à la recherche d'une autre communauté de Moines pour maintenir l'Abbaye en tant que centre de religion. Le dernier moine résident à l'Abbaye, le Père Stephan Senge a déclaré que l'Évêque Stephan Ackermann veut « créer un centre spirituel avec lui et son équipe. Comme avant, les gens peuvent venir à Himmerod et célébrer des jours de réflexion, de paix et de retour au pays ».

Cela ressemble à au moins un peu d'une lueur d'espoir, n'est-ce pas ? Mieux que le pire scénario d'un hôtel ou d'une mosquée, n'est-ce pas ? En fait, Mgr Ackermann a déclaré que la préservation de Himmerod en tant que lieu religieux est une « priorité absolue ».

Oui ... sauf non. Je ne veux pas dire qu'il est impossible que quelque chose de bon puisse en sortir, mais regardons de plus près pour avoir une idée de ce que ses plans pourraient inclure. Stephan Ackermann, en fait, est l'un des Évêques qui peut nous donner une idée assez claire de la gravité des choses dans l'Église Allemande.

Ackermann était un protégé de l'Évêque de Trèves, Reinhard Marx, auquel il succéda en tant qu'Évêque en 2009 lorsque Marx fut promu à Munich Freising et nommé Cardinal par le Pape Benoît XVI. Depuis lors, il s'est révélé être un disciple dévoué de l'école Marxiste de l'Épiscopat Allemand, encourageant avec enthousiasme les causes les plus à la mode tout en fermant presque toutes les paroisses du diocèse.

Enseignement sexuel Catholique tout simplement démodé

En 2014, à l'approche des Synodes sur la Famille, Ackermann a été parmi les premiers à réclamer catégoriquement que l'Église abandonne simplement son enseignement sur le sexe et la famille. Il était clair qu'Ackermann était au courant de ce qui allait finalement apparaître sous la forme d'Amoris Laetitia. Il a déclaré au journal Allgemeine Zeitung Mainz : « L'enseignement de l'Église sur la morale et l'éthique sexuelle doit changer ».

« Le concept Chrétien de l'être humain émane de la polarité des sexes, mais nous ne pouvons pas simplement dire que l'homosexualité n'est pas naturelle ». Ackermann est connu pour passer du temps dans des activités « pastorales » dans les bars gays.

« Le récent sondage [ envoyé par les organisateurs du prochain Synode du Vatican ] a montré que l'enseignement moral de l'Église est considéré comme axé sur les règles et les interdictions et est éloigné de la réalité. Si nous renforçons le sentiment d'être responsables des gens, nous devons également respecter les décisions qu'ils prennent en leur propre conscience ».

Les opinions d'Ackermann sur les divorcés et les remariés se sont alignées sur celles qui promeuvent la doctrine de Kasper : « Il ne convient plus de considérer un mariage qui suit un divorce comme un péché mortel éternel et de ne pas admettre les remariés aux Sacrements. Ce n'est pas juste qu'il n'y ait que l'idéal d'un côté et la condamnation de l'autre ».

Mais il est allé un peu plus loin en disant : « Il n'est pas défendable de considérer tous les types de relations sexuelles avant le mariage comme un péché grave ».Pour faire bonne mesure, Ackermann a tiré sur Humanae Vitae [4] , en disant : « La distinction entre les méthodes naturelles et non naturelles pour prévenir les grossesses est artificielle et personne ne comprend plus cela désormais ».

N'oublions pas, par ailleurs, que l'Allemagne est une société saturée de pornographie dans laquelle la prostitution est légale depuis des décennies et où les hommes peuvent fréquenter les maisons closes parrainées par le gouvernement. Il y a eu peu de tollé de la part du public — et un silence total des Évêques — quand il a été révélé que les femmes bénéficiant des prestations de l'État étaient forcées à se prostituer par des travailleurs sociaux ou que le gouvernement envoyait « plus de personnel » dans les bordels parrainés par le gouvernement pendant la Coupe du Monde .

L'Allemagne est littéralement devenue un état de proxénètes et de trafiquants d'êtres humains. On pourrait penser que cela aurait pu être un sujet utile pour un Évêque Allemand à évoquer le Synode sur la Famille.

Un nouveau paradigme dans le diocèse
littéralement Catholique de nom seulement

Malgré la situation particulière de l'immense richesse de l'Église Allemande accordée par la Taxe ecclésiastique, le diocèse de Trèves — le plus ancien d'Allemagne, fondé au 3ème siècle — est à la pointe de la dynamique ! créative ! et excitante ! supervision de la fermeture systématique des institutions de l'Église. Malgré l'argent, vous voyez, il n'y a pas de gens qui vont à la Messe, une situation que l'Épiscopat Allemand trouve idéale, apparemment.

L'année dernière, Ackermann a annoncé la décision du synode diocésain de réduire le nombre de paroisses de Trèves de 887 à trente-cinq pour desservir les 1,4 millions de Catholiques de Rhénanie-Palatinat et de Sarre. Ces regroupements « maxi-paroissiaux » représentent l'avenir de l'Église selon les responsables du diocèse, qui ont dit qu'il y aurait dans chacune de ces régions un seul « lieu paroissial » où l'administration serait « groupée ». À cela, il s’ajouterait « un réseau diversifié d'idées, d'initiatives, de sites d'églises et de centres thématiques ». L'Évêque a été cité à dire que selon le vieux concept de la paroisse Catholique,« seul le nom restera le même ».

Tolérance zéro ; sauf quand ce n'est pas ça

Plus récemment, le diocèse a admis qu'il était prêt à verser 450 000 € à 90 victimes d'abus sexuels par 33 membres du clergé diocésain. Un porte-parole du diocèse a assuré à la presse que l'argent pour le paiement « ne viendrait pas de la taxe ecclésiastique » mais serait couvert « uniquement par le diocèse lui-même » ... dont les fonds proviennent de la taxe ecclésiastique... Mais qui compte ?

Stephan Ackermann, on pourrait le noter, était le prélat à la tête de la Commission sur les abus de la Conférence Épiscopale Allemande, et était un partisan — tout comme le Pape François, en fait — de la politique de « tolérance zéro » mise en place par le Pape Benoît. Comme le Pape, cependant, le dévouement d'Ackermann à cette politique était surtout sur papier. En réalité, après avoir encouragé publiquement les victimes à présenter leurs accusations, il a refusé d'agir, soit pour enquêter sur les cas d'imposition de sanctions.

En janvier 2012, Spiegel a rapporté que « Ackermann a dû présenter des excuses publiques après avoir omis de suspendre immédiatement un prêtre pédophile suspecté en 2011 ». Spiegel a rapporté qu'ils avaient des informations sur sept autres cas de prêtres à Trèves suspectés d'avoir abusé de mineurs, à propos de qui l'Évêque était resté silencieux.

« Le traitement des ministres problématiques est semblable dans de nombreux cas : les présumés contrevenants sont signalés aux autorités pour présomption d'agression sexuelle ou sont encouragés à se livrer. Ensuite, ils sont condamnés à une peine avec sursis. Après cela, ils sont autorisés à retourner au service dans l'Église. Ils sont souvent affectés dans des hôpitaux ou des maisons de retraite et autorisés à aider les communautés environnantes.

... « Lors d'un événement récent et émotionnellement chargé à Trèves, même les employés de l'Église se sont retournés contre leur Évêque. Jutta Lehnert, directrice spirituelle de l'Association des étudiants Catholiques de Trèves, a déclaré à Ackermann : « Les structures du pouvoir dans l'Église doivent être soigneusement examinées », ajoutant qu'elles constituent « une porte d'entrée ouverte pour les prédateurs sexuels ».


Extra Ecclesiam Tota Salus

Un Évêque qui couvre les crimes de ses propres prêtres tout en prêchant la justice pour les victimes, qui ment sur la Volonté de Dieu en ce qui concerne les questions les plus importantes du jour, est assez mauvais, mais aux yeux de Dieu, est-ce que l’apostasie publique n'est pas pire ? Les trois premiers Commandements nous donnent un indice sur les priorités que nous devons avoir : les droits de Dieu viennent en premier. Se souvenir de ceci est une bonne partie de ce qui sépare les Catholiques « Traditionnels » des « Conservateurs » qui ne semblent pas trop s'en soucier. Il est peut-être révélateur que l'enthousiasme pour « l'œcuménisme » soit l'une des caractéristiques du paradigme Catholique « Conservateur ».

La première chose en anglais qui apparaît lorsque vous vous inscrivez sur Google « Bishop Ackermann » est une page du site Web de Tradition in Action où il affirme s'être laissé « rebaptiser » par un ministre Luthérien dans une sorte de para-liturgie « œcuménique » en 2012. Le site Tradition in Action n'inclut pas de lien, cependant, et j'étais prête à laisser tomber la recherche quand je l'ai trouvé sur le site diocésain de Trèves , sur la page bio de l'Évêque , [5] une photo de cet événement.

Lors de l'événement, Ackermann a déclaré à l'auditoire : « Aujourd'hui encore, les Chrétiens de toutes confessions sont entrelacés par le don de la Foi et du Baptême, aussi indivis que le Roc Sacré. » Il a ajouté : « En Christ, nous sommes un, il a donné sa vie pour l'unité de ses Disciples ».

Le site du diocèse de Trèves confirme que cette cérémonie était un « service de renouveau baptismal » et faisait partie d'une « journée œcuménique » diocésaine. La page comprend une photo de l'Évêque recevant une « bénédiction » sur le front de Barbara Rudolph, une ministre de l'Église Luthérienne. L'Évêque a été cité en disant que « l'Eglise ne devrait pas se retirer du monde « dans la sacristie » ». Elle devrait plutôt être un « repère » pour le monde d'une part et « si nécessaire ... interférer avec les choses ».

« En Allemagne, l'Église est très fortement liée à la société — par exemple dans l'éducation, la santé ou les institutions sociales. Parfois, vous devez faire des compromis — même entre « montrer un avantage clair » et « se rapprocher de ce qui ne nous distingue pas tellement » du « monde ».

« Nous sommes envoyés par le Christ dans le monde » déclare Mgr Ackermann, et il promeut un concept de « connexion critique ». « Nous partageons beaucoup de valeurs avec les gens de notre temps, même s'ils ne sont pas Catholiques ». Ainsi, on peut construire sur le fait que le respect de la liberté de l'individu a grandi, que, dans la société sur une grande échelle, les gens autour du monde seront aidés ou que la tolérance pour d'autres façons de penser deviendra plus grande.

L'Évêque a appelé à une « évangélisation permanente » des Chrétiens qui « ne connaissent pas seulement la Bonne Nouvelle », mais qui « se laissent influencer par elle ».

Pour la plupart des Catholiques, cela ne ressemblerait peut-être guère plus qu'à un coup populiste, le genre de chose à la mode pour les prélats de l'Église Catholique depuis que le Pape Jean-Paul II a commencé à donner des croix pectorales aux laïques Anglicans. Mais si nous prenons la Foi au sérieux, l'acte d'être publiquement « rebaptisé » n'est-il pas, en tout cas, une déclaration publique selon laquelle le Sacrement du Baptême de l'Église ( nous devons supposer qu'Ackermann l'a reçu ) était insuffisant ?

Ce ne sont pas les Évêques que vous recherchez ... Circulez ...

L'autre jour, j'ai écrit au sujet de la fermeture de Mariawald dans le contexte de « l'apostasie presque ouverte de la plupart des épiscopats Allemands ». Mais cela ne va-t-il pas à l'étape suivante ? Est-ce compliqué ? N'est-ce pas simplement être « rebaptisé » dans une église Protestante un acte public d'apostasie ? Cela démontre aussi ce que beaucoup d'entre nous disent depuis quelque temps : ce n'est pas une conspiration s'ils le font ouvertement, en envoyant des communiqués de presse et en les publiant sur les sites web diocésains.

Quelque chose à retenir à propos d'Ackermann et de l'Allemagne, cependant, c'est qu'il est normal. Il n'est pas un Évêque « libéral ». Cette catégorie n'existe tout simplement pas dans les milieux ecclésiastiques Européens. Les États-Unis sont presque uniques dans cette stricte catégorisation de leur épiscopat dans ces deux camps en guerre. Ackermann est simplement ce qu'un Évêque Allemand est à notre époque. Il n'est pas l'équivalent d'un Mahoney ou d'un Gullickson. Il est normal. C'est l'Église en Allemagne.



[1] Un ami sur FaceBook a commenté : «Donc, cela signifie-t-il que votre conjoint Protestant peut recevoir la Communion si vous êtes déjà excommunié pour avoir refusé de payer la taxe de l'Église ? »

[2] Ce schéma pour les grands monastères de l'Europe est tristement commun. Tout sauf une infime partie des maisons contemplatives de tous les ordres à travers l'Europe ont été dissoutes par les laïcs à partir de la Révolution Française, poursuivie par Napoléon puis par les « anti-cléricaux » franc-maçonniques du 19ème siècle. Himmerod correspond au modèle du monastère fondé dans les années 1100 ou 1200 selon l'un des grands mouvements du renouveau monastique, florissant jusqu'aux années 1500 et survivant jusqu'aux années 1700, après quoi ils sont fermés de force par les gouvernements laïques et abandonnés. Après la Première Guerre Mondiale, il y eut un bref moment de réveil et certains des monastères abandonnés en Allemagne, en France et en Italie resurgirent ... juste à temps — tout en s'épanouissant avec des vocations d'après-guerre — pour que la patate de Vatican II frappe, nous donnant la famine religieuse mondiale d'aujourd'hui.

[3] Les titres ont fait une grande partie de la date originale de la fondation de l'abbaye, avec les titres tout en notant qu'il a été fermé après presque 900 ans, sans se soucier de mentionner l'écart de 120 ans.

[4] Prenez note du scandale, amis de planification naturelle de la famille ...

[5] Dans le même texte de présentation sur le site Internet du diocèse de Trèves est annoncé le synode diocésain 2013-2016 qui a finalement abouti au déclassement ou à la fermeture de presque toutes les paroisses de Trèves.