lundi 5 mars 2018

DE ROME CES JOURS-CI :

Ladaria, le silencieux, parle,
définit avec précision le « Néo-Pélagien Prométhéen »





Écrit par Hilary White
ex-correspondante à Rome
Le 1er mars 2018
SOURCE : The Remnant



Placuit Deo est intéressant, si pour aucune autre raison, Ladaria le Silencieux, Ladaria l'Absent, parle soudainement. Et je dis cela comme quelqu'un qui attendait plus qu’une bombe atomique Bergoglienne cet après-midi. Un journaliste basé à Rome que j'ai consulté au sujet du document m'a dit : « La partie la plus intéressante de ce document est celle de Ladaria ».

L'Archevêque Luis Francisco Ladaria Ferrer, est le Jésuite choisi par François pour remplacer le Cardinal Muller malmené en tant que Préfet de la CDF. Jusqu'à présent, peut-être la chose la plus singulière que nous connaissions de lui a été son silence absolu et celui de tous ceux sous lui à la CDF pendant toute la fureur d'Amoris Laetitia, une apostasie de masse sans précédent avec des Évêques, des Conférences Nationales et même des Cardinaux déclarant ouvertement que l'enseignement sur le mariage ne s'applique plus, que les partenariats entre personnes de même sexe peuvent être en quelque sorte « bénis » par l'Église et, plus récemment, que les non-Catholiques peuvent recevoir la Sainte Communion [1].

Le dispositif de camouflage de Ladaria a fonctionné si parfaitement depuis sa nomination en juillet de l'année dernière que personne n'a vraiment pris la peine de demander où il était allé. Je suppose que nous avons supposé qu'il comprenait le manque de pertinence de son dicastère sous le Nouveau Paradigme depuis l'échec abject des efforts de Gerhard Muller — assez volubile dans les dernières années de Benoît XVI mais immédiatement subjugué et hésitant après mars 2013 — pour que les Allemands reviennent à la Foi ou du moins qu’ils cessent de se déclarer ouvertement schismatiques. L'histoire montrera que l'un des changements les plus significatifs sous François a été le manque de pertinence de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi — reflétant peut-être le manque total d'intérêt des Bergogliens pour la Doctrine Catholique comme le terme a toujours été compris [2].

Mais Écoutez ! Ladaria parle ! Bien sûr, comme on pouvait s'y en attendre, la première chose qu'il a dite lors de la conférence de presse d'aujourd'hui ( 1er mars 2018 ) à Rome était une déclaration de loyauté envers François : « Je suis dans une harmonie profonde et spontanée avec le Pape ». Après cela, c’est devenu intéressant.

Placuit Deo, « Il a plu à Dieu », est une lettre de la CDF — pas une « instruction », juste une « lettre » — adressée aux Évêques du monde, sur le « Néo-Pélagianisme » et le « Néo-Gnosticisme ». En bref, la lettre est une tentative de présenter une définition doctrinale et raisonnable des termes qui ont souvent figuré dans les écrits et les discours papaux récents.

Pour votre info :
L’Archevêque Luis Francisco Ladaria Ferrer
et Gregory Burke [ Directeur du Bureau de Presse du Vatican ]
présentent « Placuit Deo » au 1er mars 2018. (En Italien)


Durée : 32 min 09 sec

Ces tendances, dit-il, « ressemblent par certains aspects à deux hérésies de l’Antiquité », sans être identiques à eux. « L’individualisme néo-Pélagien et le mépris néo-Gnostique du corps défigurent la Confession de Foi au Christ, Sauveur unique et universel ».

Comme me l'a dit un ami du Vatican, la lettre spécifie « au moins » un sens authentique et autoritaire des termes, et c'est important parce que ce n'est pas quelque chose que nous faisons de nos jours. Cela signifie qu'à partir de maintenant, c'est ainsi que ces mots vont être compris, au moins officiellement, afin qu'ils ne puissent plus être lancés comme une pierre sur quelqu'un qui ennuie ».

Quelqu'un d'autre a suggéré que c'était Ladaria qui essayait de corriger poliment ou au moins de clarifier le Pape, mais cela va probablement trop loin. La lettre a été approuvée pour publication immédiate par François, ce qui semble donc improbable que Ladaria enlève au Pape l'un de ses pistolets-jouets préférés ou même qu’il lui restreigne considérablement sa façon fofolle d'utiliser le langage théologique.

Plus intéressant encore, ça semble effectivement identifier un véritable problème dans la société moderne et laïque, un modèle de pensée profondément enfoncé dans ce qui reste de la culture Catholique :

Notre époque est envahie par un néo-pélagianisme, qui donne à l’individu, radicalement autonome, la prétention de se sauver lui-même, sans reconnaître qu’au plus profond de son être, il dépend de Dieu et des autres. Le salut repose alors sur les forces personnelles de chacun ou sur des structures purement humaines, incapables d’accueillir la nouveauté de l’Esprit de Dieu. De son côté, un certain néo-gnosticisme présente un salut purement intérieur, enfermé dans le subjectivisme. Ce salut consiste à s’élever « par l’intelligence au-delà de la chair de Jésus jusqu’aux mystères de la divinité inconnue ». On prétend libérer la personne du corps et du monde matériel, où ne se voient plus les traces de la main secourable du Créateur, mais seulement une réalité privée de sens, étrangère à l’identité ultime de la personne et manipulable au gré des intérêts de l’homme ».

Quant à l'utilisation des termes par le Pape, Ladaria répond :

« Il est clair, d’autre part, que la comparaison avec les hérésies Pélagienne et Gnostique ne peut évoquer que des traits communs généraux, sans entrer dans des jugements sur la nature exacte des erreurs antiques ».

« En effet, il existe une grande différence entre le contexte sécularisé d’aujourd’hui et celui des premiers siècles Chrétiens au cours desquels sont nées ces hérésies. Toutefois, dans la mesure où le Gnosticisme et le Pélagianisme représentent des dangers permanents de déformation de la Foi biblique, il est possible de leur trouver une certaine ressemblance avec les mouvements contemporains que l’on vient de décrire».

Est-il possible que Ladaria se soit chargé de la catholicisation de François, au moins pour les registres officiels ? [3] ? Cela signifie-t-il qu'il a rejoint les rangs des apologistes de François sur Internet ? Est-ce que cela fait de lui le Jimmy Akin [ note : grand papolâtre Américain ] du Vatican ? Pouvons-nous appeler cela les « 12 choses à savoir et à partager sur le néo-Pélagianisme Prométhéen » ? Du style : « Ce que le Pape voulait vraiment dire, c'était… »

Si rien d'autre, c'est un soulagement de lire quelque chose qui sort de Rome qui n'est pas juste un autre échantillon d’une tapisserie-jargon et, avec pas plus de 3000 mots, c’est réellement possible de lire la chose en une seule séance et d’en comprendre l'essentiel. Le jargon n'est pas entièrement absent, mais au moins ça part de l'hypothèse que les mots ont un sens. Ça se lit comme un document mineur de l'ère du début de Benoît XVI : c’est un joyeux « Catholique-lite » au lieu du sort démoralisant jeté par le discours noir anti-rationnel guttural de Bergoglio. En bref, c'est le meilleur que nous pouvons avoir émanant du Vatican actuel ; nous ne pouvons pas nous attendre à ce que quelqu'un là-bas corrige de façon substantielle la catastrophe en cours, mais au moins aujourd'hui on ne s’est pas fait battre. C'est quelque chose…

Pendant ce temps, où étions-nous ?

Un des aspects de ce pontificat que beaucoup trouvent « confus » consiste dans l'utilisation fréquente de termes et d'expressions qui ne sont jamais définis : « néo-Pélagien prométhéen » « Immanentisme anthropocentrique »... un buffet apparemment infini de choix d’épanchements Bergogliens, généralement destinés à des cibles non identifiées et seulement vaguement identifiables.

C'est l'un des principes les plus utiles du discours rationnel que nous devons commencer par un accord général sur ce que les mots signifient. Au moins, nous devons le faire si nous voulons comprendre qui, exactement, est insulté, et comment. Derrière ceci, bien sûr, il y a l'hypothèse généralement non-articulée que les mots sont réellement destinés à signifier des choses. Les personnes qui pensent que la raison est importante et utile commenceront toujours par cette hypothèse. C'est pourquoi d'autres personnes qui veulent duper, tromper et manipuler de telles personnes vont toujours jouer avec les mots sans les définir.

À savoir : pendant tout ce temps, personne n'a été capable de clouer ce que François Bergoglio veut dire par ses insultes favorites, y compris « néo-Pélagien prométhéen » et « Gnostique ». Les gens qui aiment les dictionnaires et la religion Catholique savent ce que ces mots signifient, mais il a été très clair que ce Pape signifie quelque chose de très différent d'eux, une définition qu'il a pris soin de ne pas expliquer. En fait, ce qui est devenu clair, c'est que Bergoglio ne veut rien dire par là, au sens habituel que les mots signifient des choses. Pour lui, ces termes ne sont que les pierres que l'on tient dans sa fronde.

La chose à propos de Placuit Deo est, cependant, qu'il ne parvient pas à atteindre la cible. ( Mis à part le fait de faire beaucoup d'efforts sur quelque chose d'assez banal. Avec des Conférences Nationales entières d'Évêques se déclarant fonctionnellement apostates, on aurait pu penser que la première présentation de la CDF de Ladaria aurait été plus... pertinente ). Ça contient des éclaircissements sur ce que les mots signifient dans les manuels théologiques, ce qui est bien, je suppose. Mais n'importe qui peut rechercher les termes sur Google.

Ce qui est pertinent, c'est ce que le Pape veut dire par eux. Et François a déjà offert sa définition dans le texte de son manifeste. Le « néo-Pélagianisme prométhéen auto-référentiel » signifie « ceux qui, en fin de compte, ne font confiance qu'à leurs propres pouvoirs et se sentent supérieurs aux autres parce qu'ils observent certaines règles ou restent fidèles de façon intransigeante à un Catholique particulier ». Cela conduit à « une supposée solidité de la Doctrine ou de la discipline »et « un élitisme narcissique et autoritaire, par lequel, au lieu d'évangéliser, on analyse et classifie les autres... »

Mais bien sûr, la petite lettre de Ladaria n'est pas pertinente pour une autre raison.

Dans toute la clameur depuis le temps de l'avènement d'Amoris Laetitia et du Nouveau Paradigme Bergoglien, ce qui a rarement été compris, c'est que ce sont la clameur, le désordre et la confusion qui sont en cause. Le fait que tout le monde soit distrait par les disputes et les querelles est beaucoup plus important que la substance des arguments. Il est bien documenté que Bergoglio est un gouverneur qui divise pour régner, créant des rivalités et des inimitiés, des factions et des divisions, très souvent à travers son utilisation de son propre discours en privé. Il aime utiliser des insultes bizarres, laborieuses et soigneusement indéfinies qui ont certainement l’airde signifier quelque chose, mais bien sûr, il ne le dit pas. Cette tactique politique est si flagrante qu'elle est devenue la source de plaisanteries ironiques parmi une certaine classe de bloggeurs Catholiques.

C'est un Pape qui a clairement pris le conseil de Mao qui a ri de l'insistance des politiciens Occidentaux qui s’attendent à ce que les mots doivent avoir un sens. La méthodologie de Bergoglio est clairement Maoïste en ce sens : « Nous allons conquérir le monde parce que vous, imbéciles, pensez que les mots sont des étiquettes qui sont correctement ou incorrectement collées sur les choses. Nous savons que les mots sont des petits bâtons de dynamite dans l'esprit des gens et nous tenons le fusible ».

C'est ce que tous les démagogues comprennent et que leurs dupes et leurs compères comprennent rarement. C'est pourquoi il est inutile d'essayer d'insister sur telle ou telle définition de ses nombreuses insultes créatrices. Vers qui sont-ils pointés ? Toute personne qui se met dans son chemin. Ce n'est pas grave si vous êtes vraiment un Gnostique ou un Pélagien. Peu importe que ces anciennes hérésies renaissent réellement dans les terres que nous appelions la Chrétienté. Ce qui compte, c'est que c'est maintenant un terme qui peut être utilisé pour étiqueter un ennemi. Les mots sont des outils.

J'ai entendu des sources qui ont étudié avec lui au Grégorien que Ladaria était un Catholique, pas un Bergoglien. Mon ami a créé une liste sommaire sur Ladaria :

  • Il est très heureux de critiquer les excès de la théologie moderne ( la pensée bizarre de von Balthasar selon laquelle le Père abandonne le Fils sur la Croix )

  • Il est dévot et pieux,

  • Il est apparemment assez ouvert à la FSSPX,

  • Il n'est pas un carriériste,

  • Il est personnellement droit et ascétique,

  • Il a un amour pour les Pères de l'Église et une véritable appréciation de Saint Thomas,

  • Il parle couramment le Latin ( et l'Allemand et l'Anglais et le Français et l'Italien ) ; il est prêt à avoir des disputes théologiques dans la langue de l'Église.

  • S’il est nommé Cardinal ( ce qui est probable ), je dirais qu'il se rangerait naturellement du côté des « Ratzingeriens ».
Mais…
  • Il est le choix de Bergoglio ( voir ci-dessous ).

  • Il est Jésuite ( et nous savons tous qu'il ne faut pas faire confiance aux Jésuites )

  • Il peut ne pas vouloir dire ou faire quoi que ce soit à moins d'avoir reçu une permission expresse

  • Il semble ( à la lecture d'autres de ses écrits auxquels j'ai été exposé quand j'ai étudié avec lui à Rome ) favoriser la théorie de l'enfer vide ( ou du moins une théorie approchant cela ).

  • Il n'est pas fortement opposé à la « théologie » de Rahner ( ce qui vicie nécessairement plutôt son appréciation de Saint Thomas )

  • Il a eu 73 ans il y a deux mois et devra présenter sa démission à l'âge de 75 ans. Il pourrait être simplement un gardien de la place temporairement .

En tant que théologien académique compétent, bien qu'il s'agisse évidemment de l'école néo-Moderniste douce « Ratzingerienne », les méthodes de Bergoglio sont quelque chose qu'un homme comme Ladaria ne comprendra probablement jamais. C'est pourquoi il était un choix intéressant pour la CDF et pourquoi son intervention dans les guerres est tout aussi intéressante — parce qu'il s'attaque à l'insulte favorite de Bergoglio : le « Néo-Pélagianisme Prométhéen » comme si c’était destiné à être une expression honnête et authentique de Magistère Catholique.

Avec ce petit objet inoffensif, nous pouvons glaner quelques petites choses sur lui, mais surtout qu'il ne va pas nous aider beaucoup.


[1] Ne soyez pas trop excités. Espèces de gâteux ! Il est encore silencieux sur ces choses, au moins dans ce document.

[2] Étonnamment, Müller ne semble pas encore comprendre qu'il a été limogé.

[3] Il convient de rappeler que les Dubia des Quatre Cardinaux étaient adressés à Gerhard Muller en tant que Préfet de la CDF ainsi qu'au Pape François. Ladaria n'a jusqu'à présent pas daigné répondre non plus.