mardi 6 mars 2018

Un article du World Net Daily

Le Pape François cause le chaos dans l'Église
SOUS-TITRE
À quel point des Non-Catholiques voit plus juste
la situation de l'Église que certains Catholiques



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Centre de Fatima
Le 5 mars 2018


Alors que les « grands média » Catholiques s'éveillent à la réalité de « cette papauté désastreuse », même les médias laïcs conservateurs commencent à sonner l'alarme.

Considérez cet article chez World Net Daily par une dénommée Barbara Simpson, une animatrice de talk-show à la radio dans la région de la Baie de San Francisco. Simpson, qui n'est même pas Catholique, peut voir que « si la politique aujourd'hui dans ce pays est un gâchis, c'est la même chose et probablement pire pour l'Église Catholique. Ce qui a commencé comme un temps d'espoir avec l'élection du Pape François est devenu la plus grande période de confusion et d'hérésie probable depuis la Réforme ».

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Simpson ne pointe pas vers les plaintes conservatrices habituelles sur l'antipathie du Pape envers le capitalisme ou son appel à l'ouverture des frontières. Au contraire, elle pointe directement au cœur de la crise de ce pontificat : son incroyable attaque contre l'enseignement constant de l'Église sur le Mariage, la procréation et la morale sexuelle en général.

Le diagnostic de Simpson fait mouche :

« La confusion est la règle du jeu, mais ce n'est pas un jeu. Le Pape François, qui a d'abord exsudé un regard d'attention et d'amitié, est devenu un Pape qui émet des opinions qui contredisent les enseignements Catholiques établis tout en niant dans le même temps qu'il le fasse. Eh bien, c’est dans ce style. Une grande partie de la confusion provient de ses déclarations dans son document intitulé « Amoris Laetitia » qui a été décrit par plusieurs, y compris le clergé, comme une bombe à retardement pour la morale Catholique. Dans ce document, le Pape déclare que certains Catholiques, vivant dans des circonstances jusqu'alors considérées comme pécheresses, peuvent en fait agir en conformité avec la Loi de Dieu, du moins comme l'interprète François... »

Simpson frappe en plein cœur de la cible avec sa reconnaissance de l'arbitraire total qu'Amoris Laetitia (AL) introduit dans les évaluations de la moralité du comportement que l'Église a toujours condamné comme violant le Sixième Commandement. Qui aurait droit à des « exceptions » à l'application stricte de la loi morale sous la notion nébuleuse du « discernement » des « circonstances complexes » selon Amoris Laetitia — ce qui signifie, en substance, l'éthique de situation ? Simpson écrit :

« Est-ce que les Catholiques divorcés peuvent se remarier et recevoir tout de même la Sainte Communion ? Des siècles d'enseignement et de Tradition disent non, mais selon ce Pape, c'est « peut-être ».

« Qu'en est-il de la question de la contraception artificielle ? Il a longtemps été un fait établi qu'il n'est pas licite pour les couples Catholiques de la pratiquer — c'est simplement immoral et faux.

« Mais aujourd'hui ? Apparemment, il y a un mouvement au sein de l'Église de François qui dit qu'il y a des moments où c’est OK. Quand ? Qui décide ? C'est difficile à dire parce qu'il y a des Cardinaux et des Évêques à travers le monde Catholique qui sont d'accord et d’autres en désaccord, et le Pape permet à cette confusion de continuer .... »

« Gardez à l'esprit, il y a toujours les Dix Commandements, qui définissent les zones de péché dont les Catholiques doivent être conscients et éviter — le meurtre, le mensonge, le vol, la trahison et plus encore. Quels sont ceux que le Pape François peut permettre aux Catholiques d'ignorer et qu’ils puissent pareil accéder au Ciel ? »

« Comment explique-t-on aux Catholiques qu'il est acceptable d'ignorer « certaines » des règles et pourtant de suivre les autres — et, en fait, lesquelles ? »

« Si un acte a été jugé immoral pour les membres en règle de l'Église au cours des siècles, qu'est-ce que cela signifie qu'il y a maintenant un Pape qui a déclaré qu'il était juge de ce qui est correct maintenant et d’oublier le passé ? »

Comment se fait-il que certains commentateurs Catholiques « conservateurs » échouent ou refusent de voir ce qui est évident pour cette observatrice non-Catholique ?

Simpson reprend même les signaux clairs que François émet sur le célibat sacerdotal : « Puis il y a la question des prêtres mariés. Pendant des siècles, c’était un non-non. Maintenant, cependant, sous François, c’est peut-être — et probablement ».

Simpson note en outre que, quant aux Quatre Cardinaux qui ont présenté au Pape François leurs célèbres dubia concernant Amoris Laetitia, François « les a effectivement ignorés ». Le Pape n'a pas non plus répondu aux appels du Philosophe Catholique Josef Seifert qui, comme Simpson le résume correctement, prévient que « la conséquence logique de la position du Pape sera la destruction de tout l'enseignement moral de l'Église ».

« Ayez pitié des Catholiques », conclut Simpson. « Ils sont déchirés entre essayer de faire la « bonne chose » et de suivre le chef de leur Église, qui change les règles pour quelques objectifs que ce soit qu'il a en tête. Comme on dit, « les vieilles jambes velues » — Satan — doit se réjouir ! »

Une évaluation remarquable d'un observatrice extérieure sur la « désorientation diabolique » qui afflige maintenant l'Église Catholique, tout comme Sœur Lucie l'avait prédite. Ce que Simpson n'observe pas, cependant, est l'inévitabilité d'un renversement de ce désastre en accord avec la Promesse du Christ de l'indéfectibilité de l'Église et la Promesse personnelle de Notre Dame concernant le Triomphe de son Coeur Immaculé — sous la direction du saint et courageux Pape qui, quand tout semblera perdu, fera enfin ce qu'Elle demandera.