dimanche 31 juillet 2016

Sermon pour le Onzième Dimanche après la Pentecôte

« La Tradition n'est pas magique
Le pouvoir du Pape est très limité »



par le Père Richard G. Cipolla
Paroisse de Sainte Marie
Norwalk, Connecticut

SOURCE : Rorate Caeli




Frères, je désire vous rappeler maintenant la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée, que vous avez reçue et à laquelle vous êtes fermement attachés. C'est par elle que vous êtes sauvés, si vous la retenez telle que je vous l'ai annoncée ; autrement, vous auriez cru inutilement. (I Cor. 15: 1-2)

Recevoir et transmettre. Telle est l'essence de ce que l’Église Catholique veut dire par la Tradition avec un « T » majuscule. Nous ne sommes pas un peuple du Livre, comme l'Islam dont la base de la foi est entièrement le Coran. Et il y a des Chrétiens Protestants aussi qui sont des gens du Livre, mais leur livre est la Bible. Et pour eux toute la foi est contenue dans la Bible et le but de leur étude est de constamment lire, d’examiner et d’analyser le texte de la Bible. Que ce fondement soit fragile devrait être évident car, en effet, les langues originales de la Bible sont l'Hébreu et le Grec et, donc, chaque traduction est soumise à ce dicton élémentaire qui affirme que la traduction implique toujours un certaine trahison car chaque traduction porte les marques et les préjugés de personnes particulières et d’une culture particulière. Il n'y a aucune objectivité dans la traduction et dans une foi comme le Christianisme qui insiste sur le fait que la Vérité ultime se trouve dans la personne de Jésus-Christ dont les Paroles sont enregistrées dans les Évangiles, ce problème est aigu. Mais nous, les Catholiques ont toujours cru dès le début que ce qui a été transmis, la Tradition, est non seulement ce qui est enregistré fidèlement dans la Bible, en particulier dans le Nouveau Testament, mais comprend également la Tradition orale transmise de Jésus aux Apôtres et à l'Église.

Mais ça va plus loin que cela. Pour les Catholiques, la Tradition est une entité vivante. Elle grandit et se développe sous la puissance et la protection du Saint-Esprit. Si cela n’était pas vrai, alors l'Église ne pourrait jamais confronter d’une manière réelle et fidèle les nouveaux défis de tous âges. Et c’est le Magistère de l'Église, le Pape et les Évêques, à qui est confié le passage authentique de la Tradition à ses successeurs. Mais ce n'est pas magique. Ce n’est pas le cas lorsque les Évêques et le Pape peuvent être personnellement inspirés à part de la Tradition authentique et déclarent des choses qu’ils prétendent être vraies et qui sont manifestement en contradiction avec ce qui a été transmis organiquement depuis deux mille ans. Conformément à la définition étroite de l'infaillibilité papale tel que définie par le premier Concile du Vatican, le Pape peut ne définir que ce qui a été cru et qui est cru par l'Église. Il ne peut jamais définir quoi que ce soit comme vrai et à être cru qui n'a pas ses racines et sa base dans la Tradition de l'Église qui l’a toujours précédée.

Le développement de la Doctrine a toujours lieu à un moment et en un lieu particuliers, dans une culture spécifique. La Doctrine de la pleine Humanité et Divinité du Christ ainsi que la Doctrine de la Sainte Trinité, ont été débattues et élaborées dans un moment spécial dans l'histoire. Et ces Vérités ont été définies à un moment et en un lieu particuliers et pourtant elles ont transcendé ce moment et le lieu parce que le dévoilement de la Vérité n’est finalement pas dans le pouvoir de l'homme — même si l'exercice de l'intelligence de l'homme, même assombri par le péché, peut oeuvrer vers la Vérité.

Maintenant, nous vivons à un moment et dans un lieu où ceux qui s’appellent eux-mêmes Catholiques soutiennent ouvertement ceux qui proclament des positions morales qui sont antithétiques à l'enseignement de l'Église Catholique. Nous ne pouvons pas parler de ceux en Europe qui ont délibérément tourné le dos à l'essence même de leur culture, qui est l'essence du Christianisme. Nous ne pouvons parler que de notre propre situation dans ce pays. Que les deux soient des situations connexes, il n'y a pas de doute. Mais nous ne pouvons parler qu’à propos de la situation particulière de la culture Américaine. Dès le début, il y avait ces Évêques dans ce pays qui a vu le fait que d'être Catholique dans ce pays est une autre chose que d'être Catholique en Europe. Et ils avaient raison car les Américains ne transportaient pas un long bagage d’histoire et dans lequel l'Église Catholique a joué un rôle central et souvent un rôle ambigu. Mais ces Évêques ont souvent confondu les Américains sur ce qu’ils comprenaient comme « droits » et « liberté » avec ce que l’Église comprend comme la « liberté » — cette « liberté » qui est définie par la Croix de Jésus-Christ. Ils étaient heureux que le gouvernement Américain ait toléré le Catholicisme et qu’en dépit des véritables débordements de l'anti-Catholicisme dans ce pays, les Américains sont un peuple tolérant — aussi longtemps que vous gardez votre religion pour vous-même et que vous n’essayez pas de proclamer haut et fort des Vérités morales qui sont absolues.

J’étais le Sous-diacre samedi dernier à la Messe solennelle à l'église sanctuaire de Notre-Dame du Mont Carmel à Harlem. Cette paroisse était la maison des immigrants italiens qui sont venus dans ce pays au début du 20ème siècle pour échapper à la pauvreté du sud de l'Italie. L'Archevêque de New York à ce moment-là était furieux que ces gens en ce jour de fête qui signifiait tant pour eux, qu’ils aient déambulé leur religion dans les rues, qu’ils aient transporté la statue de Notre-Dame du Mont Carmel en procession et qu’ils aient eu a une grande réception conçue pour leur rappeler ce qu'ils avaient laissé en Italie. Il était furieux parce qu'il avait fait une paix avec l'individualisme radical de l'Américanisme que relègue la Foi Chrétienne derrière les portes closes de l'église et à la maison.

Mais vous voyez, ce point de vue a triomphé dans le pays sous tellement d’égards, où le Catholicisme a été apprivoisé d'être un lion menaçant et malodorant pour être un ours en peluche de plus dans toutes les dénominations. Comment expliquer autrement Tom Kaine, gouverneur de Virginie et vice-candidat à la présidentielle avec Hillary Clinton, qui est la candidate démocrate à la Présidence. Kaine est un Catholique pratiquant qui dit qu’il est personnellement opposé à l'avortement mais qui soutient le droit à l'avortement qui est la loi du pays. Hillary est le produit du Protestantisme libéral, qui, du point de vue du Christianisme Traditionnel, est presque mort. Kaine ne voit aucune contradiction morale dans ce qu'il fait. Et il peut le faire parce qu’il a intégré la vision Américaine de la religion comme purement individualiste et, ce faisant, il nie le fondement même de la Foi Chrétienne qui est l'homme, Jésus-Christ, qui est aussi le Dieu de Dieu. Et il a le soutien de beaucoup de ceux qui sont les icônes du Christ, savoir les Évêques de l'Église. Trop de ces hommes ont non seulement avalé les pires aspects de l'Américanisme, mais ils sont devenus les Pharisiens de notre temps. Ils portent leurs chapeaux pointus, portent leurs crosses et sont les successeurs des Apôtres, mais ce qu'ils prêchent n'a pas de fondement dans la revendication radicale de Jésus-Christ d'être le seule Voie, Vérité et Vie. Au nom de la miséricorde et de l'inclusion, ils nient la nécessité de la repentance et de se tourner vers le Seigneur, et disent des choses comme suit : « Je ne voudrais pas utiliser l'Eucharistie comme une arme contre à la conscience de quelqu'un ». Mais qu’est-ce au monde que cela signifie ? Ne craignent-ils pas jamais que lorsqu’ils mourront que le Seigneur leur demandera : « Pourquoi avez-vous permis tant de personnes de recevoir Mon Corps et Mon Sang indignement au nom de Ma Miséricorde et de Mon Amour ? » »

Les paroles de Saint Paul : « Frères, je désire vous rappeler maintenant la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée, que vous avez reçue et à laquelle vous êtes fermement attachés. C'est par elle que vous êtes sauvés, si vous la retenez telle que je vous l'ai annoncée ; autrement, vous auriez cru inutilement. Je vous ai transmis avant tout cet enseignement que j'ai reçu moi-même ».

Nous devons aimer nos Évêques, nous devons prier pour eux. Leur tâche est tellement difficile dans l’âge actuel. Et je prie pour que vous tous accueilliez notre Évêque avec amour et affection à notre festival de la paroisse le 14 Août. Nous demandons l'intercession de Saint Ignace de Loyola dont la fête fut célébrée hier et qui, en tant de façons, illustre la virilité et de témoignage Chrétien pour qu'ils aient le courage de transmettre ce qu'ils ont reçu et ce qui peut seul sauver, Jésus-Christ Notre Seigneur.

Saint Ignace de Loyola, priez pour nous et l'Église.