jeudi 21 juillet 2016

De rejeter les conseils du Cardinal Sarah

Imaginez si les laïcs faisaient cela !





Par : John-Henry Westen
Éditorialiste en chef de Life Site News
Jeu 21 juillet, 2016 - 15 :12 EST


SOURCE : Life Site News




21 juillet 2016 (LSN) - L'encouragement du Cardinal Robert Sarah aux prêtres de faire face au Tabernacle avec les fidèles pendant la Messe et, pour les fidèles, de recevoir la Sainte Communion à genoux a créé tout un émoi ! Le Vatican, qui est célèbre pour ses silences ou pour « réagir après des siècles » devant certains des scandales les plus sévères concernant même des Cardinaux, a réagi cette fois avec une rapidité foudroyante.

Le jour ouvrable immédiat après que le Cardinal Sarah revint de son voyage où il fit sa suggestion pour le culte traditionnel, le porte-parole du Vatican, le Père Federico Lombardi a émis un communiqué de presse. Le lendemain, la Conférence épiscopale des États-Unis émettait leur propre communiqué de presse s’en référant au Vatican qui dit aux prêtres il n'y a pas de « nouveau mandat pour le célébrant de s’écarter de la face de l'assemblée ». (Note : c’est sans compter l’Archevêque Nichols d’Angleterre qui était l’hôte du Cardinal Sarah quand ce dernier a prononcé cette suggestion et qui a écrit à tous les Évêques Anglais de ne pas donner suite aux propos du Cardinal Sarah le lendemain de son départ ! )

Le Cardinal Sarah n'a jamais dit que c’était un ordre, ne vous en déplaise. Il a humblement demandé à ses frères prêtres et Évêques de mettre en œuvre cette pratique, suggérant le 27 novembre — i.e. le premier dimanche de l'Avent (Où l’on tous supposer attendre la venue de Jésus lors de l’Avent ) — comme une date initiale possible. Il n’a pas insisté même s’il est le chef liturgiste de l'Église.

Imaginez si les Catholiques ne faisaient que ce qui nous en mandaté de faire dans l’Église. Combien plus pauvre serait notre Église si, par exemple, les Catholiques allaient seulement à la messe le dimanche, qui est l’exigence minimale ? Que si nous nous confessions une seule fois par année tel qu’il est exigé ? Et si nous recevions la Sainte Communion une seule fois par année pendant la saison de Pâques ?

Il n'y aurait plus personne pour retourner les crêpes et faire cuire le bacon et les saucisses à ces petits déjeuners de l'Église parce qu'il n'y a pas d’exigence pour cela. Eh ! il n'y aurait plus de soupers ni de petits déjeuners à l’église du tout ! Aucun contributeur pour les pauvres et pas de repas-partage qui bénéficieraient aux organismes de bienfaisance ni aux hôpitaux pour enfants. Il n'y aurait pas des Chevaliers de Colomb ou de groupes de femmes Catholiques. Les bonnes dames volontaires qui cuisent des recettes pour vendre et les bénévoles qui s’occupent des vêtements disparaîtraient. Oubliez les groupes de prière, les soupes populaires, les classes de catéchisme et même les écoles Catholiques.

Personne n'est mandaté pour devenir un prêtre — ça aussi bien sûr deviendrait une chose du passé.

Nous sommes tous appelés à faire des choses au-delà de ce qui est exigé. Nous sommes appelés à être généreux avec notre Seigneur. Donc, alors que nous, les fidèles, nous avons promis d’être généreux avec nos dons et nos talents au service de l'Église en dépit de la stigmatisation que le monde attache à cela, les prêtres courageux et Évêques ont fait la même chose et sont prêts à se sacrifier de l'admiration du monde pour honorer Notre Seigneur.

Il appartient aux fidèles d'encourager leurs propres prêtres et Évêques d'adopter les suggestions du Cardinal Sarah pour la liturgie. Certains de vos propres frères prêtres et Évêques qui préfèrent la liturgie du style des années 1970 vous regarderont probablement de haut à vous voir franchir cette étape.

Mais nous pouvons les encourager avec les paroles de la tête dirigeante de la Congrégation de l'Église responsable de la liturgie. Le Cardinal Sarah a dit que cette pratique devrait être appliquée avec « la confiance que le prêtre devrait avoir que c’est quelque chose de bon pour l'Église, quelque chose de bon pour notre peuple ».

« Chers Pères » a-t-il dit « nous devrions écouter à nouveau la lamentation de Dieu proclamée par le Prophète Jérémie : « Ils m’ont tourné le dos » (2 :27). Tournons-nous à nouveau vers le Seigneur ! »

Un Évêque en France a accepté déjà le défi du Cardinal Sarah.

L’Évêque Français Dominique Rey du Diocèse de Fréjus-Toulon a annoncé qu’il célèbrera la Messe « ad orientem » au dernier dimanche de l'Avent » et en d'autres occasions où c’est considéré approprié. « Avant l'Avent » a-t-il ajouté « j'adresserai une lettre à mes prêtres et au peuple sur cette question pour expliquer mon action. Je les encouragerai à suivre mon exemple ».

Que Dieu vous bénisse, Évêque Rey ! Et Que Dieu vous bénisse tous !