dimanche 24 juillet 2016

Mesdames ! Le printemps est fini...
Voici les plans de François
pour les Ordres religieux
Néo-Conservateurs





Écrit par Hilary White
ex-correspondante à Rome
Le 23 juillet 2016
SOURCE : The Remnant





Vous pouvez aussi consulter complémentairement
à cet article celui plus récent de M. Ferrara (Centre de Fatima)
portant sur le même sujet et qui analyse
deux articles spécifiques de Vultum Quaerere Dei

Le Pape a émis de « nouvelles lignes directrices « pour les moniales contemplatives et il a déclenché toutes mes alarmes, les longues, les bruyantes et les terrifiantes comme les sirènes de raids aériens. C’est peut-être l'une des choses les plus sinistres que j'ai vues de la part de Bergoglio jusqu'ici, mais je pense que peu de gens vont comprendre comment c’est grave ou que ça pourrait l’être.

Presque personne ne pense un moment aux moniales. Une fois qu'elles sont cloîtrées, le monde les oublie. Mais la vie religieuse contemplative est comme les mitochondries de l'Église. Elle est la source d'énergie de la cellule qui fait fonctionner tous les autres systèmes. Les mitochondries sont les plus discrètes et cachées des organites du corps et, pendant longtemps, leur raison d’être n'a pas été entièrement comprise. Mais maintenant, nous savons que nos vies dépendent de la santé de cette petite chose minuscule, secrète et cachée. Et les maladies mitochondriales — lorsque les mitochondries ne fonctionnent pas — sont dévastatrices.

Je crois que l'une des principales causes de la grande chute du Catholicisme a été le torpillage de la vie religieuse. Et ne vous méprenez pas, cela a été fait délibérément, consciemment et avec une grande malice ( voir témoignage (anglais) d'un psychologue Catholique converti et contrit qui avoue les méthodes pour désacraliser les Ordres religieux ). Je crois que les deux choses qui devaient arriver pour obtenir le résultat que nous constatons, furent en premier lieu l’attaque sur la Messe, puis ensuite sur les religieux. Il était nécessaire de boucher les deux grands conduits de grâce dans la vie des Fidèles, le Saint Sacrifice et de la vie consacrée à la prière et à la pénitence. Les deux ont été presque détruits par les révolutionnaires et ce qui en survit des deux est maintenant sous attaque renouvelée.

Regardons d'abord les sections pertinentes du document intitulé Vultum Quaerere Dei ( qui veut dire « La recherche du Visage de Dieu ». Voir document complet ici en français. ). Il a été publié aujourd'hui, à l’occasion de la Fête de Sainte Marie-Madeleine (récemment restaurée dans le camp de concentration Novus Ordo). Comme quelqu'un l'a dit aujourd'hui, « une fois que vous enlevez le sucre », il y a certains éléments profondément troublants dans ce document si vous savez comment la vie religieuse fonctionne et quelque chose sur le genre d'hommes qui en sont maintenant responsables.

Période de formation obligatoire : « pas moins de neuf ans »

D'abord, le document a ordonné quelque chose qu’aucun Pape n’avait déjà jamais essayé de faire, à savoir d'exiger une durée uniforme de temps pour la formation dans toutes les communautés contemplatives et une durée qui est beaucoup plus longue que la plupart des communautés ont actuellement. Ce fut la première chose que j'ai entendue par un contact à Rome qui m'a appelé ce matin pour demander combien de temps est la durée habituelle de formation. Je lui ai dit que ça variait d'Ordre en Ordre et de Maison en Maison, mais c’est généralement de six mois pour le postulat, ensuite deux ans pour le noviciat, puis trois ans pour les vœux « temporaires ».

La tendance depuis les réformes Tridentines s’est avérée des périodes de préparation de plus en plus longues et certains des Ordres cloîtrés étendent cela jusqu'à sept ans. Il y a eu certains Théologiens qui ont décrié cette tendance en disant qu'elle est nuisible à la communauté religieuse et au monastère.

Mais tout cela est fini maintenant.

L'article 15 dit :« Ils assureront un accompagnement personnalisé des candidates et favoriseront pour elles un parcours de formation adapté, étant bien entendu que pour la formation initiale et celle après la profession temporaire « on doit ménager un laps de temps suffisamment long » autant que possible non inférieur à neuf ans ni supérieur à douze ans ».

Dans la longue histoire de la vie religieuse, l'Église a toujours sagement laissé les détails de la formation à chaque communauté pourvu que ce soit dans le cadre des Normes générales. Le Droit Canon ne requiert seulement que le noviciat inclut une « année canonique ». La notion de « vœux temporaires » est nouvelle ( c’est-à-dire qu’avant le 15ème siècle, vous faisiez vos voeux après le noviciat et c’était tout ) et sa valeur est encore largement débattue. Il y a une école de pensée qui affirme que ces longues périodes à être dans cette situation indéterminée « temporaire » dans un monastère sont intrinsèquement déstabilisantes à la fois pour la personne et pour la communauté. La nouvelle règle de François signifie qu'il faudra un minimum de neuf ans pour juste savoir si une religieuse restera dans la communauté.

C’est doublement important puisque, à notre époque, les monastères sont souvent de petits groupes et il y a beaucoup de fonctions dans un monastère qui ne peuvent pas être tenues par un moine ou une nonne qui n’a pas entièrement prononcé ses voeux. Dans les monastères Bénédictins, seulement les religieuses ayant prononcé entièrement leurs voeux peuvent siéger au Chapitre ou sur un conseil de gouvernance. Seules les religieuses ayant prononcé entièrement leurs voeux peuvent être entièrement Abbesses ou Prieures ou sous-Prieures. Seulement des religieuses ayant prononcé pleinement leurs voeux peuvent même avoir une place permanente au chœur à certains endroits. Une personne n’est tout simplement pas entièrement un membre de la communauté jusqu'à la profession de tous leurs voeux.

Il y a beaucoup d’implications à cela selon diverses perspectives, mais pensez-y un instant. Certaines communautés contemplatives acceptent les femmes jusqu'à 45 ans (Carmélites et Bénédictines en Angleterre et Visitandines partout). Une personne qui a une vocation « tardive » et qui entre à cet âge ne sera pas même capable de savoir si elle sera en mesure de rester pour « consumer sa vie pour Dieu » avant qu’elle n’ait 54 ans. Elle ne saura pas si elle pourra même rester en tant que membre de la communauté jusque-là. Quel genre de blessure est-ce que ça fera à la fois à la stabilité interne et externe, une composante de base dans la vie contemplative ?

Depuis deux mille ans, l'Église a compris que de telles règles, conformément à la liberté Chrétienne, doivent être laissées à chaque la communauté. Jusqu'à présent, jusqu'à ce que le Pape François ait décidé que toutes ces religieuses qui décidaient de ces choses pour leurs communautés était juste un petit peu trop d'autonomie. En dépit du discours de François sur la « décentralisation » et la « synodalité », il est en train de devenir l'un des plus grands accapareurs impitoyables et scandaleux de pouvoir de toute l'histoire Catholique, piétinant les droits historiques des fidèles.

Les Fédérations : Autonomie ? Quelle autonomie ?

Article 29. « Personne ne construit l’avenir en s’isolant, ni seulement avec ses propres forces, mais en se reconnaissant dans la vérité d’une communion qui s’ouvre toujours à la rencontre, au dialogue, à l’écoute, à l’aide réciproque », ayez soin de vous preserver « de la maladie de l’autoréférentialité » et protégez la valeur de la communion entre les différents monastères comme un chemin qui ouvre à l’avenir, en renouvelant et actualisant en ce sens les valeurs permanentes et codifiées de votre autonomie ».

Article 30. « La fédération est une structure importante de communion entre les monastères qui partagent le même charisme, afin qu’ils ne restent pas isolés ». br>
« L’objectif principal des fédérations est de promouvoir la vie contemplative dans les monastères qui en font partie, selon les exigencies du charisme propre, et assurer l’aide à la formation permanente et initiale, et aussi pour les nécessités concrètes par l’échange de moniales et le partage des biens matériels ; en fonction de ces buts, les fédérations devront être favorisées et multiplies ».

Au cas où quelqu'un se demanderait si les monastères pourraient être laissés à eux-mêmes, pensez-y deux fois. L'accent mis sur les fédérations est très important et très sinistre ... littéralement. La plupart des fédérations Bénédictines, par exemple, sont désespérément corrompues avec un « libéralisme » néo-moderniste et ils exercent une énorme pression contre toute maison individuelle qui pourrait avoir envie de revenir aux pratiques liturgiques Traditionnelles ou aux pratiques monastiques. Actuellement, les décisions des fédérations n’ont aucune force de loi contraignante. Techniquement chaque maison est indépendamment régie et les membres de la fédération sont volontaires et consultatifs, mais cela n’est réellement vrai que sur papier. En pratique, la pression à se conformer est utilisée comme une arme contre les Traditionalistes d'esprit. Si François tente de forcer tout le monde à adhérer à une Fédération, vous pouvez parier votre dernier centime qu’il se propose de renforcer les pouvoirs des fédérations sur les maisons individuelles membres.

Et oui, le but est clairement de forcer tout le monde à adhérer à une fédération. La dernière section du document le rend explicite : vous êtes dans une fédération sauf si le Saint-Siège vous donne la permission de ne pas y être. C’est l’article 9 § 1. « Tout d’abord, tous les monastères devront faire partie d’une fédération. Si pour des raisons particulières un monastère ne pouvait pas être fédéré, l’autorisation sera demandée avec le vote du chapitre, au Saint Siège, auquel il appartient de faire le discernement voulu pour consentir au monastère de ne pas appartenir à une fédération ». .

Un ami Traditionaliste d'esprit à Rome, qui est un consultant théologique pour un certain nombre de groupes ainsi qu’employé pour un bureau du Vatican, a déclaré que ceci est un « document centralisateur » visant à rediriger l'autorité des communautés religieuses indépendantes et autonomes à Rome . Il a dit : « Ça concerne largement le renforcement des structures ».

Ce fut également l'évaluation de la revue Tablet d’extrême gauche du Royaume-Uni qui a dit : « Ce document ne constitue pas le premier geste centralisateur du Pape Jésuite sur la question des religieux : plus tôt cette année, il a statué que les Évêques doivent consulter le Vatican avant d’établir tout Ordre religieux dans leur diocèse ».

En effet, la section des règlements est pleine de ces petites réserves pour telle ou telle exemption ou modification, ou approbation ou autorisation qui doit être demandée auprès de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique du Vatican. En voici une autre qui concerne le type de cloître que la communauté souhaite avoir.

C’est l'article 10 § 1 : « Chaque monastère, après un sérieux discernement et en respectant sa tradition propre et ce qu’exige les Constitutions, demandera au Saint-Siège quelle forme de clôture il veut adopter, au cas où il demande une forme différente de celle en vigueur ».

Et bien sûr, une fois que vous avez révisé et adapté vos constitutions pour être en conformité avec ce document, ils devront être à la hauteur. Voici l’article §14. 2 à cet effet : Les articles des Constitutions ou des Règles de chaque Institut, une fois adaptés aux nouvelles dispositions, devront être soumis à l’approbation du Saint-Siège. .

Comparez cette microgestion avec les clauses connexes dans l'un des principaux documents qu'il abroge, le Verbi sponsa, 1999. Voyez des différences intéressantes dans le libellé. Verbi sponsa a également une note relative au changement de la forme du cloître : « Toute adaptation des formes de séparation d'avec l'extérieur doit être faite de telle sorte que « soit toujours maintenue une séparation matérielle » et elle doit être soumise à l'approbation du Saint-Siège.».

Subtil mais il y a une différence importante à « demander au Saint-Siège quelle forme de clôture, on veut embrasser... » Le vieux paradigme supposait que les monastères considèreraient leurs besoins et décideraient ce qu'ils voulaient et, ensuite, demandaient pour une approbation. Dans le paradigme Bergoglien, vous commencez par demander au Saint-Siège « quelle forme de clôture» vous voulez « embrasser » et puis vous apprenez à l’aimer.

Mon ami a fait le commentaire suivant : « À court terme, ce sera probablement un problème pour les petites communautés et pour les personnes qui veulent démarrer des communautés ».

« Plus précisément, les groupes ayant des liens avec de plus grands organismes tels que les groupes religieux Franciscains, avec des affiliations plus lâches aux grandes « familles » religieuses vont probablement voir des tentatives pour qu’ils se conforment aux plus grands institutions ».

« De nouveaux groupes – disons des gens qui veulent être Dominicains ou Passionnistes — auront beaucoup plus de difficultés à démarrer sauf s’ils doivent adopter le cadre d'esprit prédominant des plus grandes institutions ».

Et à l'heure actuelle, presque toutes les fédérations existantes de tous les Ordres sont décidément libérales post Vatican II, sinon « ultra-libérales ». Cela signifie, en bref, que, si vous voulez fonder une nouvelle maison Bénédictine qui serait en conformité avec Fontgombault ou Le Barroux ou Clear Creek, vous allez avoir de très, très grandes difficultés. Et encore plus difficile sera l’éloignement d'une maison existante qui fait partie d'une de ces Fédérations loin de la libéralisation, des tendances désacralisées. Si vous êtes dans une maison existante, mais que vos tendances « flower-power » ont disparu dans la brume et que vous voulez revenir aux pratiques Traditionnelles avec du latin et du chant grégorien, pas de chance pour vous.

Mon contact était tout à fait clair à ce sujet en me disant : « En pratique, il semble que ce sera presque impossible de démarrer un nouvel Ordre de type « Tridentin ».

Quelqu'un m'a demandé aujourd'hui : « Comment commencez-vous un nouvel Ordre qui, par définition, est toujours minuscule et seul s’il doit faire partie d'une fédération dès le départ ? » C’est une bonne question. Comment quelqu'un pourrait faire cela en vertu de ces règles ? De toute évidence, ce n’est pas possible. Tel est le but de la chose, c’est pour s’assurer qu'il y aura un plafond ou un frein à ce qui est évidemment une tendance qui alarme évidemment les hommes dans le Vatican Bergoglien.

Quelqu'un d'autre m’a fait la remarque qu’avec ce document aucune des communautés ou monastères conservateurs ou « traditionalistes » florissants actuellement auraient pu pourrait être fondés. Cela inclut précisément les Bénédictins Traditionalistes de Marie Reine des Apôtres dans le Missouri ou des groupes plus « conservateurs » et Traditionnels comme les Sisters of Life à New York.

Le commutateur de l’homme mort : Trop de vieilles choses ? Trop de Traditionalistes ? C’est fini.

Art. 8 § 1. « À l’autonomie juridique doit correspondre une réelle autonomie de vie, ce qui signifie : un nombre minimum de soeurs pourvu que la majeure partie ne soit pas d’un âge trop avancé ; la vitalité nécessaire dans le vécu et la transmission du charisme ; une réelle capacité de formation et de gouvernement ; la dignité et la qualité de la vie liturgique, fraternelle et spirituelle ; la pertinence et l’insertion dans l’Eglise locale ; la possibilité de subsistance ; une structure adaptée des bâtiments du monastère. Ces critères sont à considérer dans leur globalité et dans une vision d’ensemble. ».

§ 2. « Si les exigences ne sont pas remplies pour une réelle autonomie du monastère, la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Société de Vie Apostolique étudiera l’opportunité de constituer une commission ad hoc formée de l’Ordinaire du lieu, de la Présidente de la fédération, de l’Assistant fédéral et de l’Abbesse ou de la Prieure du monastère. En tout état de cause, une telle intervention aura comme objectif de mettre en route un processus d’accompagnement pour une revitalisation du monastère, ou pour engager sa fermeture ».

Et pas de recrutement furtif dans d’autres pays non plus ...

§3.6. « Même si les constitutions des communautés internationales et multiculturelles manifestent l’universalité du charisme, on doit absolument éviter le recrutement de candidates venant d’autres pays dans le seul but de préserver la survie du monastère. Des critères seront établis pour en assurer l’application ».

Ceci est la guillotine pour presque tous les monastères en Italie. Ce pays a la plus forte concentration au monde de maisons religieuses contemplatives et toutes sont presque composées d’une, deux ou trois Italiennes âgées et le reste de la communauté sont des personnes des Philippines, des Indes ou de l’Afrique. Si vous furetez sur l'Internet en langue italienne avec le terme « monache Benedettine », vous trouverez cette composition dans presque toutes les maisons du pays. Le fait de recruter dans d’autres pays est la seule raison pour laquelle les monastères en Italie sont encore ouverts.

Cet ensemble de clauses donne à la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, actuellement dirigé par un homme qui déteste manifestement la vie religieuse traditionnelle et la Sainte Foi Catholique, toute la puissance qu’ils ont besoin pour commencer tout simplement à une extrémité de leur botte et se frayer un chemin avec la hache pour fermer presque toutes les maisons dans le pays.

En outre, cette petite note relative à la « valeur du signe et à la participation à la vie dans l'Église locale » est plus importante qu'elle n'y paraît. Le fait de s’adapter à la « vie locale de l'Église » signifie que vous ne devez pas vous scandaliser du curé de paroisse Novus Ordo et de son petit groupe de dames dominatrices du conseil de paroisse. Cela signifie que si vous voulez du Latin, vous devez vous assurer que votre «Église locale» soit OK avec ça. Et voici un indice ; ils ne sont pas OK avec ça. Cela signifie qu’un monastère qui veut avoir l'ancienne Messe ne peut l’avoir que si l’idée est approuvée par l'«Église locale», qui signifie les paroisses Novus Ordo dans votre voisinage.

Maintenant, avant que tout le monde commence à se lamenter et à rechigner, je crois vraiment que c'est un bon signe pour plusieurs raisons. Tout d'abord, l'état lamentable de la vie religieuse est quelque chose qui ne peut pas être guéri aussi longtemps que l'Église continue à maintenir cette fausse pseudo-religion au sein de ses institutions. Un des plus grands remparts contre cette nouvelle pseudo-religion, « Novus Ordo », néo-moderniste, Vaticantwoisme ... appelez ça comme vous voulez, a été la vie religieuse. Les monastères ont embrassé le Novus Ordo et ceux qui ont survécu ont été corrompus par lui à des degrés divers. Le plus tôt que nous forçons les religieux à choisir entre l'extinction ou revenir à la vraie Foi, entre recevoir un coup de tranche du Vatican décidé à détruire la Foi tout à fait ou à se réformer, le meilleur c’est. Quelle que soit l’issue, nous gagnons.

L’idée d'un homme comme le Cardinal João Braz de Aviz, qui a été autorisé par le Pape à monter et descendre avec ses grosses bottes italiennes pour fermer chaque monastère qu’il n’aime pas semble horrible jusqu’à vous vous rendiez compte de la réalité de la vie à l'intérieur des monastères italiens. Je me suis entretenue aujourd'hui avec un prêtre qui est ami avec une religieuse dans un monastère Romain. Elle voulait commencer un nouveau monastère qui ne permettrait pas la télévision. Elle a dit : « Les religieuses italiennes regardent toutes des feuilletons deux fois par jour sur RAI », le radiodiffuseur laïque de l'État. Cette sœur ne pouvait pas trouver plus de quatre candidates désireuses de réformer leur vie et de revenir à une vie dévote, fervente, à la vie religieuse traditionnelle. J’ai dit à mon ami prêtre : « La raison pour laquelle il a été impossible à votre ami de trouver des vocations, c'est que ses exigences sont Catholiques et qu’elle cherchait des candidates dans une population qui est devenue radicalement dé-catholicisée ».

La vie religieuse italienne est en train de mourir d’une infection fongique causée par la nouvelle religion. La ferveur n’est pas vraiment quelque chose que l’on peut trouver à tous les coins Novus Ordo de l’Église Italienne. Franchement, le temps est passé pour opérer une certaine taille.

Deuxièmement, c’est clair que cela est une réaction contre la croissance des communautés plus nouvellement « conservatrices » et de tradition d'esprit. Cela semble être une mauvaise chose devant cela mais pensez-y un instant. Pourquoi une telle réaction devrait se produire chez ces personnes s'il n’y avait pas quelque chose contre lequel se déchaîner ? La promulgation de ce document, lequel est évident qu'il est destiné à écraser une telle renaissance, signifie qu'il y a un renouveau qui est en cours ... Il est destiné à écraser les germes. Cela signifie que les Cent Ans d’Hiver montrent des signes du printemps. Meilleur nouvelle que j'ai entendue cette semaine.

En outre, on attendait cela depuis un certain temps. Étant donné que la nouvelle direction a été mise en place à la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, le Vatican de François a compris d’une façon ténébreuse que les religieuses ont juste besoin d’embarquer dans le programme, ou alors... Si vous étiez une hérétique partisane anti-religieuse de LCWR ( note : Leadership Conference of Women Religious --- Leadeship de la Conférence des femmes religieuses ), marxiste, pro-avortement et en faveur de l’ordination des femmes, ce document est tout un beau dialogue accompagné d’un beau panier de fruits. Mais si vous êtes les Sœurs Franciscaines de l'Immaculée, faites attention ...

Le document, en bref, est une tentative de fermer les voies de l'opposition — et de s’échapper d’elle — au nouveau paradigme de François et ses amis qui ont été bien occupés à l'installer dans l'Église, à cimenter la direction ultra-libérale et, selon les paroles de son lieutenant, le Cardinal Maradiaga, faire en sorte qu’on ne pourra jamais annuler ses modifications. La restructuration permanente de l'Église entière de haut en bas, l'installation d'un paradigme religieux radicalement différent, a été le but dès le début.

Ainsi c’est bien déterminé qu’en fait le régime s’assure qu’il n'y a pas de doute concernant le changement de la vie contemplative que François a déclaré dans ce document qui l'emporte même sur le Droit Canonique. Il précise que tout Canon qui serait « en contradiction directe avec tout article de la présente Constitution » sera abrogé.

Et ne pensez pas qu'ils ont terminé avec ce document ; l'une de ses réserves est que nous devons nous attendre à un document législatif directement de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique qui donnera des détails sur la façon dont les religieuses devront « réviser » leurs constitutions pour adhérer à cette nouvelle législation.

Que faisons-nous à ce sujet ? Depuis quelque temps, je n’ai pas soutenu l’idée d’une renaissance générale de la vie religieuse dans l'Église. Il y a un bon capital émotionnel investi dans les petites pousses qui surgissent ici et là et elles sont indéniablement un bon signe. Mais un renouveau dans l'Église de la vie religieuse, sous quelque forme, ne sera pas possible jusqu'à ce qu’il y ait un renouveau de la Foi dans l'institution, jusqu'à ce que Rome, en bref, revienne à la Foi de nos pères. D’ici là, toute petite pousse va être vulnérable aux vicissitudes des Évêques et de leurs maîtres lunatiques du Vatican.

Mais j’ai une suggestion si quelqu'un est intéressé. Je crois que la seule façon que la vie contemplative — les mitochondries du Corps du Christ — vont être préservées de la tempête à venir, c’est de la même manière qu'ils disent que les mammifères ont survécu à l'astéroïde extincteur des dinosaures. Je parle de groupes si petits, si flexibles d'adaptation qu'ils ne peuvent pas nous trouver pour nous écraser.

C’est la solution de guérilla du Christianisme souterrain. Les prières dites sous la persécution sont plus puissantes que toutes les autres sortes ; en effet, notre civilisation a été fondée entièrement sur elles. Il semble que ce soit possible que Dieu nous prépare pour exactement ce genre d'éventualité. Et nous devons nous rappeler que ce n’est pas la liberté civique ni même l'encouragement ecclésiastique qui provoque l'épanouissement de la vie religieuse ou même qui répande la vie spirituelle, mais c’est la grâce du Saint-Esprit.

Réfléchissez à ceci : des vœux privés ne doivent pas aller nulle part proches d'un Évêque, ils peuvent être faits à un prêtre ou un abbé directement. On n'a pas à être reconnu par un Évêque en vertu du Canon 603 pour vivre la vie d’ermite laïque sous la supervision et l’obéissance d'un abbé ou même d’un humble curé. Aucun Évêque n’a besoin de savoir quoi que ce soit à ce sujet. En fait, une telle supervision privée est quelque chose que personne sauf les sœurs et leurs directeurs ont besoin de savoir. Ils peuvent être les ninjas de la prière contemplative de l'Église Catholique. Et étant donné le don de l'Internet, nous pouvons répandre partout un tel remède.