mardi 17 janvier 2017

« Rome se comporte en observateur silencieux »




* * * * NOUVEAU Mardi, 17 janvier 2017. “Le fossé ne cesse de se creuser : Florence contre Rome, la Pologne contre l’Argentine, Malte contre Milan... C’est ce qu’on appelle un schisme de fait.”

C’est en ces termes très clairs que le quotidien “Tagespost” a commenté la décision de l’Evêque de Malte d’admettre à la communion eucharistique les divorcés-remariés sans autre forme de procès. Guido Horst, le correspondant du journal à Rome, exprime ses critiques dans cet article : il estime que “Rome ne tient plus son rôle d’instance de clarification, mais se comporte en observateur silencieux de la disparition de l’unité dans l’action pastorale de l’Église.”

L’article du “Tagespost” relève aussi que cet état de non-décision s’exerce sur le dos des petites gens et, de ce fait, très concrètement, sur le dos de nombreuses paroisses. Celles-ci se voient en effet contraintes d’expliquer tant bien que mal aux fidèles, et aussi à ceux qui se tiennent à distance de l’Église, ce qui est en cours de changement : la morale, les sacrements, la pastorale...

Nous sommes dans l’aboutissement d’une crise gravissime qui a longuement germé en s’enracinant tant dans la dislocation de la liturgie fomentée par les évêques de l’après-Concile puis entretenue par les pasteurs d’aujourd’hui que dans l’officialisation d’une catéchèse vide de tout contenu. Le tout se faisant avec l’appui des laïcs en responsabilité qui font la pluie et le beau temps dans les paroisses avec la complaisance de fidèles rendus incapables de taper une bonne fois sur les tables de sacristies en criant : “Cessez de nous prendre pour des débiles !”

Et observant tout ça, un Pape qui annonce sans rire et dans la complète indifférence des fidèles qu’il est “un peu fourbe” et que l’Histoire gardera de lui l’image d’un diviseur...

SOURCE : PRO LITURGIA sous l'onglet ACTUALITÉS en date du 17 janvier 2017