vendredi 13 janvier 2017

L’important site The Wanderer élève la voix




par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 13 janvier 2017



Que François ne sera pas capable de matraquer l'Église à accepter l'érosion drastique de l'ordre moral auquel la Lettre des Quatre Cardinaux s’adresse devrait être apparent à partir de l'opposition à Amoris Laetitia qui se lève partout dans le monde Catholique, s’étendant dans des cercles qui peuvent être difficilement considérés comme « radicaux traditionalistes » (quoi que cela signifie).

Comme en fait foi un article qui vient de paraître dans The Wanderer, une publication qui a une longue histoire de s'opposer aux objections traditionalistes à l'innovation post-Vatican II de l'Église. Dans une première page, l'article ci-dessus par Joseph Matt intitulé « Ce n'est pas seulement les Quatre Cardinaux qui ont besoin d'une réponse », Matt ne donne pas de coups de poing.


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Comme l'a fait cette chronique, Matt défend non seulement les Quatre Cardinaux, mais critique également le retrait soudain du Cardinal Müller de ses réserves sérieuses à l'égard d'Amoris Laetitia — y compris quelques pages de corrections proposées au document qu'il a présentées comme Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et dont aucune n'a été acceptée. Matt s’élève également contre la tentative honteuse de Müller d’écraser les Quatre Cardinaux sur son passage.

« Il semble qu'un autre prélat ait abandonné son poste » écrit Matt, se référant à Müller. Considérez les implications de cette seule phrase : c'est-à-dire que Müller devrait défendre l'intégrité de la Doctrine Catholique contre un document promulgué par le Pape ; qu'il y a une véritable guerre en cours et que Müller a montré de la lâcheté face à l'ennemi en abandonnant son poste.

L’envolée de Müller dans l'herbe haute est, continue Matt, « un coup critique à la situation actuelle des dubia. Quelle est la pertinence d'une telle congrégation si elle ne peut pas répondre à une question qui nécessite une clarification concernant la Foi Catholique ? Le camouflet de Mueller ajoute à la campagne interne implacable et peu charitable pour marginaliser ces Quatre courageux Cardinaux. Leur traitement par leurs pairs n'est rien de moins que scandaleux et constitue une grave injustice pour eux et pour notre Église. Ces bons hommes qui recherchent simplement la clarté et les réponses aux questions fondamentales concernant la Foi Catholique ne méritent pas le genre d'irrespect qu'ils reçoivent de leurs collègues ecclésiastiques. Remontant encore de plusieurs crans, Matt remarque à juste titre : « Le temps du silence sur cette question entre les Cardinaux, les Évêques et les prêtres est passé. Ne vous y trompez pas ; c'est un événement qui a tracé une ligne dans le sable et qui aura des conséquences dans l'avenir immédiat de l'Église Catholique. Ceux qui gardent le silence sur cette question seront complices de ses conséquences. Malheureusement, le Vatican, par l'intimidation et de façon presque dictatoriale, a essayé de décrire les Quatre Cardinaux et ceux qui les soutiennent, comme minant le Pape ou les a écartés de la main à cause de prétendues arrière-pensées.

Mais qu'en est-il du rôle du Pape lui-même ? Il ne semble plus, semble-t-il, que le Wanderer soit précautionneux à identifier le problème au sommet qui se ramifie ensuite vers le bas en d’énormes problèmes. L'article de Matt se termine comme une sorte de lettre ouverte à François, exigeant respectueusement qu'il mette un terme à la crise que lui seul a créée avec ses propres paroles :

« Quiconque est instruit avec un enseignement Catholique de base sait que quelqu'un dans un état objectif de péché mortel ne peut pas recevoir le Sacrement .... Si cette exception est permise, logiquement notre Foi Catholique s’effiloche rapidement. Elle perdrait sa base et sa substance, purement et simplement. Tout Catholique catéchisé le sait.

« Avec tout le respect qui est dû, le silence du Pape sur cette question et l'attaque sans relâche contre les Quatre Cardinaux élargissent la division croissante dans l'Église. Les Catholiques sérieux sont de plus en plus inquiets et même fâchés que la Foi qui leur a été transmise — avec une base historique de 2 000 ans d'enseignement magistral et de tradition — soit minée et menacée.

« Il y a certaines questions que seul le Pape peut résoudre et c'est l'une d'entre elles. Pas son porte-parole, pas ses représentants, mais le Berger des Bergers, le Pape, le représentant du Christ sur Terre, doit répondre et guider le troupeau quand des questions de cette ampleur se posent. Et, après tout, ce sont les propres paroles du Pape qui ont créé cette controverse ....

« - Votre Sainteté, les Cardinaux méritent une réponse ; les fidèles Catholiques méritent une réponse. Les fidèles Catholiques sont de plus en plus méfiants et en colère. La signification de cette Année de la Miséricorde qui vient de passer sonne creuse quand on regarde le traitement injuste des Quatre Cardinaux sincères bien en règle, réprimandés et sapés pour faire ce que Dieu les a appelés à faire. Les Cieux crient pour la simple justice sur cette matière ».

« L'intimidation et les menaces n'ont pas empêché les martyrs, les disciples et les fidèles Catholiques, à travers les âges, de proclamer les enseignements du Christ. Ne laissons pas cela nous arrêter. Défendez ces Cardinaux, défendez la Foi. Faites entendre votre voix.

Jamais dans sa longue histoire, le site The Wanderer n'a publié une telle critique d'un Pape siégeant. Mais jamais, dans l'histoire de l'Église, nous n'avons eu un Pape comme François.

Le site Wanderer doit être félicité pour avoir pris position publiquement contre un Pontife Romain manifestement déplacé au lieu de faire ce que d'autres commentateurs Catholiques ont fait : se tordre en bretzels dans une tentative désespérée d'expliquer comment un Pape pourrait supporter l'idée que les gens vivant dans un état continu d'adultère public pourrait être admis à la Sainte Communion tout en continuant les relations sexuelles en dehors du mariage. Comme les Pharisiens, ils élaborent des « cas difficiles » pour rendre raisonnables les « exceptions » ignorant l'impossibilité intrinsèque de ce sacrilège.

Le Cardinal Walter Brandmuller, l'un des Quatre Cardinaux que le Cardinal Müller a en fait trahi, a dit ceci : « Quiconque pense que l'adultère persistant et la réception de la Sainte Communion sont compatibles est un hérétique et favorise le schisme ». Le problème étonnant qui se pose aujourd'hui, c'est que nous avons un Pape qui semble penser précisément cela et il garde un silence de tombe face aux dubia des Quatre Cardinaux.

Mais alors que le site Wanderer se joint aux Catholiques fidèles du monde entier en se levant contre cet abus sans précédent de l'autorité pontificale, il devient plus clair à chaque jour qui passe que François ne sera pas capable d'imposer sa volonté sur l'Église universelle. Cette controverse ne se terminera pas tant qu'un Pape n'aura pas réaffirmé de façon retentissante l'orthodoxie, que ce soit François ou son successeur. Dieu, pas François, est finalement responsable de l'Église ; et au bon temps de Dieu, le Saint-Esprit annulera ce que François a fait.