jeudi 12 janvier 2017

Le pouvoir des mots





SOURCE : Fatima Network News

Compris dans la grande quantité de désinformation que reçoivent les enfants de la part des adultes bien intentionnés est la notion que les paroles sont en quelque sorte sans importance. La plupart d'entre nous ont été formés à ce dicton : « Les bâtons et les pierres peuvent briser mes os, mais les paroles ne peuvent jamais me faire de mal ».

On peut enseigner à décourager une réponse violente à une insulte mais son affirmation est radicalement fausse : peu de choses peuvent nous blesser autant que des paroles. Une insulte peut ne pas fracturer un bras ou meurtrir une côte, mais elle peut nous cicatriser psychologiquement de façon profonde. Et un faux enseignement sur Dieu et la nature humaine peut ruiner une vie et mettre en danger une âme. ( Voir : «D'un philosophe renommé et ami de Jean-Paul II :« Le Pape doit agir pour éviter le schisme et l'hérésie »).

Certains d'entre nous qui ont vécu dans des temps plus sains sont encore capables d'être choqués et outragés par l'utilisation occasionnelle et omniprésente du langage obscène en public et dans le monde du « divertissement ». Nous ne nous habituerons jamais au mot « F » [note : « F » veut dire « Fuck » ou « baise » en français. Très mal vu en anglais ] comme socialement acceptable et, apparemment, nécessaire dans le dialogue des films. Nous devons éviter les médias si nous voulons conserver notre sensibilité. Nous devons même éviter les lieux publics où nous sommes susceptibles d'entendre des choses qui nous provoquent à la colère et au dégoût. Et nos dirigeants de l'Église ont peu fait pour s'opposer à la descente de la culture populaire dans les égouts où elle se putréfie maintenant.

Il est facile de désespérer du retour possible à un sens de la décence dans l'utilisation du langage, mais il est récemment apparu une lueur d'espoir — en Russie. Le Métropolite Hilarion, de l'Église Orthodoxe Russe, a proposé une loi qui punirait les gens pour avoir utilisé un « langage abusif » en public.

Hilarion, parlant à la télévision Russe, a déclaré ce qui suit :

« Je pense que pour dire des mots obscènes dans les lieux publics, les gens devraient être condamnés à une amende, ainsi nous romprons avec cette habitude laide. Nous ne devrions pas contaminer notre vie et notre environnement avec des paroles qui ne devraient pas être dites. »

En effet, pourquoi tolérer la pollution de la place publique avec un langage obscène ? Les lois interdisent de jeter des détritus à la rue et qui ne serait pas bouleversé par quelqu'un jetant ses ordures dans la rue ou sur le trottoir ? Les amendes existent pour dissuader de tels comportements et elles sont efficaces pour la plupart. Nous sommes fermement convaincus que jeter des détritus à la rue est erronée et ne devrait pas être tolérée.

Ne serait-il pas merveilleux qu'un tel consensus sur l'utilisation de mots obscènes soit retrouvé ? Imaginez être en mesure d'emmener vos enfants ou petits-enfants n'importe où sans crainte qu'ils entendent un langage dégoûtant ? Imaginez être libre d'avoir à l'entendre vous-même ?

Chaque fois qu'un tel langage est entendu, il a un effet corrosif. C'est un grand destructeur de l'innocence. Il donne scandale aux jeunes et blesse chaque âme pure qui doit la supporter. Et c'est l'agent de la laideur. Elle détruit notre sens du beau dans le langage qui doit être encouragé, car le langage est d'une importance suprême dans notre vie spirituelle.

Les mots ne sont pas seulement le véhicule pour exprimer la vérité ; ils sont le moyen de nous élever, nous et les autres, par la révérence et l'amour. Ils sont un grand don de Dieu pour nous en tant qu'êtres rationnels. Et le mystérieux et beau prologue de l'Évangile de Saint Jean commence par identifier la Parole avec Dieu.

Parler avec négligence, obscénité, est un péché terrible. Notre Seigneur nous dit que nous devons rendre compte de chaque parole que nous disons et que l'homme ne se souille pas par ce qu'il met dans sa bouche, mais par ce qui en sort. Notre Seigneur a aussi dit que nous parlions de la plénitude de nos cœurs.

Alors, qu'y a-t-il dans nos coeurs ? Écoutons ce que nous disons et apprenons.

Hilarion raconte qu'il n'a jamais utilisé de langage grossier même quand il était un jeune soldat. Quiconque a été dans l'armée sait ce qu'était une réalisation héroïque, presque inouïe. Il dit qu'il a été moqué d'abord, mais à la fin de son service, d'autres l'ont respecté et ont fait attention à leur langage grossier en sa présence.

Si nous le faisons connaître à toutes nos connaissances, et peut-être aux commanditaires commerciaux de l'obscénité, que nous ne tolérerons pas un tel langage, nous produirons un effet. Il est bien vrai que pour que le mal triomphe, il suffit que les bons ne fassent rien. Si nous ne disons rien en face de l'assaut du langage obscène, le mot « F » et ses variantes deviendront la norme, s'ils ne l'ont pas déjà réussi. Quoi qu'il en soit, il est temps de prendre position sur la question.

Rien, pas même le comportement lascif dans les films et à la télévision, n’a été plus destructeur de notre sens commun à la décence que la profanation de la langue. Le langage est la mesure de la santé morale d'une société. Quand les mots sont respectés et utilisés avec soin ; quand la clarté, l'éloquence et la beauté dans le langage sont admirés et aspirés à être faits ; quand les mots sont considérés comme des serviteurs de la vérité, non de la puissance ou de la grivoiserie, alors nous aurons une chance de vivre dans un monde décent qui reconnaît la parole comme un Don Divin à être utilisée au service de notre salut.

Tandis que nous attendons avec confiance le Triomphe que Notre-Dame de Fatima a promis, nous devons faire tout notre possible pour hâter ce triomphe. Nous ne devons pas nous retirer de la place publique mais proclamer la vérité dans sa plénitude et lutter pour cette vérité dans cette bataille finale entre satan et Notre-Dame.