jeudi 5 novembre 2015

Quelle Église préférez-vous ?

La « Synodale » ou la « Catholique » ?
Voyez tous les mots à la mode
qui caractérisent l'une et l'autre...

Humour   e n c o r e !
Ce n'est pas parce qu'on rit que c'est drôle



Écrit par : Fabio Colagrande
VINO NUOVO
SOURCE : Rorate Caeli
Le 29 octobre 2015

« La miséricorde, la tendresse, le pardon et l'ouverture sont les signes de la nouvelle Église. Cependant, soyons clairs : nous avons gagné ... »

Le Synode est terminé s’il y a encore quelqu'un autour qui ne le réalise pas, la miséricorde l’a emporté. En fait, elle l’a remporté haut la main. L'Église aura enfin le visage accueillant, super sucré, pour consoler les affligés des nombreux mariages ratés et autres, avec le baume tiède de la tendresse câline. Au milieu de la fanfare et des feux d'artifice, ce qui a triomphé a été « l'accompagnement » « l'intégration », « le discernement », « aimons-nous tout simplement les uns les autres » et « cela pourrait arriver à n'importe qui ».

Les trois semaines ont tracé le cours inéluctable qui se connectera inévitablement au « Jubilee » effréné et très attendu (pour lequel Rome est super-prêt, d'ailleurs !) sous la bannière du pardon, de « ceux qui ne le font pas délibérément », des « ok, mais je ne le ferai pas à nouveau », de l'amour qui ne juge pas et qui ne condamne pas qui que ce soit.

Dans cette Église flambant neuve, si splendide et resplendissante, il n'y a pas de place pour des punitions sans appel infligées par des visages aux sourcils froncés, il n'y a pas de place pour des terminologies cruelles et sans pitié ainsi qu’il n'y a pas de place pour l'insensibilité, la superficialité ou la dureté de cœur. En un mot [ou deux] : tout doit être « confortablement doux ». Les mots de passe pour l'avenir sont : l'ouverture, la compréhension, le dialogue, l'amitié, « plus de sympathie », « plus de gaieté », la petite tape dans le dos, les poignées de main et « allons boire un café ensemble, et je vais payer », etc. ... Mais au premier plan, nous avons encore de façon indéfectible : « les périphéries », « l'odeur de la brebis » et « cessez les potins ».

La vieille grande et mauvaise Église cléricale et austère se flétrissant de l'intérieur et tellement autoréférentielle, axée uniquement sur des petites formules, des tables, des listes de ce qui est bien et mal, ouvrant et fermant les portes à nouveau, laisse sa place à une Église avec des portes battantes, pacificatrice, ouverte, et [surtout] pauvre, qui a comme priorité l'accueil des pécheurs, des réfugiés et d’Eugenio Scalfari ( éminent journaliste italien athée et ami proche du Pape). L'objectif est d'amener tous les hommes au salut. Mais vraiment TOUS.

Nous le répétons : la miséricorde, la tendresse, le pardon et l'ouverture sont les signes de la nouvelle Église. Et tous ces désagréables Catholiques, ennuyeux anti-Bergogliens, conservateurs et traditionnels, qui se sont opposés à ce nouveau parcours lumineux et réformiste en essayant de ralentir, en obstruant ou même en sabotant le travail du Synode par de faux « scoops » ou par des manœuvres obscures, autant qu’ils sont méprisables, affreux, sales et méchants pécheurs, qu’ils soient mis au pilori, détestés, humiliés, pointés du doigt, moqués et condamnés sans appel aux douleurs les plus atroces de l'enfer et à brûler là pour toujours au milieu de ces flammes éternelles où il y a des pleurs et des grincements de dents !

Nous avons gagné, na-na-na-na-na! Cassez votre pipe alors parce que la miséricorde a gagné en ce jour ! Peut-être.