mardi 10 novembre 2015

Le Manteau de Marie...

Pas un concept... Une réalité




SOURCE : National Catholic Register

Même un missile qui frappait ne pouvait pas arrêter la Messe du dimanche dans cette église Syrienne !

Le pasteur a crédité la Vierge Marie pour sa protection de la communauté d'un tir de missile qui aurait été mortel s’il avait explosé sur leur église. Il n'a pas explosé !

ALEP — Quand un missile a frappé le toit de l'église de la Paroisse Saint François à Alep, en Syrie, la communauté n'a pas fui — et fut exempte de tout mal.

Le missile n'a pas explosé lors de l'impact, mais a atterri en n’explosant pas. Les fidèles ont donc continué la liturgie à l’extérieur, confiants dans la protection de la Vierge Marie.

« Si la bombe avait explosé au-dessus de la coupole, ça aurait pu être une tragédie » a déclaré le Père Ibrahim Alsabagh, le célébrant de la Messe. « Même si elle avait juste fait tomber le lustre, ça aurait tué environ 10 personnes. Comme je l'ai dit à ma communauté, ce fut le Manteau de la Vierge qui nous a protégés ».

Environ 400 personnes assistaient à la Messe du dimanche du 25 octobre, mais seulement six fidèles ont subi des blessures mineures.

L'attaque a eu lieu à 17 heures. Selon l’organisation d’aide et de charité Catholique internationale « l'Église en Détresse (AED) », le prêtre a dit que le missile a probablement été lancé à partir du vieux quartier de la ville d'Alep qui est contrôlé par les rebelles djihadistes.

Le Père Alsabagh a décidé de poursuivre la Messe dans le jardin de l'église après que les Fidèles se soient calmés.

« Certaines personnes ont été surprises de ma réaction. Mais c’est dans le Seigneur que nous trouvons notre force, en union avec Lui par la prière. La force de continuer, et même avec plus d'énergie maintenant que nous devons réparer notre église » a-t-il dit.

Le Père Alsabagh est un prêtre de la Custodie Franciscaine de la Terre Sainte. Il a dit à l’« Église en Détresse » que l'attaque était liée à la haine anti-chrétienne. Il a dit que des attaques précédentes avaient aussi ciblé cette église.

« Il y a ceux qui veulent éliminer tout signe possible de réconciliation et d'ouverture » a-t-il dit.

« Nous aspirons à la fin de ce chaos et que nous allons bientôt être capables de parler de ces incidents comme quelque chose du passé » a-t-il dit. « Et sans crainte que les attaques pourraient se produire à nouveau à tout moment ».

Au cours des dernières semaines, les bombardements à Alep et dans d'autres villes syriennes se sont intensifiés depuis que les avions militaires russes ont commencé à prendre part à la guerre civile vieille de quatre ans.

On rapporte que le commandement militaire Russe soutient qu'il vise les rebelles et les groupes jihadistes dont ISIL et les groupes rebelles soutenus par les US qui luttent contre le régime du Président Syrien Bachar al-Assad.