samedi 21 novembre 2015



Écrit par : Peter J. Leithart
SOURCE : First Things

Dès la première nuit après que Daron Babcock eut déménagé dans la région défavorisée du sud de Dallas à Bonton, un de ses voisins, défoncé et belliqueux, l'aborda dans sa maison. Ça a fini par une bataille sur la pelouse de Babcock. Le lendemain matin, le voisin était de retour à sa porte, pas pour se battre mais pour présenter ses excuses et demander de l'aide.

Voilà pourquoi Babcock était là. Un lutteur de collège et chef d'entreprise réussi, il a quitté le confort de Frisco, une banlieue nord de Dallas pour vivre avec les résidents de Bonton et les servir. Il a accepté les excuses de son voisin et a offert de le rencontrer sur son porche tous les jours pour lui parler et l’écouter. Bientôt d'autres se sont joints à ce qui est devenu un apostolat.

Bonton est un quartier oublié niché au sud-est de la zone chatoyante du centre-ville de Dallas. Bien que son nom dériverait du français « Bon ton », déjà dans les années 1930, ce quartier avait une réputation de criminalité. Tous ses malheurs n’ont pas été auto-infligés par contre. Les Blancs racistes ont bombardé les résidents noirs à plusieurs reprises au cours les années 40 et 50 et la zone a été inondée à plusieurs reprises lorsque la rivière Trinity débordait.

Babcock savait déjà avant qu’il y ait déménagé que les résidents de Bonton avaient besoin de Jésus et d’emplois. Ce qu'il ne savait pas, c’est qu'ils avaient besoin de nourriture. Bonton est l'une des dizaines de zones autour de Dallas classées par la FDA ( Food and Drug Administration ) selon un terme défini de différentes manières, mais l'idée fondamentale est auto-explicative, c’est un « désert alimentaire » : un désert alimentaire est une zone urbaine sans approvisionnement régulier abordable de nourriture saine et fraîche.

Dans Bonton, il y a un dépanneur (qui, dans le passé, était doublé d’un bordel et d’un centre de distribution de drogues) où les gens peuvent acheter leurs sucreries et leur soda au raisin mais guère plus. Babcock a réalisé que ses voisins se tuaient avec la malbouffe. Après avoir rassemblé des résidents pour un voyage épuisant de trois heures à l'épicerie la plus proche, il a eu une idée qui répondaient à divers besoins de la communauté en une solution élégante : faire un jardin, mettre les résidents à y travailler, vendre les produits, et d'utiliser l'ensemble du projet comme un programme d’apostolat.

Trois ans plus tard, le jardin de Babcock a grandi en la « Ferme Bonton » parrainée par l’organisation « Les Missionnaires Urbains » ( HIS Bridgebuilders ), un ministère basé à Dallas. La ferme est située sur un terrain à la fin d'un cul-de-sac dans l'ombre de la digue de la rivière Trinity. Les résidents de Bonton travaillent à la ferme en cultivant des oignons, des carottes, du chou frisé, du chou et de la roquette et élèvent des poulets, des dindes, des chèvres et des porcs récemment acquis. Ils récoltent du miel de leur ruche en le vendant comme le « Miel de Bonton » et ils ont un système hydroponique astucieux qui contient des dizaines de tilapia ( poisons végétariens ) dans un tambour de cinquante gallons et ils recyclent les eaux de ruissellement riches en éléments nutritifs pour fertiliser les bacs de légumes en croissance. La ferme vend des produits pour les résidents locaux habitant les logements subventionnés à côté de la ferme et la ferme dispose d'un stand au marché de producteurs dans une autre partie de la ville. Les entreprises secondaires ont vu le jour autour de la ferme et l’organisation « Habitat pour l'Humanité » et d'autres organismes sans but lucratif se sont joints.

La ferme embauchent les toxicomanes en réhabilitation et les ex-détenus qui peuplent Bonton. Babcock ne prend pas n’importe qui. Les employés doivent prouver qu'ils sont sérieux en participant à des études bibliques et il les met à travailler sans salaire jusqu'à ce qu'ils prouvent qu'ils ne consomment plus. Une fois qu'ils franchissent ces obstacles, ils reçoivent une allocation hebdomadaire. Ce n’est pas beaucoup mais c’est plus que ce qu'ils peuvent trouver ailleurs et ils font un travail honnête qui sert le quartier. Certains, comme Patrick Wright, le berger, assument la responsabilité de la gestion des animaux de la ferme.

Chaque deuxième samedi, les habitants de Bonton se rassemblent à la ferme pour une journée de travail. Ils plantent, arrachent les mauvaises herbes et répandent des copeaux de bois. S’il n'y a rien d'autre à faire, ils marchent sur les trottoirs et prient pour le quartier. Babcock a levé de l'argent pour construire un centre communautaire à côté de la ferme.

Alors que j’explorais la ferme avec mon hôte, Clint Hail de l’organisation « E3 Partners », un autre ministère basé à Dallas, nous avons conversé avec Kebe Cummings, un ancien toxicomane, et Mark Carter, qui avait récemment terminé une longue peine de prison pour avoir vendu de l'héroïne. Mark et Kebe ont plaisanté au sujet de leurs problèmes de logement, chacun essayant de reléguer au second plan l'autre. Kebe n’a pas eu d'eau chaude pendant des mois et a eu de la difficulté à trouver un endroit permanent pour vivre. Mark cuisine sur une plaque chauffante et souhaite prendre un bain.

Pour les deux, cependant, la ferme a été une bénédiction. Kebe admet qu'il a vécu une vie qui détruisait sa communauté. Maintenant, il veut contribuer à sa reconstruction. Pour Mark, la ferme a donné un sens à sa vie qui était sans direction. « Quand je suis arrivé ici, je me suis senti apprécié, un sentiment de calme et d'énergie positive ». Mark Told a déclaré au journal « Dallas Morning News » : « J’aide à la récolte, je nourris les animaux, je pellette au mieux de mes capacités. Je fais quelque chose de ma vie ».

Esaïe a promis que le Seigneur ferait du désert un jardin. Rien ne semble plus utopique. Mais, dans ce désert de nourriture de Dallas, la poésie et la prophétie sont devenues réalité. L’Évangile et un service diligent a fait croître une rose dans le désert comme la vie d'entre les morts.



Peter J. Leithart est président de Theopolis Institute.