dimanche 29 novembre 2015

Des repères dans le brouillard


SOURCE : par Christopher A. Ferrara
Fatima Network Perspectives
Le 27 novembre 2015

Au cours des deux dernières années et demie, nous avons entendu beaucoup de bavardages Néo-Modernistes à propos de « l'inclusion » et des portes grandes ouvertes de l'Église — comme si elles étaient fermées avant. Nous avons également entendu beaucoup de rhétorique démagogique à propos de « rencontrer les gens là où ils sont » — comme si la « miséricorde » signifiait que l'Église doit accueillir les personnes dans leurs péchés parce qu’il y a en a tant qui pèchent, et cela est la « réalité ».

Nous assistons à un aussi dénigrement programmé de la Doctrine Catholique elle-même comme si la Parole révélée par Dieu ne n’est rien de plus qu'un ensemble de « règles » qui peuvent être « levées » dans le domaine de la discipline sous prétexte de « miséricorde ».


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Mgr Paul -André Durocher du Québec, l'un des principaux agitateurs progressistes au Synode Bidon, caractérise cette fausse opposition entre la Doctrine et la discipline. Un journaliste lui demande : « Est-ce une question de Doctrine ou est-ce de discipline ? » Réponse de Mgr Durocher : « Si vous voulez de la Doctrine, aller lire Denzinger ». Ce mépris ouvert pour les Doctrines authentiques de la Foi par des prélats de haut rang représente une nouvelle phase dans l'avance de ce que Mgr. Guido Pozzo a appelé « l'idéologie para-conciliaire ». Il y a une attaque sur le Catholicisme en tant que tel.

Au milieu du brouillard de confusion émanant actuellement de Rome et de la bouche de nombreux prélats qui invoquent sans cesse le nom de Jésus tout en enterrant ses « Paroles dures » sous silence, nous avons besoin de retrouver la vue de quelques points de repère de la Foi.

Tout d'abord, Notre Seigneur est, bien sûr, miséricordieux. Il est le Roi de la Vraie Miséricorde. Mais Sa Miséricorde est pour ceux qui acceptent la grâce du repentir, qui amendent leur vie et puis qui obéissent à Ses Commandements. Notre Seigneur a dit : « Si vous M’aimez, vous garderez Mes Commandements .... Si vous obéissez à Mes Commandements, vous demeurerez dans Mon Amour, comme Moi J'ai obéi aux Commandements de Mon Père et que Je demeure dans Son Amour.»(Jn 15 :10 ;. 14 :15).

Points de repère n ° 1 : Notre Seigneur a dit que nous demeurerions dans Son Amour « si vous gardez Mes Commandements », pas « si oui ou non vous gardez Mes Commandements ».

Deuxièmement, c’est Notre Seigneur Lui-Même qui nous a donné l'avertissement que les ecclésiastiques modernes évitent comme la peste : « Entrez par la porte étroite ! Car large est la porte et facile le chemin qui mènent à la ruine ; nombreux sont ceux qui passent par là. Mais combien étroite est la porte et difficile le chemin qui mènent à la vie ; peu nombreux sont ceux qui les trouvent ». (Matthieu 07 :13-14)


Points de repère # 2 : L'Église Catholique est la porte étroite dont notre Seigneur parle. Et pourtant, paradoxalement, mais non moins vrai, la porte étroite est facile à trouver pour ceux qui, de leur propre volonté, correspondent à la Grâce que Dieu donne à tous les hommes pour qu'ils soient sauvés.

Troisièmement, quelqu’un correspond à la grâce qui conduit à la porte « étroite » de l'Église et à la voie du salut en écoutant la Vérité de l'Évangile que le Christ et les Apôtres ont proclamé et que l'Église a transmise pour l'édification et le salut de tous hommes : Dieu « qui veut que tous les humains soient sauvés et parviennent à connaître la vérité ». (1 Timothée 2 : 4).

Points de repère # 3 : L'obéissance à la Vérité est ce qui nous sauve par la Grâce et la Miséricorde de Dieu : « Et ainsi vous connaîtrez la Vérité et la Vérité vous rendra libres » est la promesse de Notre Seigneur pour nous. D'autre part, comme Notre Seigneur nous avertit : « Tout homme qui pèche est un esclave du péché....» (Jean 8 : 31-34). Le péché est esclavage. Vivre selon la Vérité est la liberté. L'esclavage conduit à la mort tandis que la « liberté de la gloire des enfants de Dieu » (Romains 8 :21) mène à la béatitude éternelle.

Quatrièmement, l'Église proclame que la Vérité — la vérité qui nous rend libres et nous conduit par la porte étroite sur le chemin du salut — est trouvée dans ses Doctrines ( du mot latin Doctrina qui signifie enseignement ). Les Doctrines de la Foi ne sont rien d'autres que les Vérités révélées par Notre Seigneur et par Ses Apôtres en paroles et présentées au monde par le Magistère (la fonction d'enseignement) de l'Église afin d'être entendues et, une fois entendues, obéies.

Points de repère # 4 : Nous sommes sauvés par l'adhésion aux Doctrines de la Foi que la Grâce de Dieu rend possible, en particulier à travers les sacrements. Ainsi, comme le Cardinal Sarah a récemment déclaré dans une tentative évidente de dissiper l'absurdité Moderniste entourant l’actuelle « offensive de la miséricorde » et la farce du « Synode sur la Famille » :

« Le Magistère est le chemin qui va nous guider vers Dieu. Ce ne sont pas seulement des règles ou des choses qui sont contre notre liberté. Non. La Doctrine est la voie du salut, le chemin de la liberté et le chemin à Jésus.

Pour résumer : Doctrine = Vérité = Liberté = Salut. Comment est-ce que quelque chose de si simple — quelque chose qui appartient à l'essence même de notre Foi Catholique — a été totalement occultée au cours des deux dernières années et demie de la rhétorique sans fin à propos de la « miséricorde » ? La réponse se trouve dans la même « désorientation diabolique » de la hiérarchie supérieure que Sœur Lucie a fait remarquer à plusieurs reprises dans le cadre du Troisième Secret de Fatima. Mais jamais n'a été cette désorientation aussi sévère comme ce l’est en ce moment dans l'histoire de l'Église.

Assurément, ça ne peut pas être encore long avant que les événements prédits dans le Troisième Secret atteignent leur plénitude et qui conduiront, enfin, à une résolution dramatique de la crise inégalée dont nous sommes maintenant témoins. Dieu seul sait à quoi ressembleront l'Église et le monde à ce moment-là.