samedi 3 septembre 2016

Retour possible à la Maison ?
Mais quelle maison ?



Mise à jour le 4 septembre 2016
Une traduction partielle de ce vidéo est
maintenant disponible sur le site Le Forum Catholique


Une petite comparaison...
peut-être boiteuse
Ce jeune Espagnol qui n'avait pas trouvé de travail dans son pays demeurait chez des amis Espagnols dans son nouveau pays. Il venait de décrocher un petit emploi qui faisait son affaire. Il sentait que c'était le temps de laisser ses amis qui l'avaient uniquement reçu pour l'accommoder temporairement.

Dans les petites annonces, il vit qu'il y avait une chambre à louer tout près de son travail. Il s'y présenta pour voir toutes les conditions et l'habitat comme tel. La rencontre avec le propriétaire fut de courte durée car les exigences qu'il posait était pitoyables : couvre-feu à 21 heures, aucune musique après cette heure... etc... Quant au coût de la chambre, il était dans la moyenne...

Au sortir de l'immeuble, il constata qu'il y avait beaucoup de va-et-vient de jeunes filles avec leurs amoureux dans les escaliers de l'immeuble et au seuil de la porte principale.

Approchant poliment un voisin de l'immeuble en s'en allant, il lui demanda si une telle affluence était toujours telle... Le voisin lui dit : « Mais vous ne savez pas ? Vous n'êtes certainement de la place pour l'ignorer... C'est l'immeuble d'un souteneur ».

À peine un jour plus tard, il reçut un téléphone du propriétaire. Celui-ci lui dit : « J'ai bien apprécié notre rencontre, ce qui n'est le cas avec d'autres que j'ai rencontrés. On sent qu'on peut parler avec vous. Écoutez... Je ne pose plus de condition à votre venue... Il n'y aura pas de couvre-feu, vous pourrez écouter votre musique comme bon vous semble et je vous enlève 30 % sur le coût du loyer.

L'Espagnol croyait qu'il rêvait ! Mais au-delà de son emballement du moment, il tenta de garder son sang froid en se promettant qu'à la signature du bail, toutes les premières conditions qui avaient été mentionnées seraient définitivement exclues par écrit.


Dans notre petite histoire, notre Espagnol croit qu'il ne se fera pas piéger parce que toutes les conditions originales sont levées et qu'il s'en assurera par écrit.

Mais c'est un con, ce type ! Il sera piégé dès qu'il signera son bail. Qu'il y ait des conditions ultérieures ou non, importe peu : il s'en va vivre dans une Maison de Prostitution. Une maison qui ne croit plus au Dogme le plus fréquemment mentionné dans l'Histoire de l'Église, à savoir : « « Hors de l'Église, Point de Salut ».

Une Maison qui fornique avec n'importe qui et qui festoiera le plus grand Souteneur immodeste qu'il y a eu : Luther.

Une Maison qui répand des tracts d'éducation sexuelle immondes.

Une Maison qui affirme que des unions libres peuvent être meilleures que des mariages...

Une Maison qui héberge en son sein les plus grandes prostituées du monde : l'ONU avec ses Objectifs de Développement Durable ( Objectif # 3 cible # 7 favorisant la contraception, l'avortement)

Une Maison qui n'a JAMAIS affirmé que l'enfer existe mais préfère affirmer que les âmes ayant fait une mauvaise vie « sont anéanties »...

Suffit, on ne recommencera pas les litanies.

Et si cet Espagnol croit qu'en habitant sa petite chambre qu'il pourra réformer tout l'immeuble, il est encore plus con qu'on pourrait l'imaginer de prime abord... Sa voix a beaucoup plus d'impact quand il dénonce la prostitution du milieu de la rue qu'à partir de sa petite chambre. Il se fera évincer très rapidement s'il dénonce ces activités de sa petite chambre ou bien il se taira pour acheter la paix avec le propriétaire.