vendredi 2 septembre 2016

Cardinal Raymond Burke

La vie
Avant la pauvreté, l'environnement, l'immigration

Un rappel à l'ordre à la Conférence des Évêques Américains




Par : Pete Baklinski
SOURCE : Life Site News
Le 1er septembre, 2016




Le Cardinal Raymond Burke déclare que c’est une « contradiction absolue » le fait de placer la pauvreté, l'immigration et l'environnement par les plus grands Prélats Américains sur le même niveau de priorité que la protection et la défense de la vie et de la famille.

« Toutes ces questions ont une importance morale, mais il ne peut être question — autant dans la longue tradition de non seulement la pensée de l'Église mais aussi de la raison philosophique — que la question fondamentale doit être la question de la vie humaine elle-même, le respect de la dignité inviolable de la vie humaine et de son berceau, sa source, dans l'union d'un homme et d’une femme dans le mariage, qui, selon le plan de Dieu, est le lieu où une nouvelle vie humaine est accueillie et nourrie » a-t-il dit lors d'une téléconférence le 29 août organisée par Carmel Communications pour discuter de son nouveau livre, « Hope for the World » [ Espoir pour le Monde ].

Burke, répondant à une question sur le sujet posé par le site Life Site News, a déclaré qu'il serait « très préoccupé » de voir les priorités changer.

« Je serais très inquiet que, de toute façon, les questions concernant la protection de la vie humaine, que ce soit à ses débuts — ici des questions concernant l'avortement et d'autres questions concernant la création artificielle de la vie humaine, etc. — ou à sa conclusion — les questions relatives à l'euthanasie — soient en quelque sorte vues comme étant au même niveau que les questions concernant l'immigration et la pauvreté » a-t-il dit.

L'année dernière, un groupe de personnes épiscopales nommées par François et d'autres prélats du même esprit ont provoqué un conflit ouvert à la rencontre d'automne de la Conférence des Évêques Catholiques Américains quand ils ont pressé la conférence de réécrire son guide des élections pour 2016 afin de minimiser l'importance de la bataille pour la vie et la famille. ( Note : la Conférence des Évêques Américains publient un an avant les élections présidentielles un petit guide pour aider les Catholiques dans leur vote. Le premier jet de ce guide mettait l’accent sur le droit à la vie — en somme choisir le parti qui est contre l’avortement. Mais les prélats nouveaux venus ont demandé à ce que ce soit ré-écrit et que l’on mette en priorité la pauvreté, le climat, etc…)

Mgr Robert McElroy, nommé à la tête du diocèse de San Diego par François, est allé jusqu'à dire que le guide proposé, qui mettait l'accent sur les méfaits de l'avortement et l'euthanasie, est déphasé avec les priorités de François sur la lutte contre la pauvreté et la protection de l'environnement.

« François a, dans certains aspects de la Doctrine sociale de l'Église, transformé radicalement l'ordre de priorité de l'enseignement social Catholique et de ses éléments » a exhorté McElroy à l'assemblée de ce moment-là. « Non pas la vérité de ceux-ci ni non plus leur substance, mais leurs priorités se sont radicalement transformées, en articulant ces affirmations qui tombent sur le citoyen comme croyant et comme disciple de Jésus-Christ. »

Burke, cependant, a déclaré lors de la téléconférence que la priorité de la vie ne doit pas changer si les Catholiques désirent traiter correctement les autres questions telles que la pauvreté et le l'immigration.

« Nous devons donner la première priorité au respect de la vie humaine et de la famille afin d'avoir la bonne orientation dans la lutte contre toutes les autres questions qui sont impliquées dans la pauvreté et l'immigration, en somme les nombreux défis auxquels tout être humain fait face dans la vie » il a dit.

« Mais ça ne fait pas de sens du tout de se préoccuper de l'immigration ou de la pauvreté si la vie humaine elle-même n’est pas protégée dans la société. C’est une contradiction absolue. La première justice exigée de tout être humain est de respecter le don de la vie elle-même qui est reçue de Dieu. Et donc, que l'enfant à naître doit être protégé et, en même temps, ceux dont les vies sont grevées soit par des années avancées, soit par des besoins spéciaux, soit par une maladie grave, leurs vies doivent également être toutes aussi protégées ».

Lorsque Life Site News a pressé le Cardinal sur la façon dont les Catholiques pourraient être erronés sur les fronts de la pauvreté et de l'immigration s’ils ne donnent pas la priorité au respect de la vie, il a répondu :

Eh bien, par exemple, il est fréquent que l'idée de certaines personnes sur la façon d'aborder la question de la pauvreté est de propager une mentalité contraceptive ou d'éliminer une certaine partie de la population de sorte qu'il y ait moins de personnes à prendre part aux produits naturels disponibles.

De la même manière aussi, dans la question de l'immigration, il faut respecter la famille, à la fois la famille du pays qui reçoit les immigrés mais aussi les familles à partir desquelles ces immigrants proviennent. Si nous ne disposons pas de cette orientation fondamentale dans notre vie, tout cela peut devenir une sorte d'ingénierie sociale et ainsi de suite qui peut être, à la fin, très nuisible à la société et donc aux individus.

Le Cardinal Burke est soutenu par le Saint Pape Jean-Paul II en affirmant la priorité de la vie sur d'autres préoccupations. Dans son Exhortation Apostolique Christifideles Laici de 1988, Jean-Paul II a déclaré : « Il est juste, assurément, de parler des droits de l'homme _ comme, par exemple, le droit à la santé, au logement, au travail, à la famille, à la culture _ mais c'est propager l'erreur et l'illusion que d'en parler, comme on le fait souvent, sans défendre avec la plus grande vigueur le droit à la vie, comme droit premier, origine et condition de tous les autres droits de la personne ».

Jean-Paul II a dit à une autre occasion que la promotion de la culture de la vie devrait être la « plus haute priorité dans nos sociétés », déclarant que si le « droit à la vie n’est pas défendu de manière décisive comme une condition pour tous les autres droits de la personne, toutes autres références aux droits de l'homme restent trompeuses et illusoires ».

Plus tard, lors de la téléconférence, John Allen du site Crux a demandé au Cardinal Burke de commenter la « préoccupation évidente pour les pauvres et le souci évident pour l'enfant à naître » de Mère Térésa.

Insatisfait par la réponse initiale de Burke, Allen l’a pressé en disant : « Puis-je vous mettre juste un peu de pression, c’était une belle réponse mais j'espérais que vous diriez aussi quelque chose sur la façon de Mère Teresa et des Catholiques qui pensent avec l'esprit de l'Église que la préoccupation pour les pauvres et pour les enfants à naître sont les deux faces d'une même médaille ».

Alors que Burke a répondu que ces « questions sont absolument liées l'un à l'autre », il l'a fait d'une manière qui donne la priorité au respect de la vie.

Il a expliqué : « Comme je l'ai mentionné en réponse à une des questions précédentes, quand quelqu'un a demandé : « Pourquoi cet enseignement sur l'avortement ou l'euthanasie ? Quelle importance y a-t-il avec la lutte contre la pauvreté ? », elle [Mère Teresa] a dit souvent que la plus grande pauvreté dans le monde est la peur de la vie, ce sont les nations qui sont apparemment très riches qui pratiquent librement, par exemple, le meurtre des enfants à naître dans le sein de la mère et ainsi de suite comme réponse aux besoins sociaux.

« Et elle nous est un brillant professeur en s’adressant que ce soit dans les questions d'une grossesse difficile ou dans les questions d'une maladie difficile, quelle qu'elle soit, elle nous enseigne que la façon d'aborder ces questions est avec le respect de la vie humaine individuelle et, de cette façon, peu importe la souffrance de la personne, ou peu importe les grands sacrifices qui doivent être faits, la personne trouvera le bonheur et l'accomplissement pour lesquels il ou elle est à la recherche » a déclaré Burke.

Pete Baklinski a un B.A. en arts libéraux et possède une maîtrise en Théologie avec une spécialisation sur le mariage et la famille (STM). Il est marié à Erin. Ensemble, ils ont six enfants.