vendredi 16 septembre 2016

De puissants organismes des Nations Unies
parrainent l'appel des dissidents Catholiques
pour que l'Église rejette Humanae Vitae


La contraception, l'homosexualité, la fécondation in vitro, la masturbation





Par : Austin Ruse
Le 16 septembre 2016

SOURCE : Life Site News




Le 16 septembre 2016 (C-Fam) - Trois puissants organismes des Nations Unies parrainent la publication la semaine prochaine d'un document qui appelle l'Église Catholique à changer ses enseignements sur la contraception mais mentionne également que les enseignements sur l'homosexualité, la masturbation et la fécondation in vitro devraient être changés aussi.

Le document a été préparé par l’ex-prêtre dissident John Wijngaards, localisé au Royaume-Uni, et qui a été signé à ce jour par plus de 100 dissidents universitaires Catholiques et un petit nombre de non-Catholiques.

Le document est publié en préparation du 50e anniversaire de l'Encyclique papale Humanae Vitae qui a réaffirmé l'ancien enseignement de l'Église que la contraception est moralement répréhensible et ne peut jamais être autorisée entre les Catholiques mariés.

La déclaration de Wijngaard s’en prend à l'infaillibilité de l'enseignement Catholique sur la contraception. La déclaration fait valoir que Humanae Vitae ne peut pas être considéré comme infaillible parce que ce n’est pas une vérité « révélée », ni qu’il explique ou défend une vérité de la « révélation Chrétienne ».

Les chercheurs en provenance des universités à travers le monde font valoir que l'acte conjugal ne doit pas être ouvert à la transmission de la vie puisque l'acte conjugal a beaucoup d'autres fins, y compris « le plaisir, l'amour, le confort, la célébration et la camaraderie ».

Le document appelle à un nouveau processus démocratique dans l'Église selon lequel les « experts » examineraient diverses questions et détermineraient ce que le nouvel enseignement Catholique pourrait être. Ces experts engloberaient plus que des Catholiques. Les signataires espèrent qu'un tel conclave d'experts se pencherait également sur le changement de enseignement de l'Église concernant la masturbation, les relations homosexuelles et la fécondation in vitro.

L'influence de l'ONU dans le document est forte. On y mentionne les objectifs aujourd'hui disparus pour les Objectifs du Millénaire de Développement. En outre, la publication du document est parrainé par le Fonds des Nations Unies pour la Population, par ONU Femmes et ONUSIDA, des organismes puissants dont les budgets combinés s’élèvent à plus d'un milliard de dollars par an.

Les partisans de la planification de la famille du de style des Nations Unies, y compris dans certains cas la mise en place de programmes coercitifs de contrôle de la population, ont longtemps considéré l'Église Catholique comme leur principal adversaire. Ils croient que l'Église contrecarre la voie de l'acceptation universelle des « moyens modernes de contraception ».

Selon les Nations Unies, le monde est effectivement inondé de contraceptifs. Il n'y a que quelques endroits sur terre où les contraceptifs ne sont pas largement utilisés. Les défenseurs de l'ONU affirment que les femmes souffrent de ce qu'ils appellent un « besoin non satisfait » pour des contraceptifs modernes. Comme Rebecca Oas de C-Fam ( Centre pour le famille et les Droits humains ) a signalé à plusieurs reprises, les « besoins non satisfaits » est un terme politique plutôt qu’un terme médical et comprend des femmes qui ont des objections morales et religieuses à l'utilisation des contraceptifs et même des femmes qui ne les utilisent pas parce qu'ils veulent avoir des bébés.

C’est révélateur que le document ne fait pas référence à l'enseignement Catholique sur la contraception qui date de l'Église ancienne, mais se réfère plutôt à la « position » Catholique sur la contraception, comme si elle n’est pas plus qu'une prescription politique.

L'homme derrière le document, John Wijngaards, a exprimé sa dissidence des enseignements Catholiques pour la plus durée de sa carrière. Il a quitté la prêtrise à cause de l'enseignement Catholique sur l'ordination des femmes.

Le document sera publié le 20 septembre à l'Auditorium de l'Armée du Salut à New York.