lundi 21 novembre 2016

Un Évêque Polonais

« Les quatre Cardinaux ont exercé "un devoir"
C’est seulement juste d'y répondre »



Par : Steve Skojec
Le 21 novembre 2016
SOURCE : One Peter Five





Voir la réaction contraire du Cardinal Farrell ici

Dans ce qui semble être le premier (de plusieurs à venir, espérons-le), prélat à parler publiquement en faveur de la Lettre des Quatre Cardinaux, l’Évêque auxiliaire Józef Wróbel de Lublin, en Pologne, dans une interview avec Michele M. Ippolito de La Fede Quotidiana, affirme que « les quatre Cardinaux avaient raison de demander des éclaircissements sur Amoris Laetitia. S’il y a quoi que ce soit, c’est seulement juste d'y répondre ».

Dans l'interview, l'Évêque est très franc dans son soutien :

[Votre] Excellence [Évêque] Wrobel, que pensez-vous de la lettre de clarification sur Amoris Laetitia envoyée par les quatre Cardinaux au Pape ?

« Ils ont bien fait et ils ont exercé correctement les dispositions du Droit Canon. Je pense que c’est non seulement un droit mais c’est même un devoir. Ça aurait été juste de répondre à leurs observations. Ils n’ont pas demandé des questions au sujet de la météo du lendemain, mais des questions relatives à l'enseignement de l'Église et par conséquent aux fidèles ».

Les dubia ( questions ou doutes ) concernant Amoris Laetitia, les trouvez-vous pertinents ?

« Comme je l'ai déjà dit, une clarification sur ce document, et en particulier sur le chapitre 8, est opportune. Le texte se prête effectivement à des interprétations diverses, il est ambigu ».

Pourquoi se prête-t-il à diverses interprétations ?

« Parce qu'il n'a pas été bien écrit. Avec sans doute beaucoup trop de hâte, sans analyser les contenus et les conséquences possibles avec une [extrême] attention soigneuse. Il y a une nécessité d'apporter ces questions au Vatican et aux collaborateurs en qui le Pape a confiance. D’élaborer à la hâte ces textes importants ne rend pas un bon service à l'Église ».

Peut-on donner la communion à ceux qui se sont remariés civilement ?

« Vous ne pourriez pas leur donner [la Communion] avant Amoris Laetitia, ce n’est pas davantage possible maintenant. La Doctrine de l'Église n’est pas soumise à des changements sinon ce n’est plus l'Église du Christ fondée sur l'Évangile et la Tradition. Il n’est pas donné à personne de modifier la Doctrine dans la mesure où personne n'est maître de l'Église ».

La Communion aux couples homosexuels ?

« Ce n’est pas possible et la miséricorde n’est pas un bon d’autorisation. Les actes homosexuels sont un péché très grave, beaucoup plus que ceux commis chez les hétérosexuels. De fait, ils vont à l'encontre de la nature ».

Ses commentaires sur Amoris Laetitia sont étonnamment fermes, mais il en est de même quant à sa réponse à une question qui est élevée dans la liste des priorités du Vatican : l'accueil des réfugiés :

L’immigration, qu’est-ce qu’il faut faire ?

« Accueillir, c’est dans l'esprit Chrétien. Par-dessus tout, en théologie morale, la primauté est dans la charité. Elle voit d'abord à ceux qui nous sont les plus proches [de nous], aux voisins afin d’atteindre ceux qui sont plus loin. Et d'abord, nous devrions faire en sorte que ceux qui vivent près de nous — les parents, les enfants, les parents, les autres citoyens — sont bien et ensuite seulement prendre soin de ceux qui viennent de l'extérieur. La démagogie ne mène nulle part ».

Comme l’Évêque Athanasius Schneider avant lui, nous voyons dans l’Évêque Wróbel, un auxiliaire qui se soucie beaucoup plus de l'enseignement Catholique et des fidèles que de son avancement dans sa propre carrière ecclésiastique.

Et, en quelque sorte, leur travail les élève bien au-delà de la dignité du siège diocésain. Ils deviennent vraiment des Évêques du monde.

Nous ne pouvons que prier pour que ce soit le début d'une tendance plus large de soutien pour les quatre Cardinaux parmi les successeurs du monde apostolique.